Avec la version berline du Taycan, Porsche a déjà réussi son pari de proposer une voiture électrique performante et séduisante. En déclinant ce modèle en Cross Turismo, la marque vise un public encore plus large en offrant plus de polyvalence et même des possibilités en tout-chemin. Retour sur notre essai de ce nouveau Porsche Taycan Cross Turismo.

Avec cette carrosserie plus typée break de chasse, le Taycan Cross Turismo s’aventure là où aucune alternative 100 % électrique n’a encore été offerte. Même si ce marché s’adresse habituellement à une niche de clients, proposer cette déclinaison dans l’esprit de la Panamera est plutôt malin pour couvrir les besoins des utilisateurs alors que le choix est actuellement globalement restreint à SUV ou berline.

Essai Porsche Taycan Cross Turismo // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Taycan Cross Turismo : quelques évolutions minimes

La base technique du Taycan Cross Turismo reste identique à celle de la berline et les dimensions sont quasi similaires.

On retrouve donc l’architecture 800V qui garantit performances et recharges rapides, une technologie qui n’est présente pour le moment que sur l’Audi e-tron GT (sa cousine) et le Hyundai Ioniq 5 (et prochainement la Kia EV6). La transmission à 2 rapports est toujours là pour proposer des accélérations et des reprises sans faille, à la différence d’autres modèles électriques. Enfin, on a toujours la possibilité de charger en courant continu jusqu’à 270 kW,  et donc permettre de revenir à 80 % de batterie en moins de 23 minutes dans ces conditions.

Porsche Taycan Cross Turismo // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Le Taycan Cross Turismo se décline en 4 versions sous les appellations suivantes :

  • Taycan 4 Cross Turismo (jusqu’à 476 ch),
  • Taycan 4S Cross Turismo (jusqu’à 571 ch),
  • Taycan Turbo Cross Turismo (jusqu’à 680 ch),
  • Taycan Turbo S Cross Turismo (jusqu’à 761ch).

À la différence de la version berline, le Cross Turismo sera proposé uniquement avec la plus grande des batteries de 93,4 kWh et en 4 roues motrices. On retrouve également de série la suspension pneumatique adaptative avec la technologie Porsche Active Suspension Management.

Au volant du Porsche Taycan Cross Turismo // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

À l’intérieur, on découvre sans surprise le même environnement que sur la berline. Si vous n’êtes pas favorable au tout tactile, le Taycan ne sera probablement pas à votre goût, car tout passe par au moins l’un des 3 (ou 4) écrans de l’habitacle : combiné du conducteur de 16,8 pouces, écran central d’infodivertissement de 10,9 pouces (disponible en option également côté passager), et écran de commande 8,4 pouces pour ce qui concerne les contrôles de la voiture.

Si à l’avant, il n’y a pas de changement perceptible, au niveau des places arrière la différence de carrosserie se fait sentir. Les passagers à l’arrière pourront profiter d’une garde au toit plus haute (+47 mm) et d’un accès à ces places plus aisé.

Intérieur Taycan Cross Turismo – Mûre & Gris // Source : Porsche France

Au niveau du coffre arrière, le Taycan Cross Turismo gagne 39 litres de contenance pour atteindre 446 litres, et jusqu’à 1 212 litres avec les sièges arrière rabattus. Un coffre de toit de 180 litres (optionnel) peut même venir s’adapter sur le toit du Porsche Taycan Cross Turismo pour ceux qui ne peuvent pas voyager léger.

Au volant de la motorisation d’entrée de gamme

Nous avons déjà eu l’occasion de tester à la fois sur route et sur circuit les versions les plus puissantes lors des essais de la berline (relire notre essai du Porsche Taycan). Au tour de la version d’entrée de gamme de passer entre nos mains, c’est donc au volant du Taycan 4 Cross Turismo que nous avons circulé en baie de Somme avant d’attaquer notre session hors des sentiers battus. Et pour ne pas passer incognito dans le paysage, rien de mieux que ce coloris Frozen Berry (baie glacée métallisé), que vous ne croiserez clairement pas tous les jours sur une Porsche en France.

Porsche Taycan Cross Turismo sur route // Source : Porsche France

Face aux versions Turbo et Turbo S, la 4 semble bien sage avec ses 500 Nm de couple et ses 380 ch (280 kW), pouvant être poussés jusqu’à 476 ch. Concrètement, cette version ne vous catapultera pas autant sur les départs arrêtés, il faut dire qu’elle a moitié moins de couple et de puissance au launch control que la Turbo S (offrant jusqu’à 761 ch et 1 050 Nm de couple). Cependant, si vous ne cherchez pas la sportivité ou la performance à tout prix, l’entrée de gamme se montre déjà suffisamment vive pour apporter de bonnes sensations à son volant.

Si par contre vous vous attendez à une consommation plus raisonnable sur cette version aux performances plus modérées, vous pourriez être déçus. Le Taycan 4 Cross Turismo est homologué pour une consommation comprise entre 22,4 et 26,4 kWh/100 km, alors que la Turbo S s’affiche entre 24,4 et 26,4 kWh/100 km. La différence est donc limitée, sur des vitesses très codifiées en tout cas.

Intérieur Taycan Cross Turismo – Mûre & Gris // Source : Porsche France

Avec nos déambulations off-road et par temps très venteux, notre consommation a dépassé les 28 kWh/100 km de moyenne, avant de revenir dans la tranche des consommations homologuées une fois de retour sur les petites routes. Difficile pour autant de juger des consommations sur un usage plus courant. Dans tous les cas, les consommations sont sensiblement supérieures à celles observées sur la version berline.

Offroad en Porsche Taycan Cross Turismo // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Petit rappel concernant l’aspect recharge : en charge rapide sur des bornes type Ionity, ce modèle accepte jusqu’à 270 kW de puissance. La recharge de 5 à 80 % dans ces conditions optimales peut se faire en moins de 23 minutes. Au quotidien, le Taycan dispose d’un chargeur embarqué de 11 kW de série, ou de 22 kW en option, pour les bornes AC. Il faudra par contre s’armer de patience pour remplir sa batterie de 93,4 kW sur une prise standard (plus d’une journée), il est donc fortement recommandé d’installer une wallbox à domicile pour ce modèle.

Impressions sur route et off-road

Le nouveau Porsche Taycan Cross Turismo apporte toujours ce toucher de route et ce confort exceptionnel apprécié chez Porsche. Ceci dit la garde au sol plus élevée (+30 mm avec notre configuration) et les réglages des suspensions différents de la berline changent un peu la perception que l’on a au volant, surtout si l’on pousse un peu plus la voiture dans ses limites.

Offroad en Porsche Taycan Cross Turismo // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Là où le Taycan Cross Turismo surprend, c’est lorsque l’on sort des routes pour emprunter des chemins ou pistes. Tout le monde ne s’aventurerait pas à tenter l’expérience avec un véhicule à plus de 100 000 €, mais le Taycan Cross Turismo peut le faire. C’est sur un domaine privé du parc naturel du Marquenterre que nous avons pu en faire l’expérience.

Offroad en Porsche Taycan Cross Turismo // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Nous voilà partis par petits groupes, encadrés par des instructeurs qui connaissent parfaitement le domaine, pour une promenade entre forêts et dunes. Le silence de nos modèles 100 % électrique est appréciable, il nous aura même permis d’apercevoir quelques animaux sauvages. L’itinéraire a été forcément pensé pour répondre aux aptitudes du Taycan Cross Turismo avec quelques obstacles nécessitant un peu plus d’attention. Rien de bien compliqué avec un SUV à transmission intégrale, mais déjà plus surprenant à bord de cette Porsche légèrement surélevée.

Pour ce faire, nous n’avons eu qu’à enclencher le mode « gravel ». Ce mode spécifique permet au véhicule d’augmenter la garde au sol (+10 mm), autorisant de s’aventurer globalement sans encombre en tout chemin, en plus d’agir sur la hauteur du châssis, le système veille aussi à délivrer la puissance et la traction nécessaires pour un usage sur des terrains variés.

Réglage du châssis Taycan Cross Turismo // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Un mode lift (+20 mm) permettra encore de récupérer à basse vitesse quelques précieux millimètres pour passer un obstacle un peu plus abrupt.

En tout cas, si cet usage du Cross Turismo était régulier pour vous, nous ne pouvons que vous recommander d’opter pour le pack Offroad Design (option à 2 000 € environ), qui en plus de jouer sur l’esthétique « baroudeur » du modèle, vous permettra de protéger les éléments bas de la carrosserie. Nous l’avons bien vu lors de notre promenade, cela peut s’avérer utile.

Porsche Taycan Cross Turismo // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Partir à l’aventure avec style et confort

Par rapport à la berline, le Taycan Cross Turismo a été plus spécifiquement pensé pour les amateurs de loisirs de plein air et les sportifs. D’ailleurs, Porsche propose même une option porte-vélos spécialement adapté à ce modèle. Il faut cependant opter pour le pré-équipement dès la commande pour pouvoir profiter de cette solution pour transporter vos vélos.

Notre Taycan 4 Cross Turismo, en tant que finition d’entrée de gamme, ne disposait pas d’une configuration intérieure aussi démonstrative que les modèles Turbo S. Pour autant confort et qualité d’assemblage sont largement au rendez-vous.

Intérieur Taycan Cross Turismo – Mûre & Gris // Source : Porsche France

Il n’y a rien à redire sur cet environnement, le savoir-faire Porsche est clairement au-dessus en ce qui concerne les matériaux, le confort à bord et bien sûr, la technologie embarquée. Comme tous les modèles, le Porsche Taycan Cross Turismo propose une longue liste d’aides à la conduite de série, mais aussi en option.

Ce modèle est proposé en concession à partir de 96 454 €, mais comme toujours chez Porsche, la liste des options fera vite grimper la facture finale. Notre modèle d’essai pourtant « entrée de gamme » dépasse aisément les 120 000 € avec quelques options utiles.

En bref

Porsche Taycan Cross Turismo

Note indicative : 5/5

Le Porsche Taycan Cross Turismo offre une sorte de compromis entre une berline et un SUV. Le Taycan Cross Turismo conserve l’élégance du design du Taycan, avec un peu plus de polyvalence à l’usage.

Comme toutes les Porsche, ce modèle offre une qualité élevée au niveau des finitions, des équipements et du comportement routier. Cependant, sans sa grande batterie de 93,4 kW qui offre une autonomie confortable, on se rendrait compte plus facilement que l’efficience n’est clairement pas le fort du constructeur allemand.

Il est probable que le constructeur mise tout sur les performances et l’agrément de conduite. Après tout, quand on dépasse plus de 100 000 € dans ce modèle, on ne compte pas trop les kWh des recharges.

Top

  • Aisance à s'aventurer sur les chemins
  • Gagne en caractère avec cette carrosserie
  • Plus polyvalent

Bof

  • Consommations élevées
  • Catalogue d'options qui gonfle la facture
  • Toutes les commandes sont tactiles

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo