Derrière ce nom assez peu flatteur se cache le grand coupé 4 portes 100 % électrique à l’esprit GT d’Audi. Un modèle au style audacieux qui a fait tourner plus d’une tête sur notre passage lors de nos essais des deux déclinaisons : e-tron GT quattro et RS e-tron GT.

Après les  SUV e-tron et e-tron Sportback, l’opération séduction lancée par Audi pour sa gamme de modèles électriques passe désormais aussi par cette nouvelle carrosserie au style racé.

audi e-tron gt quattro
essai de l’audi e-tron gt quattro // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

La nouvelle Audi e-tron GT ne sera certainement pas le best-seller 100 % électrique de la marque aux anneaux, ce rôle se destine plutôt au futur SUV Q4 e-tron, disponible très prochainement. Au même titre qu’une RS 7, l’Audi e-tron GT s’adresse à une niche de chanceux clients. C’est un modèle que nous ne sommes pas amenés à croiser régulièrement sur nos routes. Nous n’avons donc pas boudé notre plaisir lorsque nous avons pris le volant.

Une plateforme partagée avec le Taycan de Porsche

En s’appuyant sur la même plateforme que sa cousine de chez Porsche, l’Audi e-tron GT part avec une base technique solide. Même si les modèles des deux marques diffèrent par leur philosophie et leurs puissances, les performances de l’architecture 800 Volts ne sont plus à démontrer sur route comme sur piste.

Côté puissance, l’e-tron GT quattro délivre 476 ch, avec un boost possible jusqu’à 530 ch. La version la plus sportive, RS e-tron GT, affiche 598 ch avec un boost jusqu’à 650 ch, ce qui en fait le modèle le plus puissant de la marque. La puissance, le couple immédiat et l’agilité de cette déclinaison RS impressionnent. Elle ne dénature pas l’ADN de la gamme sportive de la marque, à une exception près, l’absence du son enjôleur d’un moteur en pleine charge remplacé par un son artificiel créé pour l’e-tron GT.

Audi e-tron GT quattro à l’essai // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

A l’usage, la version quattro est déjà bien suffisante pour les performances offertes. On se demande même si une version avec un seul moteur (comme le propose désormais le Taycan en propulsion) ne serait pas tout aussi pertinente que les versions à deux moteurs (avant / arrière) avec cette transmission intégrale e-quattro, mais on s’éloignerait un peu plus de la philosophie de la marque.

Les deux déclinaisons de l’e-tron GT s’appuient sur le même pack batterie d’une capacité nette de 84 kWh (93.4 kWh brut) intégrant de série une pompe à chaleur. Avec 488 km d’autonomie pour l’e-tron GT quattro et 472 km pour la RS e-tron GT, le modèle compte surtout sur ses capacités de charge rapide jusqu’à 270 kW en courant continu, pour vous permettre de longs trajets.

Audi RS e-tron GT en charge // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

A débit maximum sur des prises type Ionity, l’e-tron GT charge de 0 à 80 % en moins de 23 minutes. Pour les bornes standards, l’e-tron GT embarque un chargeur 11 kW en courant alternatif (ou 22 kW en option).

Esprit GT à son bord

À son volant, on trouve assez vite l’esprit Gran Turismo promis par son nom, apportant à la fois un caractère dynamique indéniable, mais aussi suffisamment de confort. Elle n’est pas tout à fait aussi affûtée qu’une sportive, souffre un peu de son surpoids lié aux batteries, mais elle offre des performances élevées et un agrément de conduite très appréciable. Elle peut à la fois vous permettre d’apprécier un rythme de croisière dans un silence fort agréable, tout comme elle peut vous coller à la route et à votre siège par ses accélérations.

Audi e-tron GT // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Finalement, son principal défaut tient probablement à son gabarit avec 4.99m de long pour près de 2m de large. Ces dimensions nous ont parfois donné quelques sueurs froides au moment de croiser d’autres véhicules sur les routes les plus étroites de nos parcours d’essai. Par contre, pour les manœuvres et pour enchaîner les virages, nous avons pu compter sur un coup de pouce bienvenu des roues arrière directrices.

Ceux qui sont désormais habitués à conduire des véhicules électriques, avec leur freinage régénératif offrant une conduite à une pédale, pourront être déroutés par le choix d’Audi de privilégier la roue libre plutôt que le freinage régénératif. Mais ce choix correspond bien au caractère voulu de l’auto, finalement assez proche de celui d’une voiture thermique. Il est toujours possible d’avoir plus de frein régénératif en passant en mode dynamique, ou avec les palettes au volant pour accéder aux deux modes de régénération.

Intérieur Audi e-tron GT quattro // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Aérodynamisme et style sont à l’unisson

Un soin tout particulier semble avoir été porté au design de cette nouvelle e-tron GT. Les choix stylistiques confèrent le style GT de ce modèle, mais un gros travail a également été fait sur l’aérodynamisme.

Audi e-tron GT quattro // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

De la gestion des flux d’air du bouclier avant filant le long des roues et des flancs, aux ailes arrière sculpturales ou bien encore le dessin de la ligne de toit, tous ces éléments agissent en faveur de l’efficience de l’e-tron GT. Pourtant, le modèle a fait l’impasse sur d’autres éléments souvent mis en avant dans cet objectif, à savoir les rétroviseurs caméra ou encore les poignées affleurantes. L’équipe de design aurait-elle pu aller plus loin dans la baisse du coefficient de pénétration dans l’air ? La question reste en suspens. Après tout, un Cx de 0.24 est déjà un bon résultat.

Cette nouvelle e-tron GT ne laisse clairement pas indifférente, et les photos ne lui rendent généralement pas justice. Seul le choix de la calandre avant couleur carrosserie divise réellement, et nous pouvons le comprendre, car c’est certainement l’élément le plus clivant sur le design général de l’auto. On vous laissera par contre trancher si vous la classez dans la catégorie des grandes berlines ou celle des coupés 4 portes.

Audi e-tron GT quattro // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

À l’extérieur, l’e-tron GT se démarque des autres modèles du catalogue Audi. Côté intérieur et équipements, vous ne serez pas contre pas dépaysés par rapport au reste de la gamme. Sur ce point, la marque a choisi de rester dans la continuité du style. Véritable signature de la marque, l’intérieur est qualitatif avec une pointe de sportivité. Le poste de pilotage est lui optimisé pour le conducteur.

On peut être surpris par une présence plus discrète de la technologie sur ce modèle haut de gamme électrique Audi. Encore une fois, cela colle plus à l’esprit grand tourisme (GT) voulu sur ce modèle, qu’au style futuriste que les constructeurs souhaitent parfois donner aux véhicules électriques. Mais ne vous fiez pas à la taille des écrans, cette nouvelle e-tron GT est dotée de toutes les technologies du moment, y compris sur les aides à la conduite.

Intérieur de l’Audi e-tron GT quattro // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Plaisir de conduire et consommation de l’Audi e-tron GT

Sur un modèle comme cette nouvelle e-tron GT, le référentiel de consommation fourni par la norme WLTP semble vite dépassée, et donc forcément l’autonomie promise également.

L’e-tron GT quattro est annoncée avec une consommation mixte comprise entre 19.9 et 21.6 kWh/100 km. La version RS est affichée entre 20.6 et 22.5 kWh. Voilà pour la théorie, dans la pratique, vous trouverez deux écoles :

  • Celles et ceux qui apprécient le rythme de croisière et qui pourront atteindre cette moyenne ;
  • Celles et ceux qui profitent pleinement des performances de l’auto, et qui en seront assez éloignés.

Il est quand même possible de profiter du véhicule tout en ayant une consommation raisonnable pour ce gabarit et cette puissance. Avec 21.8 kWh à l’issue de notre parcours dans la version quattro, nous avons pu le prouver. D’autres collègues journalistes ont eu le pied droit plus leste, surtout dans la version RS, et flirtaient alors plutôt avec 32 kWh/100 km de moyenne. La consommation réelle se situe sûrement entre les deux.

Conso e-tron GT après 263 km // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

De l’audace, cette Audi e-tron GT n’en manque pas, et sur la route elle a une allure folle. Si l’on pensait au départ y retrouver le même caractère que le Taycan de Porsche, nous avons fait fausse route. Les deux modèles ont vraiment des approches différentes et cela se ressent au volant de l’auto.

Audi e-tron GT quattro // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Cependant, le positionnement tarifaire de l’Audi e-tron GT risque quand même de favoriser sa cousine. Avec un tarif débutant à 101 500 € pour la quattro et 140 700 € pour la RS, elle est en concurrence frontale avec la Porsche qui est un peu plus consensuelle. Audi a pour objectif de commercialiser 300 exemplaires en France de cette e-tron GT,  cela semble déjà un beau challenge que nous leur souhaitons de réaliser rien que pour avoir la chance d’en croiser sur nos routes et dans nos villes.

En bref

Audi e-tron GT

Note indicative : 4/5

Si cela ne tenait qu’au confort, aux performances et à l’agrément de conduite, nous aurions bien kidnappé l’e-tron GT un peu plus longtemps. C’est en tout cas un modèle beaucoup plus abouti que ce que nous avions pu imaginer avant l’essai.

L’efficience reste toujours un peu en dessous de ce que Tesla a pu nous habituer à avoir pour des performances équivalentes, mais l’Audi e-tron GT se rattrape largement par ses finitions et son comportement routier. Elle est en tout cas au niveau du Porsche Taycan dont elle partage la plateforme.

Top

  • Qualité des finitions intérieures
  • Comportement routier bien optimisé
  • Design qui s'apprécie surtout en vrai

Bof

  • Efficience toujours un peu derrière
  • Gabarit à prendre en main
  • Tarif qui grimpe vite avec quelques options utiles

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo