Le constructeur japonais présente un tout petit scooter qui a les qualités pour séduire un public urbain... mais sur de très petites distances.

Yamaha vient de dévoiler son nouveau scooter électrique, très différent de ce qu’il fait habituellement : il s’agit d’un petit deux-roues urbain appelé le e-Vino, qui dispose de sa page officielle sur le site de la marque, depuis le 9 novembre 2020.

Jusqu’ici, Yamaha semblait décidé à occuper le marché des scooters électriques sportifs, ayant présenté en 2019 deux produits, le E01 et le E02, qui ressemblent beaucoup à ses modèles thermiques à l’allure anguleuse et au look « énervé ».

Avec son gros phare à l’avant et ses courbes très arrondies, le e-Vino tranche clairement avec l’esthétique du fabricant japonais. Il est petit, « mignon », léger (68 kg), peu rapide (44 km/h) et semble avoir été pensé pour séduire un public pour qui le style est aussi important que les performances.

Le scooter e-Vino // Source : Yamaha

De faibles performances pour un marché urbain

C’est d’ailleurs ce qui saute aux yeux, et ce que le site spécialisé Electrek a tout de suite relevé : l’autonomie du scooter est très, très faible. Yamaha parle en effet de 29 km avec une batterie — et le double si les propriétaires investissent dans une deuxième batterie. À titre de comparaison, le scooter Emma (un modèle chinois qui est importé en France par Easy-Watts et qui est vendu moins de 1 500 euros) qui ressemble beaucoup au e-Vino présente une autonomie d’au moins 55 km, soit quasiment le double du produit Yamaha.

De plus, l’autonomie de 29 km du scooter japonais est calculée sur une vitesse moyenne de 30 km/h et non pas à vitesse maximale, ce qui veut dire que les prédictions sont probablement optimistes. L’avantage, c’est que la batterie du scooter est légère (6 kg seulement, quand la moyenne tourne autour de 10 kg pour les petits urbains) et se recharge en 3 heures seulement — vu sa faible puissance, l’inverse serait un comble. La puissance moteur est de 1 200W max.

Source : Yamaha

Comme l’a repéré le site Rideapart, un brevet européen a été publié le 4 novembre 2020 par Yamaha, ce qui laisse penser que le deux-roues ne restera peut-être pas exclusif au Japon très longtemps. Bien qu’un tel dépôt ne puisse pas être pris comme une garantie de commercialisation du e-Vino en Europe, cela permet au fabricant de se laisser des portes ouvertes — d’autant plus que ce genre de petits scooters électriques équivalents 50cc est très recherché sur le marché européen.

Reste à voir à quel tarif le deux-roues pourrait être vendu en France : actuellement affiché à 2 280 dollars (1 900 euros), le e-Vino est clairement trop cher par rapport à la concurrence sur le marché français.

Le brevet déposé en Europe pour le e-Vino // Source : freepatentsonline

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo