Des bombes datant de la Seconde Guerre mondiale ont été trouvées sur le site de construction de la future usine de Tesla. C'est très courant en Allemagne.

Tesla a choisi l’Allemagne et la région berlinoise pour ériger l’usine Gigafactory 4, qui sera chargée d’alimenter le marché européen. Problème : il faudra faire gaffe aux bombes datant de la Seconde Guerre mondiale. Selon un article publié le 22 janvier par ABC News, 85 kilogrammes d’explosifs ont été dénichés sur le site où prévoit de construire Tesla, à Brandebourg. Les autorités l’ont confirmé dans les colonnes du journal local Maerkische Oderzeitung.

Cela sous-entend qu’il pourrait y avoir encore de nombreuses bombes toujours armées dans la zone, ce qui préfigure des retards quant à la construction de Gigafactory 4. Il sera en effet nécessaire de ratisser le terrain de plusieurs hectares pour s’assurer de la sécurité. Ces précautions devraient empêcher Tesla d’aller aussi vite qu’avec Gigafactory 3, usine chinoise qui a mis moins d’un an avant d’être inaugurée.

Tesla Gigafactory 1 // Source : Tesla

Des bombes sur le site de construction de Gigafactory 4

En raison des nombreux bombardements alliés qui ont eu lieu pendant la Seconde Guerre mondiale, il est encore aujourd’hui très courant de retrouver des explosifs pouvant encore faire de lourds dégâts. Ces découvertes dangereuses forcent à évacuer les zones touchées pour désamorcer et s’assurer que tout est bien sûr. Il y a quelques jours, une bombe de 500 kilogrammes a par exemple été dénichée au centre de Cologne, a rapporté France Info le 21 janvier. En septembre dernier, c’est la ville d’Hanovre qui avait été touchée selon L’Express.

Plus insolite, le site de construction voulu par Tesla, estimé à 41 millions d’euros, comprend un écosystème favorable aux chauves-souris. Le hic ? Il va falloir abattre beaucoup d’arbres pour accueillir Gigafactory 4. « Les animaux sont en hibernation jusque fin février et mars. Ensuite leur période de reproduction débute. Les chauves-souris ne doivent pas être perturbées pendant ces phases », explique Christiane Schröder, directrice de Nature Conservation Association, dans les colonnes de Berliner Zeitung. Autant dire que l’usine va devoir trouver sa place entre les bombes et la faune. Tesla vise l’été 2021 pour le lancement de la production de 150 000 voitures. 

Crédit photo de la une : Tesla (via Electrek)

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo