Qui a envie de confier ses enfants à une voiture autonome ?

De plus en plus pris au sérieux par l’industrie automobile (d’autant qu’il vient, une fois encore, de lever des fonds), Rivian réfléchit à de nouvelles manières d’utiliser une voiture. Dans un brevet déposé en juin dernier et rendu public le 19 décembre, la startup dévoile un mode « Gardien » qui peut être activé dans le cadre d’une conduite autonome. Il pourrait servir à transporter des personnes incapables de s’installer derrière le volant — notamment des enfants ou des individus en situation de handicap.

Le meilleur exemple de la pertinence de ce mode Gardien concerne le trajet scolaire, où des enfants pourraient monter dans un véhicule Rivian pour se rendre vers leur établissement. Les parents garderaient bien évidemment un œil attentif sur le parcours pour s’assurer que tout va bien.

Rivian

Un mode Gardien pour les voitures autonomes de Rivian

Le mode Gardien semble surtout pensé pour empêcher les utilisateurs à bord de faire n’importe quoi (au hasard, détacher sa ceinture). En ce sens, en plus de définir la destination, le propriétaire du véhicule pourrait limiter certaines actions dans l’habitacle ou, encore mieux, en autoriser certaines à distance. Par exemple, pour des raisons de sécurité, un enfant ne pourrait pas ouvrir une vitre ou une porte sans obtenir la permission au préalable.

La voiture autonome serait également en mesure de prévenir celle ou celui qui supervise en cas de problème — par un simple SMS — ou de montrer ce qui se passe à son bord en temps réel — grâce à une caméra. «  Dans certains cas, le système pourra fournir un flux vidéo, une photo ou un flux sonore depuis le véhicule autonome », peut-on lire dans le brevet. En somme, Rivian souhaite rassurer les parents quant aux possibilités de surveillance.

Car il est bel et bien question ici de confier ses enfants — ou ses grands-parents — à une intelligence artificielle sur roues le temps d’un trajet. Autant dire qu’il faudra avoir une confiance totale dans la technologie, sachant que la législation ne s’est pas encore vraiment penchée sur la conduite autonome, et de ce qu’il sera possible d’en faire.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo