Une entreprise veut lancer une trottinette électrique audacieuse, axée sur la performance et... hors de prix.

Sur le marché des voitures, il existe celles de la vie de tous les jours et, à l’extrême opposé du spectre, les hypercars — ces engins hors de prix produits en quantité très limitée et qui vont très, très vite. La trottinette Dragonfly de D-Fly Group, présentée dans les colonnes de Forbes le 17 décembre, pourrait appartenir à la deuxième catégorie. Au point que son créateur n’a pas peur d’employer le terme hyperscooter — que l’on pourrait donc traduire par hypertrottinette. 

«  Je ne voulais pas simplement faire une trottinette (…) Je voulais que l’hypertrottinette soit un produit technologique de rupture, que le monde n’avait jamais vu », confie Jez Williman, fondateur et CEO de D-Fly. D’où cette Dragonfly Electric Hyperscooter, disponible en versions trois ou quatre roues, à des prix exorbitants : comptez entre 5 000 et 6 000 dollars. 

Trottinette Dragonfly Electric Hyperscooter // Source : D-Fly

Le monde a-t-il besoin d’une trottinette version hypercar ?

Avec un tel positionnement, la Dragonfly Electric Hyperscooter s’appuie sur une structure premium : de la fibre de carbone, de l’aluminium utilisé en aérospatial et du bois de Paulownia (pour un poids à peine supérieur à 14 kilogrammes). Du côté des performances, on navigue dans la surenchère : vitesse maximale supérieure à 60 km/h, grâce à deux moteurs électriques, et autonomie pouvant grimper jusqu’à 45 kilomètres. On rappelle que la limitation en France est fixée à… 25 km/h.

Le constructeur a également pensé à intégrer un volant inspiré de la Formule 1, avec une technologie brevetée baptisée Full-Tilt (pilier inclinable que l’on peut pivoter, avec retour haptique pour les clignotants). « Quand vous le tenez, imaginez que vous êtes en train de piloter un avion », explique Jez William. Par ailleurs, la Dragonfly Electric Hyperscooter fera beaucoup de bruit pour appuyer ses prestations sur la route. Pour l’infodivertissement et la connectivité (liaison à un smartphone en Bluetooth), la trottinette s’en remet à un écran 4K de 4,5 pouces capable d’afficher la vitesse ou des informations sur la navigation. 

La commercialisation de cet engin est attendue pour l’été 2020.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo