À 1,9 millions d'euros, l'hypercar électrique de 2000 chevaux du constructeur britannique séduit.

Près d’un mois après sa présentation à la presse, la Lotus Evija a été montrée pour la première fois au public ce dimanche 18 août, à l’occasion de la Monterey Car Week.

On peut dire que l’hypercar électrique du constructeur anglais a fait son effet, puisque Lotus annonce avoir enregistré sur la journée un nombre de commandes « à deux chiffres », ce qui représente la quasi-totalité de la production allouée au marché américain. Et pour réserver l’engin, oubliez les 1 000 dollars d’acompte de la Tesla Model 3. Lotus ne demande pas moins de 250 000 livres (environ 275 000 euros), soit quasiment autant que le prix de la plus chère des Ferrari, la 812 Superfast…

 

Avec une production mondiale limitée à 130 exemplaires et un prix annoncé à 1,7 million de livres (environ 1,9 million d’euros) hors taxes, l’Evija, présentée ci-dessus par la youtubeuse Supercar Blondie, joue sur l’exclusivité. Mais l’hypercar avance surtout un certain nombres d’arguments qui ne laissent aucune chance à la concurrence : une puissance équivalente à 2 000 chevaux cumulée par quatre moteurs électriques, un couple de 1 700 Nm… C’est plus que la Bugatti Chiron (1 500 chevaux et 1 600 Nm de couple), qui détient aujourd’hui le titre de voiture de production la plus puissante au monde.

De la charge à 800 kW… quand les bornes existeront

Non contente de son futur statut qu’elle ravira à la Chiron, l’Evija inaugurera également un certain nombre de premières. Outre des feux de croisement lasers (BMW et Audi, pour ne citer qu’eux, proposent déjà cette technologie, mais uniquement pour les feux de route), la Lotus embarquera un chargeur de 800 kW. C’est énorme et pour le moment aucune borne n’est adaptée, mais cela présage des capacités de récupération d’autonomie inégalées. Sur une borne de 350 kW (ce qui se fait de mieux aujourd’hui) elle sera déjà capable de récupérer 80 %  de ses 400km d’autonomie annoncés (selon le cycle WLTP) en 12 minutes et la totalité de sa capacité de charge en 18 minutes.

La Lotus Evija, future voiture de série la plus puissante au monde. // Lotus

Prévue pour début 2020, l’Evija est importante pour Lotus. Le constructeur anglais, racheté par le chinois Geely et un conglomérat malaysien, pâtit de plusieurs années d’un plan produit peu ambitieux. Avec sa future hypercar, il veut rappeler que les sportives d’exception britanniques ne se limitent pas à Aston Martin et McLaren.

Partager sur les réseaux sociaux