[Reportage] Nous avons rencontré les créateurs de Bo, un petit scooter électrique chinois aux allures de Gogoro, qui pourrait séduire un large public urbain.

Avec une selle de 67 cm de hauteur, Bo est clairement un petit gabarit. Le scooter équivalent 50cc a été présenté par Qjiang, le fabricant de motos chinois leader sur le marché des deux-roues, lors du salon EICMA 2019 que Numerama a couvert cette année pour la rubrique Vroom.

Bo, un scooter électrique de Qjiang // Source : Marie Turcan pour Vroom/Numerama

Petit et léger

Nous n’avons pas pu rouler avec l’appareil, mais nous avons pu le manier quelques minutes sur son stand milanais. Il faut dire que le deux-roues attire l’œil, dans une hall où trônent encore majoritairement de grosses cylindrées thermiques. Le « Bo » — un nom volontairement court et « mignon » — est un petit scooter qui emprunte des airs au Gogoro Viva, le prochain deux-roues du géant taïwanais, mais aussi de premiers modèles que l’on connaît bien à Paris, car la startup COUP les fait rouler partout dans la capitale.

Le Bo a la même capacité à attirer l’œil tout en se faisant modeste. Il a clairement été conçu pour être petit (il pèse 73kg) beau : son esthétique est épurée (carrosserie fine, peinture laquée), ses lignes sont recourbées et élégantes, et chaque fonctionnalité a été pensée pour prendre le moins de place possible. Aussi le tableau de bord n’est-il qu’un petit cercle au milieu du guidon en aluminium, le feu avant se restreint au haut du corps de l’appareil, et le siège dépasse légèrement à l’arrière, ce qui renforce son look aérien.

Bo, un scooter électrique de Qjiang // Source : Marie Turcan pour Vroom/Numerama

Un faux bruit de moteur thermique

Une coquetterie marginale : la partie gauche du guidon et la clé du scooter électrique ont été personnalisées pour ressembler aux touches d’une manette de console : ça n’apporte pas grand chose à l’engin, mais cela apporte une petite touche de folie qui n’est pas déplaisante.

C’est la même originalité que l’on retrouve du côté droit du guidon, où il est possible… d’augmenter le volume du son qu’émet le scooter quand il roule, un bruit artificiel inspiré d’un bruit de gros moteur thermique. Au-delà de la touche humoristique, il s’agit d’un enjeu important sur le marché des fabricants de deux-roues électriques, qui doivent prendre en compte le fait que leurs véhicules doivent pouvoir être entendus des passants et autres conducteurs.

Bo, un scooter électrique de Qjiang // Source : Marie Turcan pour Vroom/Numerama

Au niveau des performances, le deux-roues se défend bien : 45 km/h pour une puissance moteur limitée à 1200W, et officiellement une autonomie de 60 km en mode sport (le mode le plus rapide des deux). C’est peu, mais c’est cohérent avec les ambitions de l’appareil, qui vise clairement un public très urbain qui ne fait pas énormément de route.

La batterie se cale facilement à l’intérieur du coffre et peut être retirée sans encombre — elle pèse 9,8 kg, ce qui est dans la moyenne, et a une bonne poignée agréable à prendre en main.

Bo, un scooter électrique de Qjiang // Source : Marie Turcan pour Vroom/Numerama

Qjiang nous assure vouloir viser une sortie en Europe d’ici janvier 2020 : il sera vendu aux alentours de 1 300 euros aux revendeurs, mais ceux-ci peuvent ensuite en augmenter largement le prix. Il n’est donc pas possible pour l’instant d’imaginer à quel prix le Bo sera commercialisé.

Bo, un scooter électrique de Qjiang // Source : Marie Turcan pour Vroom/Numerama

Numerama est à l’EICMA du 5 au 6 novembre 2019. Pour nous y rendre, nous avons accepté l’invitation de Niu, le constructeur chinois, qui est présent sur le salon pour présenter ses nouveautés. La rédaction suit l’actualité de Niu depuis longtemps et est entièrement libre de couvrir ce qu’elle souhaite sur le salon, de manière indépendante. 

Partager sur les réseaux sociaux