Klaus Frölich estime qu'il n'y a que les gouvernements qui veulent des voitures électriques. Sans fournir les aides nécessaires.

On ne sait pas quelle mouche a piqué Klaus Frölich, mais elle ne devait pas être très fan des voitures électriques. À l’occasion d’une table ronde à laquelle a pu assister Motoring le 25 juin 2019, le directeur de développement au sein de BMW a tenu des propos virulents sur la motorisation électrique et son avenir à court terme. Pour lui, en Europe, «  personne ne veut de voiture électrique » — sauf les gouvernements.

« Si nous avions une offre plus importante, des aides plus importantes, nous pourrions inonder le marché européen et vendre des millions de voitures [électriques] mais les Européens n’achètent pas ça. Le lobby européen Transport et Environnement ignore que le consommateur européen n’est pas prêt à prendre le risque du 100 % électrique car les infrastructures ne sont pas prêtes et la revente reste une inconnue », appuie l’intéressé. 

BMW iNext, iX3 et i4 // Source : BMW

Klaus Frölich rejette la faute sur les pouvoirs publics

Difficile de donner totalement tort à Klaus Frölich. En 2018, la reine des ventes sur le marché électrique — la Nissan Leaf — ne s’est écoulée qu’à 40 000 exemplaires en Europe. Ce volume paraît encore faible pour parler d’un véritable envol, même si certains chiffres restent encourageants (exemple : les précommandes pour la Porsche Taycan).

Autre preuve, le 25 juin, le lobby Transport et Environnement tweetait : « Les ventes de nouveaux véhicules émettant du CO2 ont augmenté en 2018. Pourquoi ? La hausse des ventes de SUV très rentables. Et le fait que les constructeurs limitent le choix en matière de modèles électriques— seulement 25 voitures à batterie ou à hydrogène disponibles en 2018. » 

Pour Klaus Frölich, la faute n’est pas à rejeter sur les constructeurs, longtemps réticents à l’idée de se lancer dans l’aventure. Sur ce point, BMW, qui s’estime en avance sur ses principaux concurrents (Audi et Mercedes), peut difficilement être pointé du doigt. Le constructeur a lancé l’i3 en 2013 et a même abandonné la version équipée d’un petit moteur thermique. D’ici 2025, le géant allemand compte avoir 25 voitures électrifiées inscrites à son catalogue — certains modèles sont déjà connus. Klaus Frölich pense que les automobilistes européens seront d’abord intéressés par des véhicules hybrides, qui peuvent offrir 80 kilomètres d’autonomie en mode 100 % électrique.

L’autonomie est la principale interrogation qui entoure les voitures électriques. Sur ce sujet clé, le ponte de chez BMW a un avis bien tranché : « Vous devez payer pour l’autonomie, et c’est ce que les gens ne comprennent pas (…) Sur l’électrique, la différence de prix se fait sur la performance et l’autonomie. L’écart entre 350 et 600 kilomètres est de l’ordre de 10 000 euros. Mettez les deux versions en vente et vous verrez combien de personnes achèteront la version 600 km. Toute cette discussion sur l’autonomie est absurde car c’est un choix économique lié à ce que vous pouvez dépenser. » Il rappelle qu’en Allemagne, il est toujours plus économique de rouler en diesel (à cause du prix au kWh). 

Partager sur les réseaux sociaux