Tesla n'a plus besoin de produire plus mais de livrer plus.

En septembre dernier, Elon Musk concédait que Tesla était passé d’un «  enfer de production  » à un « enfer logistique  ». Quelques mois plus tard, la situation ne semble pas avoir atteint une situation confortable, à en croire les informations de Business Insider publiées le 18 mars 2019.  Ainsi, nos confrères ont obtenu un mail dans lequel l’entreprise demande des volontaires pour livrer des voitures.

« Nous avons besoin de votre aide pour faire des progrès, sur la base du volontariat. Il nous faut livrer 30 000 voitures ces 15 prochains jours », préciserait le document interne, signé par Sanjay Shah, le vice-président. 

Véhicules Tesla // Source : Tesla

Tesla, le rush

Pourquoi un tel besoin à ce moment de l’année ? Tout simplement parce que le 31 mars signera la fin du trimestre fiscal — et la publication des chiffres qui vont avec. Et si Tesla a besoin de livrer beaucoup de voitures d’ici là, c’est tout simplement parce qu’il a dû gérer le lancement de la Model 3 en Europe. Durant le dernier trimestre écoulé, la firme américaine a pu livrer 90 966 véhicules.

Ce n’est pas la première fois que Tesla demande à des volontaires de tenir des objectifs élevés. L’an dernier, pendant Thanksgiving, période normalement festive, certains employés ont travaillé pour pouvoir atteindre les 7 000 Model 3 assemblées par semaine.

On parle ici de livraison, ce qui signifie qu’un salarié peut très bien rouler pendant plusieurs heures pour satisfaire un propriétaire avant de faire le chemin inverse grâce à un Uber payé par Tesla. La récente acquisition de plusieurs camions chargés de faire arriver les Model 3, Model S et Model X à bon port devrait aider à améliorer cette logistique chaotique. De toute évidence, Tesla continue d’apprendre.

Crédit photo de la une : Tesla

Partager sur les réseaux sociaux