La patience de Rivian commence à payer. L'entreprise est désormais soutenue financièrement par Amazon, qui place ses billes dans la mobilité électrique.

700 millions de dollars. C’est la somme reçue par l’entreprise Rivian, lors d’une levée de fonds chapeautée par Amazon le 15 février 2019. « Cet investissement est une étape importante pour nous et pour l’avenir de la mobilité durable », a commenté RJ Scaringe, fondateur et CEO de Rivian. Même son de cloche chez Amazon, nouvel heureux propriétaire de parts dans la compagnie : « Nous avons été portés par la vision de Rivian concernant le futur du transport électrique. RJ a monté une entreprise impressionnante, avec un catalogue de produits et des technologies très concurrentiels.  »

Rivian R1T // Source : Rivian

Un OVNI récompensé

Rivian pourra donc compter sur le géant de Seattle pour soutenir ses efforts sur la mobilité électrique. Et la stratégie audacieuse de l’entreprise américaine a peut-être fini par payer. En effet, si nous avons découvert les pick-up et SUV de Rivian à la fin de l’année 2018, il faut savoir que la société a été fondée en 2009 — soit il y a 10 ans — pour concurrencer la proposition de Tesla de l’époque… le premier roadster. Voyant le secteur de l’électrique changer, Rivian a pivoté vers des modèles plus tournés vers des usages aventure, que Tesla ne propose pas encore. Le segment du pickup, notamment, est plébiscité aux États-Unis et avec ses annonces, Rivian a coupé l’herbe sous les pieds de Tesla.

Ce qui est intéressant, c’est que contrairement à la plupart des entreprises, principalement chinoises, proposant des véhicules électriques qui semblent sortis d’un chapeau magique, c’est que Rivian a opéré dans l’ombre pour construire un business durable. Le long processus de R&D qui a abouti aux R1T et R1S s’est accompagné d’une recherche d’efficacité et d’intégration des processus de construction de l’entreprise : elle a par exemple installé ses usines dans les anciennes chaînes de montage de Mitsubishi, dans l’Illinois. En bref, tout le contraire du secteur électrique que l’on pourrait comparer à une bulle spéculative et qui a déjà fait grincer des dents le gouvernement chinois.

Rendez-vous un peu plus tard dans l’année pour savoir si en pratique, les véhicules répondent aux ambitions de l’entreprise.

Partager sur les réseaux sociaux