Quand même le leader de la voiture électrique voit ses volumes d’immatriculation chuter, ce n’est jamais bon. Les livraisons du leasing social continuent de donner l’illusion que tout va bien, mais pour combien de temps ?  

Le marché des voitures électriques n’est pas dans une forme olympique en France. Les statistiques du mois de juin ne rattrapent pas un début d’année en demi-teinte. Les immatriculations de véhicules neufs sont même en retrait de 11 % par rapport au mois précédent, selon les données publiées par AAA Datas ce 1ᵉʳ juillet. Si les acteurs du marché automobile espéraient un rebond avant l’été, il va falloir encore patienter. Enfin, si la nouvelle conjoncture politique ne vient pas plomber encore plus les perspectives.  

Le leasing social, avec ses voitures électriques entre 40 et 150 € par mois pour les ménages modestes, continue de faire croire que tout va bien. Hélas, hors de cette mesure gouvernementale largement subventionnée, les constructeurs semblent boire la tasse, y compris Tesla qui a vu ses immatriculations divisées par deux par rapport au mois de juin 2023.

Renault Mégane e-tech en tête des immatriculations françaises

Après une longue domination de la Peugeot e-208 depuis le début d’année, c’est au tour de la Renault Mégane e-tech de prendre la tête du classement des voitures électriques du mois de juin. Avec 3 257 exemplaires immatriculés le mois dernier, il s’agit même un record pour la marque sur le marché français.

Ce regain d’intérêt pour le modèle de Renault est probablement porté par le leasing social de ce début d’année. Le modèle était proposé à partir de 150 €/mois. La baisse des tarifs du mois de janvier, avec un tarif à partir de 34 000 €, peut également avoir porté ses fruits.

Tesla sur le podium, mais avec des volumes bas

Les fins de trimestre sont généralement animées chez Tesla pour les Model Y et Model 3. Cependant, ce mois de juin 2024 n’a rien de vraiment exceptionnel pour la marque, comparé à l’année 2023 :

juin 2024Juin 2023
Tesla Model Y2 1554 335
Tesla Model 31 8213 966

Le Model Y – la star des ventes internationales – voit ses volumes d’immatriculations chuter de 50 % par rapport au mois de juin de l’année dernière, et la Model 3 atteint même 54 % en moins par rapport à 2023. Enfin, ces chiffres restent quand même bien meilleurs qu’au mois de mai, pendant lequel le Model Y n’avait atteint que 1 419 immatriculations et la Model 3 seulement 763.

Tesla Model 3 (2023) // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
Tesla Model 3 (2023) // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

La berline Model 3, malgré un tarif attractif, subit l’absence de bonus de l’État sur le marché français. La possible hausse de son tarif, à cause des droits de douane européens rehaussés pour les modèles produits en Chine, pourrait bien aggraver la situation de ce modèle pourtant apprécié des clients.  

Stellantis se console en regardant le cumul des 6 premiers mois

Pour une fois, Stellantis doit céder sa place sur le podium des immatriculations du mois de juin. La Peugeot e-208 n’est que 5ᵉ, la Fiat 500e 6ᵉ et la Citroën ë-C4 en 9ᵉ place du classement. Pour autant, le groupe se console en conservant une belle avance sur le cumul sur les 6 premiers mois de l’année, notamment pour e-208 qui conserve sa première place avec 17 341 exemplaires déjà livrés.

Le groupe Stellantis a récupéré la plus grande part des voitures électriques en leasing social. Les livraisons se poursuivent auprès des clients. Pour ne pas voir les ventes s’effondrer à la fin de celles-ci, le groupe continue à proposer des offres en leasing assez attractives. Particulièrement avec la Fiat 500 e à partir de 99 €/mois.

Le reste du classement du mois de juin 2024

ModèleUnités vendues
RENAULT – MEGANE-E3 257
TESLA – MODEL Y2 155
TESLA – MODEL 31 821
RENAULT – TWINGO1 648
PEUGEOT – 2081 417
FIAT – 5001 240
M.G. – MG41 179
VOLKSWAGEN – ID.31 112
CITROEN – E-C41 006
RENAULT – SCENIC928
OPEL – CORSA763
JEEP – AVENGER761
PEUGEOT – 2008740
B.M.W. – IX1687
MINI – MINI681
OPEL – MOKKA614
VOLKSWAGEN – ID.4613
CUPRA – BORN601
SKODA – ENYAQ575
PEUGEOT – 3008479
source : AAA Data

Sans subvention, le marché du VE peut-il encore résister ?

Si l’on retire les immatriculations liées au leasing social, subventionné à hauteur de 13 000 € par le gouvernement, il ne reste pas grand-chose pour les autres modèles et les autres acheteurs. Cette mesure a littéralement cannibalisé les ventes de ce premier semestre 2024.

C’est un constat assez similaire qui s’impose lorsque l’on observe les modèles qui ont perdu le bonus écologique en 2024. Les voitures électriques produites en Chine sont globalement en perte de vitesse, malgré les remises concédées par les constructeurs concernés. Même si on peut observer quelques soubresauts pour la MG4 au mois de juin, ce n’est probablement qu’une anticipation de la hausse des droits de douane du mois de juillet. Le reste des constructeurs chinois payent particulièrement cher la politique protectionniste de la France.

MG4 version luxury // Source : MG
MG4 version luxury // Source : MG

Le climat politique a aussi pas mal créé d’attentisme au niveau des décisions d’achat. Le résultat des élections européennes et ceux à venir pour les législatives pourraient bien faire ralentir encore plus le marché. Pour le moment, la voiture électrique conserve sa part de marché à l’identique, mais un gouvernement qui viendrait couper les subventions sur l’électrique marquerait sans aucun doute un coup d’arrêt d’une bonne partie des ventes.

Il n’est également pas à exclure que les clients attendent les grandes nouveautés de l’année : Renault Scénic e-tech, Peugeot e-3008/e-5008, Citroën e-C3 ou Renault 5. La R5 n’aura des effets que sur l’année 2025, mais les autres modèles pourraient déjà un peu réanimer le classement des immatriculations à la rentrée 2024.  

Si le gouvernement voulait favoriser les constructeurs européens, il a surtout réussi à casser la dynamique du marché de la voiture électrique. Une tendance à suivre dans notre newsletter Watt Else :

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !