Connaissez-vous Denza, Yangwang ou IM ? Le salon de Genève a permis de découvrir ces nouvelles marques qui pourraient bientôt s’implanter en Europe. La peinture est encore fraîche chez MG et BYD qu’ils veulent déjà introduire de nouvelles marques.

MG et BYD ont décidé d’exposer leurs nouveautés au salon de Genève, qui se tient du 26 février au 3 mars. Un peu éclipsés par l’actualité Renault et l’absence massive des constructeurs traditionnels, les autres constructeurs présents au salon ne sont pas à oublier pour autant. Les deux groupes Chinois sont notamment venus avec un peu plus que de nouvelles voitures. Les noms de Yangwang, Denza et IM, ne vous disent probablement rien, mais ces nouvelles appellations appartenant à BYD et MG vont s’inviter dans l’actualité automobile des prochains mois.

Ces trois nouvelles marques ont bien l’intention de faire leur entrée sur le marché européen d’ici à 2025. Pourquoi ? Parce qu’ils le peuvent. Les deux groupes chinois veulent continuer à conquérir des parts de marché en Europe, pour autant on est loin du marché de masse avec les modèles présentés au salon.

Que sont Denza, Yangwang et IM ?

Outre le fait d’être issues de groupes automobiles chinois, les 3 marques partagent un autre point commun : elles sont toutes des vitrines technologiques haut de gamme, par rapport à la marque principale déjà implantée en Europe. Il est d’ailleurs intéressant de voir comment les marques sont présentées dans leur communiqué de presse respectif.

Denza

Denza est une des marques haut de gamme de BYD. Elle représente une nouvelle ère de mobilité électrique prestigieuse et technologiquement avancée selon les mots employés par la marque. Denza est née de la coentreprise entre BYD et Mercedes pour le marché chinois. Si la marque allemande s’est globalement retirée de Denza, il reste des traces du constructeur allemand dans les produits de la marque et dans son positionnement sur le marché.

Yangwang

Une sous-marque de luxe audacieuse de BYD, présente des innovations à couper le souffle dans le domaine de la technologie des véhicules à énergie nouvelle et des expériences de conduite haut de gamme.

Yangwang cible encore plus une clientèle fortunée. Un modèle comme le Yangwang U8, un énorme SUV luxueux, hybride et à la pointe de l’innovation, vaut plus d’un million de yuans en Chine, soit l’équivalent de 130 000 €. Si l’on calculait des estimations de prix pour une commercialisation en Europe, il pourrait atteindre entre 220 000 € et 250 000 € selon les habitudes tarifaires de BYD. C’est très loin de l’image collective que l’on peut avoir des voitures chinoises.

Yangwang U8 l'une des stars du salon de Genève // Source : Raphaelle Baut
Yangwang U8 l’une des stars du salon de Genève // Source : Raphaelle Baut

IM

IM pour « Intelligent Mobility ». Le nouveau constructeur 100 % électrique du groupe SAIC Motor produira des voitures innovantes, ultra-technologiques, promettant une expérience de conduite enthousiasmante selon les promesses de la marque.

Les modèles IM visent un public plus large en Chine avec du premium abordable. Par exemple, le IM LS6 du groupe SAIC apparait comme un SUV Fastback de 4,90m, avec un tarif de 215 000 yuans en Chine, soit environ 28 000 €. Ce qui pourrait donner un tarif situé autour de 45 000 à 50 000 € en Europe, un positionnement proche d’un Tesla Model Y.

IM LS6 futur concurrent du Model Y ? // Source : Raphaelle Baut
IM LS6 futur concurrent du Model Y ? // Source : Raphaelle Baut

Au-delà des considérations de prix, toutes ces marques présentes des avancées technologiques, que ce soit sur la batterie, les motorisations, les aides à la conduite ou des services connectés. De quoi rappeler aux constructeurs européens qu’ils doivent continuer d’innover rapidement.

Les modèles présentés à Genève arriveront-ils en Europe ?

Denza avait déjà exposé son D9 au salon de Munich en septembre dernier dans une configuration particulièrement luxueuse. Ce monospace/van, plutôt adapté aux transports de personne avec jusqu’à sept places disponibles, pourrait être l’un des premiers produits proposés par la marque en Europe en hybride ou électrique. Un marché de niche qui ne risque pas d’affoler les marques européennes.

Denza D9 : le type de véhicule qui ne marche pas en Europe // Source : Raphaelle Baut
Denza D9 : le type de véhicule qui ne marche pas en Europe // Source : Raphaelle Baut

Par contre, Denza a également exposé pour les journées publiques le N7, un SUV électrique 5 places, qui pourrait également se lancer dans la course sur le marché européen, et ce, dès la fin de l’année 2024, selon les nombreux projets de BYD.

BYD a également exposé sur son stand le grand SUV baroudeur de luxe Yangwang U8. Ce mastodonte hybride de 3,4 tonnes, qui flotte et peut tourner sur lui-même, embarque des technologies innovantes. Il est l’une des vitrines du savoir-faire technique de BYD. Le salon de Genève était l’occasion de tester l’appétence des clients pour ce modèle, concurrent des Range Rover ou des Mercedes classe G. Il n’est pas exclu que cette nouvelle branche de BYD fasse son apparition en Europe en 2025. Il sera intéressant de voir si la sportive U9 est aussi prévu au programme.

Du côté de MG, l’heure est aussi à la réflexion, pour voir si la marque IM pourrait être favorablement accueillie en Europe pour compléter l’offre du constructeur chinois, plutôt connu pour ses voitures électriques abordables. Une nouvelle marque en Europe ou une gamme de voitures, comme l’a longtemps été DS au sein de Citroën avant de s’émanciper ? Rien ne semble figé pour l’heure. La marque a profité du salon de Genève pour dévoiler une nouveauté mondiale : la berline électrique IM L6, qui pourrait arriver en Europe accompagnée du modèle LS6 également exposé sur le stand. 

Deux autres voitures étaient aussi présentées : L7 et LS7, mais elles sont un peu éloignées des habitudes de consommation des acheteurs européens.

Première mondiale pour la berline électrique IM L6 à Genève // Source : Raphaelle Baut
Première mondiale pour la berline électrique IM L6 à Genève // Source : Raphaelle Baut

Attend-on vraiment ces nouvelles marques sur le marché européen ?

Pour le moment, le « premium chinois » a du mal à trouver son public en Europe. Il faut dire que ces modèles, déjà chers sur le marché chinois, le sont tout autant en Europe. Même s’ils se positionnent généralement sur des prix plus abordables à équipement équivalent que les marques allemandes, l’argument prix ne suffit pas pour faire décoller les ventes. Des marques comme Nio et Xpeng n’ont réalisé qu’entre 2 000 et 2 500 immatriculations en 2023. Un score faible qui n’apporte pas réellement les opportunités de croissance espérées par ces constructeurs chinois. Il faudra du temps à ces marques pour gagner la confiance des européens, or certaines n’ont pas le luxe d’attendre si elles veulent perdurer.

La situation est un peu différente pour des marques qui peuvent s’appuyer sur le travail d’implantation déjà effectué par le groupe auquel elles appartiennent. MG et BYD sont en train de creuser leur trou en Europe et ces trois marques pourraient en bénéficier.

Il n’en reste pas moins que le marché européen ne cherche pas la dernière voiture électrique la plus technologique, mais la voiture électrique la plus rationnelle. Cette rationalité pour le choix d’un modèle passe soit par l’autonomie proposée, soit par le prix. Denza, Yangwang et IM peuvent bien se lancer, mais l’investissement en vaudra-t-il le coup ? Rien n’est moins sûr.

Toujours plus de marques chinoises, mais pour quoi faire concrètement ? C’est un sujet que vous pourriez retrouver dans notre newsletter hebdomadaire. Abonnez-vous à Watt Else, la newsletter gratuite de Numerama, garantie 100 % sans langue de bois sur la mobilité de demain

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !