Avec un tarif débutant à 44 990 €, le nouveau Peugeot e-3008 semble étrangement bien positionné par rapport aux habitudes de la marque. Y a-t-il un « mais » ?

Peugeot vient d’officialiser ce 11 janvier le tarif de lancement de son nouveau SUV électrique e-3008. Le moins que l’on puisse dire, c’est que celui surprend plutôt positivement. Les premiers prix diffusés placent le nouveau Peugeot e-3008 sous la barre des 47 000 €, le rendant éligible au bonus écologique.

Sauf qu’il y a quand même un « mais », car les deux tarifs dévoilés par Peugeot pour le moment ne concernent qu’une des trois versions prévues pour le modèle. Il s’agit ici de la version 210 ch en traction et avec la batterie de 73 kWh, soit la version entrée de gamme du e-3008.

Un positionnement interne quand même surprenant

Ce nouveau Peugeot e-3008 commence sa commercialisation avec le « petit modèle » et deux finitions différentes :

  • Peugeot e-3008 210 Allure : à partir de 44 990 € (ou à partir 394 €/mois en leasing),
  • Peugeot e-3008 210 GT : à partir de 46 990 € (ou à partir de 430 €/mois en leasing).
Nouveau Peugeot e-3008 // Source : Peugeot
Nouveau Peugeot e-3008 à partir de 44 990 € // Source : Peugeot

Il restera à découvrir le positionnement tarifaire de la version « dual motor » de 320 ch à transmission intégrale, ainsi que celui de la version « long range » de 230 ch avec la grande batterie de 98 kWh. Ces deux versions risquent d’être plus salées au niveau du tarif. On soupçonne un peu Peugeot de transformer le e-3008 210 en un produit d’appel pour attirer le chaland en concession.

Là où le tarif du Peugeot e-3008 interpelle, c’est qu’il est à peine plus cher que la berline Peugeot e-308. Seulement 1 090 € de différence par rapport au tarif catalogue, alors que la 308 n’offre que 156 ch pour une batterie de 54 kWh. L’écart avec le e-2008 est plus dans la norme avec 6 190 €, mais si l’on compare la différence de prix habituelle entre le 2008 et le 3008 à moteur thermique, il devrait y avoir plutôt 9 000 € de différence. Si Peugeot n’ajuste pas à la baisse les prix des modèles de la plateforme précédente, cela risque de coincer.

Plateforme STLA Medium  // Source : Peugeot
Nouvelle plateforme STLA Medium du e-3008 // Source : Peugeot

Il peut aussi s’agir d’un tarif de lancement temporaire pour booster le démarrage de la nouveauté. En tout cas, on l’espère pour d’autres modèles du groupe Stellantis, car comment justifier un si faible écart de prix entre les SUV urbains tels que les Jeep Avenger et DS3, quand le plus gros SUV bien plus performant est à peine plus cher.

Solide face à Renault et Tesla

Avec ce positionnement tarifaire, le Peugeot e-3008 reste bien positionné. Il est certes plus cher que le futur Renault Scénic qui démarre à partir de 39 900 €, mais le modèle Peugeot offre plus d’autonomie et de puissance.

Pour une fois, Peugeot peut affirmer que son modèle est moins cher que Tesla sans mentir. Le Model Y démarre à 45 990 € pour la version propulsion, avec une autonomie inférieure au 520 km annoncés par Peugeot.

Est-ce que le Peugeot e-3008 fait vraiment mieux que ces modèles ? Les essais le diront, mais chacun des modèles à ses forces et ses faiblesses. Il n’est pas certain que le Peugeot remporte aussi facilement la bataille, face aux deux autres modèles cités.

Nouveau Peugeot e-3008 // Source : Peugeot
Nouveau Peugeot e-3008 // Source : Peugeot

Deux cartons rouges pour Peugeot en passant

Deux éléments du communiqué de presse de Peugeot ne sont pas passés inaperçus et donnent envie de mettre un carton rouge à la marque… pour le principe.

Le premier concerne les tarifs affichés avec bonus de 5 000 € déduit. Positionné en évidence dans le début du mail, le prix de 39 990 € de la finition d’entrée de gamme est indiqué en gras, avec ensuite dans une parenthèse « bonus écologique 2023 de 5 000 € déduit ». La marque peut parfaitement le faire, mais alors que le décret passant le bonus à 4 000 € peut tomber dans les prochaines heures, la méthode est discutable.

intérieur du Peugeot e-3008 // Source : Peugeot
intérieur du Peugeot e-3008 // Source : Peugeot

Le second point litigieux est cette phrase, positionnée en évidence dans le communiqué, avant même les informations détaillées sur la version électrique : « Pour accompagner les clients dans leur transition vers une mobilité 100 % électrique, et répondre notamment aux besoins spécifiques des professionnels, le nouveau 3008 est également disponible en motorisation HYBRID 136 e-DCS6. »

Avec ce discours ambivalent, il est facile de comprendre que Peugeot n’a pas envie de vendre son modèle électrique et pousse les clients vers l’hybride. Ce n’était pas nécessaire dans un communiqué visant à annoncer l’ouverture des commandes et les prix des versions électriques.

Le prix des nouvelles voitures électriques semble enfin aller dans le bon sens. Pour ne rien manquer des tendances à ce sujet, nous vous recommandons de vous abonner à notre newsletter hebdomadaire Watt Else.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.