Des accidents d’Autopilot, qui n’en sont pas selon Tesla, font encore souvent l’actualité. Un récent décryptage vidéo d’un crash survenu en 2019 permet de mieux comprendre comment tout cela fonctionne.

Un accident survenu en 2019, impliquant un Tesla Model X, avait blessé 5 policiers qui ont poursuivi en justice Tesla en retour. Alors que les véhicules d’intervention étaient arrêtés sur la voie, le Model X s’est encastré dans ceux-ci. Une nouvelle enquête du WSJ, publiée le 9 aout 2023, se penche sur cet accident. Elle apporte quelques éclairages intéressants sur les lacunes des aides à la conduite de la marque américaine.

Ce crash fait partie d’un groupe de 16 accidents similaires impliquant une Tesla, au sujet desquels les autorités américaines (NHTSA) ont mené l’enquête, pour savoir s’il y avait eu défaillance du système. Il s’agit bien ici de l’Autopilot, toujours majoritairement utilisé partout dans le monde par les conducteurs de Tesla, et non de la conduite semi-autonome Full Self-Driving (FSD).

Boire ou conduire : avec Autopilot, il faut quand même choisir

Pour remettre quelques éléments de contexte, le conducteur a pris le volant alors qu’il était sous influence (probablement de l’alcool). Il n’était donc pas en état de conduire, mais il a malgré tout décidé de rentrer chez lui. Durant son trajet de 45 minutes, 150 alertes sont apparues sur l’écran du conducteur, l’invitant notamment à confirmer sa vigilance en mettant une pression suffisante sur le volant. Une manipulation que le conducteur a alors exécutée à de multiples reprises, notamment pour que l’aide à la conduite ne se coupe pas tandis qu’il circulait sur l’autoroute. À cette époque-là, la caméra intérieure ne pouvait pas servir à vérifier l’état de vigilance du conducteur, ce qui a depuis évolué. C’était élément souvent reproché à Tesla, tant il était facile de tromper le système.

La voiture suivant donc sa voie pendant un long moment, ralentissant si des véhicules roulant moins vite s’intercalaient devant lui. Tout fonctionnait « normalement ».

Autopilot dans le Model X // Source : Raphaelle
Test des limites de l’Autopilot dans le Model X. // Source : Raphaelle

Selon Tesla, l’Autopilot a fonctionné comme prévu

Le Model X a bien détecté les véhicules en mouvement sur l’autoroute, à bonne distance. Mais, il n’a pas détecté les véhicules de police arrêtés en pleine voie, malgré – ou plutôt à cause – des flashs lumineux émis par les gyrophares. Ce n’est que trop tard que les voitures à l’arrêt ont été captées par le système, qui a amorcé un freinage et désactivé l’Autopilot 2,5 secondes avant l’impact. Le Model X roulait à 87 km/h lorsqu’il a percuté les véhicules de police.

Au moment du choc, l’Autopilot n’était officiellement pas activé, et donc pas fautif. La faute reposait sur le conducteur inattentif. Mais, combien de fois Tesla a-t-il indiqué aux autorités que l’aide à la conduite était inactive lors du choc, alors qu’elle s’était désactivée juste au bon moment ?

Tesla Model X // Source : Tesla
Tesla Model X. // Source : Tesla

Bien sûr, dans l’accident présent, le conducteur reste le principal responsable de l’accident. Toutefois, cette vidéo démontre bien que les systèmes embarqués par Tesla ont quelques lacunes. Le système a quand même envoyé 150 alertes au conducteur pour vérifier sa vigilance. Mais, c’est seulement face à un accident inévitable que l’Autopilot s’est coupé un instant avant la collision.

Tesla a bien appliqué des mises à jour au fil des ans pour améliorer la détection des véhicules de secours, mais des accidents continuent à survenir assez régulièrement. Tesla semble toujours avoir un problème avec certains véhicules et obstacles sur la route, aussi bien avec l’Autopilot que le FSD.

Le plus inquiétant est surtout que le système peut marcher 9 fois sans aucun problème puis se louper sur la 10e. Et, les conséquences peuvent être fâcheuses, voire fatales. Une vidéo récente d’un habitué de la conduite semi-autonome FSD, qui a failli emboutir sa Tesla Model S, le montre bien :

Un rappel de circonstance s’impose :

Si les sujets de ce type vous intéressent, n’hésitez pas à vous abonner à notre newsletter éditorialisée Watt Else. Elle est envoyée gratuitement dans votre boîte email tous les jeudis.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !