Un objet permet de tromper l'Autopilote de Tesla en faisant croire que des mains sont sur le volant. Il a (logiquement) été déclaré dangereux.

Tesla ne cesse de marteler que sa technologie Autopilote est tout sauf de la conduite 100 % autonome. En pratique, elle permet de soulager les jambes mais ne se substitue pas à la vigilance humaine. Cela n’empêche pas certains conducteurs d’avoir un comportement irresponsable, allant jusqu’à lâcher les mains du volant.

D’aucuns sont même allés encore plus loin… Une entreprise a en effet conçu un dispositif pensé pour tromper l’intelligence artificielle embarquée dans l’Autopilote quand il s’agit de détecter les mains sur le volant. Il a logiquement été déclaré dangereux par la National Highway Traffic Safety Administration (agence fédérale américaine des États-Unis chargée de la sécurité routière).

Un objet stupide et dangereux

Un petit tour sur le site dédié à l’Autopilot Buddy permet de se familiariser avec l’objet, qui consiste à appliquer une pression sur le volant via la force magnétique. Développé par Dolder, Falco et Reese, il permet en quelque sorte de revenir à d’anciennes versions du firmware des voitures Tesla, à une époque où l’Autopilote était plus permissif. « L’Autosteer a d’abord été proposé aux propriétaires des Tesla en octobre 2015. Depuis, les mises à jours ont lentement diminué la durée pendant laquelle nous pouvons apprécier l’Autopilote dans nos voitures », précise la description, ajoutant, en guise de prévention, qu’il ne s’agissait pas d’un objet prévu pour un usage sans les mains.

Plus loin, nous pouvons même lire : «  L’Autopilot Buddy n’est pas un dispositif de sécurité. L’utiliser de manière irresponsable peut causer des blessures ou la mort. Il est conçu pour un usage sur circuit, pas au sein des voies publiques.  »

Toutefois, ces avertissements n’ont pas empêché la National Highway Traffic Safety Administration de mettre l’Autopilot Buddy au pilori. « Un produit imaginé pour contourner la sécurité d’un véhicule et l’attention du conducteur est inacceptable. En empêchant le système d’alerter le conducteur sur la nécessité de remettre les mains sur le volant, ce produit désactive un message de sécurité important, et peut mettre des vies en danger », a indiqué Heidi King, membre de la NHTSA, dans des propos relayés par The Verge le 19 juin 2018. Une ordonnance de cessation et d’abstention a donc été envoyée à ses concepteurs. 

Partager sur les réseaux sociaux