Des batailles juridiques sont en cours entre le constructeur Nio et un influenceur chinois. Les deux camps ont déposé des plaintes pour des motifs très différents, mais l’histoire ne manque pas de rebondissements.

En Chine, la guerre est lancée entre les marques automobiles et les influenceurs. Plusieurs constructeurs locaux, comme BYD, Li Auto et Nio, ont initié des procédures pour diffamation contre des créateurs de contenu. Critiques virulentes, fausses informations, utilisation de langage grossier ne sont pas pris à la légère. Dès que cela est considéré comme nuisant à la réputation de la marque, les services juridiques attaquent et les montants demandés en compensation sont généralement de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Les faits relatés par CNevpost, ce 7 août 2023, ressemblent notamment à l’histoire de l’arroseur arrosé. La situation est atypique : l’influenceur chinois Gu Yubo poursuit Nio pour ne pas lui avoir livré sa nouvelle voiture, alors que Nio poursuit déjà l’influenceur pour le contenu d’anciennes vidéos.

De virulentes critiques contre Nio sur TikTok

Sur son compte Douyin (TikTok en Chine), l’influenceur Gu Yubo est suivi par 2,5 millions d’abonnés. Ce qui ne laisse pas vraiment les marques indifférentes quand elles sont l’objet de vives critiques de la part de Gu Yubo. C’est le cas de Nio, qui a repéré une douzaine de vidéos courtes publiées sur le compte de Gu Yubo à partir du mois d’avril à son sujet.

Influenceur Gu Yubo relatant l'affaire ES6 // Source : Douyin - 小牛说车
Influenceur Gu Yubo relatant l’affaire ES6. // Source : Douyin – 小牛说车

Le constructeur a jugé que les vidéos utilisaient un langage insultant et vulgaire à l’encontre de Nio et de ses utilisateurs. L’entreprise a alors intenté en mai une action en justice contre l’influenceur en lui demandant de retirer les vidéos, de s’excuser publiquement et de payer l’équivalent de 630 000 euros en dommages et intérêts.

Gu Yubo n’est pas le seul compte sur Douyin qui s’est attiré les foudres de Nio. La marque s’est également attaquée à un autre créateur de contenu, Cheshiji, disposant de 6,5 millions d’abonnés.

Malgré tout, il commande une Nio ES6 à plus de 40 000 €

Comment l’influenceur Gu Yubo, accusé de diffamation par Nio, en est-il venu à acheter la nouvelle génération de l’ES6 de Nio à sa sortie ? Une pièce du puzzle semble manquer pour comprendre toute cette histoire.

Nouvelle génération Nio ES6 // Source : Nio
Nouvelle génération Nio ES6. // Source : Nio

Pour autant, malgré l’action en justice contre lui, l’influenceur a pu acheter le modèle souhaité, en versant l’acompte de 640 € demandé. Il a même procédé au paiement total d’environ 42 845 € pour prendre livraison de son véhicule mi-juillet. Un jour à peine avant que Nio s’apprête à procéder à la livraison du véhicule, prévue le 14 juillet, les équipes de vente réalisent que le créateur de contenu et l’acheteur sont une seule et même personne.

Le lendemain, Gu Yubo est informé par les équipes de Nio dans sa ville que la marque ne sera pas en mesure de livrer le véhicule et qu’il sera donc intégralement remboursé. Mais, la solution ne convient pas à l’influenceur. À son tour, il intente alors un procès contre Nio en exigeant du fabricant qu’il lui livre son véhicule, qu’il s’excuse publiquement et lui verse une indemnité d’un million de yuans RMB, soit plus de 126 000 euros.

Nio justifie son refus de vente en raison de la violence verbale, des calomnies et des attaques à l’encontre de Nio et de ses utilisateurs, dans les vidéos publiées par Gu Yubo. À en juger par la dernière vidéo publiée par monsieur Gu, au sujet du refus de livraison de l’ES6, la relation entre les deux protagonistes n’est pas près de s’améliorer. Difficile de savoir qui aura gain de cause dans cette étrange affaire.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !