Entre un cours en forte baisse dès ses premières heures en vente et un fondateur attaqué en justice, le nouveau projet de Terraform Labs ne commence pas vraiment de la meilleure façon.

Les débuts sont compliqués pour Luna 2.0. Quelques heures seulement après avoir été lancée, la nouvelle mouture de la crypto-monnaie Luna, subissait déjà une forte chute de sa valeur. Mise sur le marche le samedi 28 mai à 11h pour 17,8 dollars, le token (un terme utilisé pour désigner une unité de crypto-monnaie, en dehors du bitcoin et de l’Ethereum) s’échangeait quelques heures plus tard à 3,9 dollars, soit une baisse de près de 78 %. Ce mardi 31 mai, quatre jours après, le Luna n’a toujours pas réussi à remonter la pente, et s’échange aux alentours de 8 dollars, selon Coinmarketcap.

cours_LUNA2.0
Le cours du Luna 2.0 à la fin du mois de mai 2022. // Source : Coinmarketcap

Plus de 60 milliards de pertes

Ce n’est pas la seule mauvaise nouvelle pour le nouveau Luna : le volume de transactions a également baissé de 64 %, passant de 393,4 millions à 145,3 millions, selon Blockwork.

La nouvelle crypto-monnaie essaie de renaître des cendres de son prédécesseur, le Luna (désormais appelé Luna Classic), et surtout, de l’UST. Ce projet de stablecoin algorithmique était censé garantir son indexation sur le dollar grâce à un mécanisme de burn&mint avec le Luna, l’autre crypto-monnaie basée sur la blockchain Terra (il était possible d’échanger 1 UST contre un dollar de Luna). Mais à cause d’un mouvement de panique au début du mois de mai, l’UST a décroché, et les tentatives de le remettre d’aplomb ont juste empiré la situation, faisant perdre toute valeur au Luna et à l’UST.

L’effondrement de tout l’écosystème Terra a entraîné la disparition de plus de 60 milliards de dollars. Et malgré cela, Terraform Labs, la principale équipe de développement du projet Terra, et Do Kwon, son fondateur, ont annoncé leur intention de relancer une blockchain : Luna 2.0. Une large majorité de développeurs travaillant sur l’écosystème ont voté le 25 mai pour le lancement du nouveau projet, qui a officiellement débuté trois jours plus tard, le 28. Mais pour l’instant, la nouvelle crypto bat de l’aile — et les équipes de Terraform Labs pourraient connaître des problèmes judiciaires.

Des problèmes judiciaires

Le krach de Terra a en effet attiré l’attention des autorités de Corée. Le média sud-coréen JTBC rapporte qu’elles ont lancé une enquête contre Do Kwon, afin de déterminer s’il a manipulé par le passé le cours du Luna et de l’UST à la hausse afin d’en tirer profit. Les autorités coréennes essaient aussi de savoir si les plateformes d’échanges du pays avaient bien suivi les procédures avant de proposer à l’achat des tokens Terra.

do_kwon
Do Kwon est attaqué en justice // Source : Coin Desk / YouTube

Afin d’y parvenir, tous les employés de Terraforms ont été convoqués par les autorités, et vont devoir leur soumettre certains documents, indique Blockwork. Selon le média, des employés se seraient opposés au lancement du Luna et de l’UST, car ils auraient repéré des faiblesses dans le protocole des cryptos. Malgré leurs avertissements, Do Kwon aurait néanmoins fait pression pour lancer les projets. En plus de l’enquête officielle menée en Corée, 76 victimes ont déposé plainte contre Do Kwon et le co-fondateur de Terra Forms Lab, Shin Hyun-seong, pour fraude.

Malgré un cours en baisse et les problèmes judiciaires de Terraform Labs, il n’est pas dit que les débuts difficiles de Luna 2.0 marquent la fin de son aventure. Les lancements de projets de cryptomonnaies sont toujours des moments de fluctuation, et les cours peuvent varier de façon importante lors des premières semaines. De plus, la fin impressionnante du précédent Luna a affecté une grande partie du marché des cryptos, et il est normal que les investisseurs se montrent prudents et ne se jettent pas dessus. Le cours de la crypto-monnaie devrait surement se stabiliser au cours des prochains jours — à la hausse ou à la baisse, cela reste à voir.