La débâcle de l’UST et de Terra remet en question tous les projets de stablecoins. L’histoire va-t-elle signer la fin de ces crypto-monnaies stables ? Les avis sont pessimistes.

Un premier décrochage à 0,97 dollar, puis à 0,80, et enfin 0,30. En quelques heures, le cours du UST, la crypto-monnaie de Terra, a complètement sombré. L’histoire pourrait ne rien n’avoir d’extraordinaire : les crypto sont connues pour leur volatilité et de nombreux projets voient leur valeur rapidement chuter. Mais l’UST a la particularité d’être un stablecoin, indexé sur le dollar, ce qui aurait normalement dû rendre impossible un tel changement de sa valeur — et il s’agissait de l’un des projets les plus populaires du moment.

La chute de Terra et de l’UST sont des revers majeurs pour toute l’industrie de la crypto, et particulièrement pour les stablecoins. Ces projets de crypto-monnaies indexées à des actifs financiers externes sont de plus en plus populaires. Mais ils étaient déjà controversés, même avant la débâcle de Terra. Les stablecoins peuvent-ils vraiment survivre à une telle histoire ?

tether crypto
La stablecoin Tether pourrait-elle connaître le même sort que Terra ? // Source : Drawkit Illustration / Unsplash

Les problèmes des stablecoins

Il est important tout d’abord de revenir sur leur définition. Les stablecoins sont des crypto-monnaies dont la valeur est indexée à des actifs financiers, que ce soit une monnaie, comme le dollar ou l’euro, ou bien un métal, comme l’or ou le platine. Ce sont ces indexations qui doivent, normalement, leur permettre de garder un cours stable.

Les stablecoins gardent cette indexation grâce à différents mécanismes. Par exemple, Tether collatéralise chaque unité de crypto par un dollar : pour chaque Tether créé, un dollar a été déposé sur un compte en banque géré par le projet.

Mais tous les projets de stablecoins ne fonctionnent pas sur cette base. Ainsi, l’UST repose sur un protocole algorithmique complexe et sur la crypto-monnaie de sa blockchain, la LUNA, pour garantir son indexation. Concrètement, le cours de l’UST est maintenu grâce à un « oracle décentralisé », c’est-à-dire que les validateurs de la blockchain Terra votent tous les 5 blocs sur le « pour ce qu’ils considèrent être le vrai taux de change », résume le site spécialisé Cryptoast. En cas de décrochage, lorsque la valeur de l’UST descend, un algorithme se charge de brûler des UST afin de faire remonter leur cours. Il s’agit donc d’un stablecoin algorithmique.

terra_ust
Terra et l’UST sont en difficulté // Source : Terra

Cette distinction entre stablecoins « classiques » et les protocoles algorithmiques est très importante à faire. Les autorités financières n’accordent pas beaucoup de confiance aux projets comme celui de Tether : la crypto n’a pas toujours eu autant de réserves en monnaie fiduciaire qu’elle le prétendait, ce qui lui a valu quelques problèmes aux États-Unis. Mais depuis les problèmes du projet Terra, ce sont toutes les stablecoins algorithmiques qui sont scrutées de près par les autorités. Et, selon Blockwork, « cela pourrait être la fin des stablecoins algorithmiques telles que nous les connaissons ».

La fin des stablecoins algorithmiques ?

Pour l’instant, « aucun projet de stablecoin algorithmique n’a marché », a déclaré à Blockwork Adil Abdulali, spécialiste des placements dans les crypto-monnaies. « Les incitations algorithmiques pour les indexations restent un problème non résolu », et l’échec de Terra signe « la fin » de cette « expérience innovante ». Une étude publiée par la revue Wake Forest Law Review va même plus loin : pour elle, les stablecoins algorithmiques seraient « désignées pour échouer », et seraient « dans un état de vulnérabilité constant ».

Il parait évident que les régulateurs financiers de nombreux pays vont vouloir sévèrement encadrer des projets semblables à l’avenir, voire les interdire complètement.

Mais il n’y a pas que les stablecoins algorithmiques qui rencontrent des problèmes. La secrétaire du Trésor américain Janet Yellen a pris la parole le 10 mai pour exprimer sa réserve quant aux crypto-monnaies, et aux stablecoins en particulier. Ils « pourraient menacer la stabilité financière », a-t-elle averti, citant notamment des « risques associés aux systèmes de paiement » et des « risques en cas de forte concentration de crypto-monnaies stables par des entreprises ayant une forte présence sur le marché ». Selon elle, l’histoire de Terra et de l’UST illustre le fait que les stablecoins « sont des produits qui prennent rapidement de l’importance, et qui représentent des risques de plus en plus sérieux ».

Les inquiétudes des régulateurs pourraient avoir des effets néfastes sur l’ensemble du secteur des stablecoins très rapidement, et pas que sur les algorithmiques. Peu après la prise de parole de Janet Yellen, le cours de Tether a commencé à chuter : il est descendu à 0,95 dollar, avant de revenir à 0,99 dollar.

tether_cours
Le cours de Tether est lui aussi en train de chuter // Source : Coinmarketcap