YouTube étend au monde entier le blocage des chaînes des médias d’État russes, comme Russia Today (RT) et Sputnik.

C’est un changement de braquet considérable décidé par YouTube. Le site américain vient d’annoncer ce vendredi 11 mars des sanctions élargies contre la présence de Russia Today (RT) et Sputnik. Désormais, les chaînes de ces médias d’État russes seront bloquées dans le monde entier sur sa plateforme et non plus seulement sur le territoire de l’Union européenne.

« Ce changement est effectif immédiatement, et nous prévoyons que nos systèmes prendront du temps à se mettre en place », écrit l’entreprise américaine sur Twitter. La plateforme indique que cette mesure s’inscrit dans une politique d’élargissement de ses actions contre ce qui relève, selon elle, de la désinformation sur la guerre en Ukraine et de la propagande d’État russe.

Half-Tone (1)
Russia Today devient très difficilement accessible en Europe, comme d’autres médias d’État russes accusés d’être un terreau de la désinformation. // Source : Numerama

Dans ce cadre, les vidéos « niant, minimisant ou banalisant » ce qui se passe en Ukraine seront supprimées. Il s’agit d’une guerre, voulue et menée par la Russie contre l’Ukraine, et cette réalité s’avère « bien documentée ». YouTube rappelle à ce sujet que ses directives communautaires l’autorisent à intervenir sur des contenus qui cherchent à livrer un récit alternatif.

« Depuis notre dernière mise à jour, nos équipes ont supprimé plus de 1 000 chaînes et plus de 15 000 vidéos qui violaient non seulement notre politique en matière de discours haineux, mais aussi nos politiques en matière de désinformation, de contenu graphique, etc. », fait savoir l’entreprise américaine — des mesures additionnelles pourraient être prises, si nécessaire.

La Russie est accusée de se livrer à de l’infox

Depuis le début du conflit, la Russie oppose un discours au sujet d’une « opération militaire spéciale », et même d’une « opération de maintien de la paix ». Les victimes passant dans les médias sont parfois décrites par les canaux du pouvoir russe comme des acteurs et des actrices visant à jeter le discrédit sur la Russie. Cela s’est vu lors d’un bombardement d’une maternité.

YouTube rappelle que peu après les premiers jours du conflit, la monétisation des médias financés par l’État russe sur ses plateformes a été interrompue pour une durée indéterminée. Toutes les publicités YouTube ont depuis été stoppées dans le pays et cette mesure a été élargie à tous les moyens de monétisation sur le site.