L'application mobile Lydia va s'enrichir d'une nouvelle section Trading. Cet outil, disponible d'ici la fin de l'année 2021, permettra d'investir dans des entreprises et des cryptomonnaies à partir d'un euro.

Il est loin le temps où Lydia ne servait qu’à rembourser le repas payé par une amie d’un simple transfert mobile. Cagnotte, cartes virtuelles éphémères, prêt express, épargne rémunérée… Lydia a progressivement ajouté de nombreux outils à son service. L’app fait désormais ses premiers pas dans une nouvelle cour de jeu. Dans un communiqué de presse, la société a annoncé, ce 22 novembre 2021, le lancement d’ici la fin de l’année d’un outil de trading d’actions et de cryptomonnaies pour les particuliers.

Lydia va ajouter à son offre un outil permettant d’investir dans des entreprises et dans des cryptomonnaies.

Sur quoi Lydia permettra d’investir ?

Pour créer son outil Trading, Lydia a passé un partenariat avec la société BitPanda. Le service permettra aux particuliers d’investir sur plus de 200 actifs, indique Lydia sur son site. Les clients et clientes de Lydia auront accès à plusieurs catégories d’actifs, notamment des cryptomonnaies (bitcoin, ethereum, etc.). Ils pourront également investir dans des entreprises américaines et européennes (notamment des sociétés françaises du CAC40).

L’outil Trading de Lydia permettra également d’investir sur des fonds appelés ETF. Ces ETF sont des fonds qui répliquent la performance d’un indice boursier (le CAC40 par exemple), en achetant les diverses actions qui le composent. Il sera enfin possible d’investir sur des métaux précieux (or, argent, platine) par le biais de Lydia.

Qui pourra trader des cryptos et des actions sur Lydia ?

Lydia promet une inscription au service en 5 minutes. Seuls les utilisateurs résidents fiscaux français avec un compte Lydia vérifié pourront accéder au service. Ces derniers n’auront pas besoin de fournir de documents supplémentaires pour commencer à se servir de la nouvelle option. Il leur sera simplement demandé de «  fournir des informations personnelles, de lire des avertissements et d’accepter des documents contractuels », précise Lydia sur son site.

Comment fonctionnera le trading sur Lydia ?

Les particuliers pourront effectuer leurs opérations de trading 24h/24 et 7j/7 avec « un prix défini même lorsque les marchés sont fermés ». Il sera ainsi possible d’acheter ou de vendre le soir et le week-end, à un prix déterminé. Lydia permettra du reste d’investir de toutes petites sommes puisqu’il est possible de trader à partir d’un unique euro « grâce à l’investissement fractionné, qui permet d’acheter une fraction d’action ». Les clients pourront utiliser directement l’argent stocké sur leur compte Lydia et retirer l’argent instantanément, précise l’entreprise dans son communiqué de presse.

Le fonctionnement de l’outil de trading de cryptos et d’actions de Lydia, en lui-même, s’annonce assez simple. Il sera possible d’accéder au service depuis la page d’accueil de l’application ou dans le carrousel des comptes. Les clients et clientes de Lydia auront alors accès à un catalogue d’actifs qu’ils pourront parcourir grâce à un système de recherche ou via les catégories proposées (Entreprises, Cryptomonnaies, ETF, métaux précieux). « Les listes sont classées par performance sur l’année, et la majorité des données affichées sont, elles aussi, calculées sur l’année, ce qui permet aux utilisateurs de se projeter dans leurs investissements », met en avant Lydia.

En sélectionnant un actif, il sera possible d’afficher sa performance sur l’année, ainsi qu’un graphique montrant les performances à différentes périodes. Il suffira ensuite d’indiquer quel montant vous voulez acheter ou vendre. Le nombre de parts correspondant au montant saisi s’affichera automatiquement. À noter que les opérations d’achat et de ventes seront incluses dans les limites d’opérations mensuelles sur Lydia (20 pour l’offre gratuite).

Le service de trading de Lydia sera disponible d’ici la fin de l’année. Pour être informé dès son lancement, il est possible de s’inscrire sur la liste d’attente de la société.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo