Une future mise à jour pour Windows 10 prévoit de renseigner, directement dans Windows Update, la compatibilité du PC avec Windows 11, le nouveau système d'exploitation de Microsoft.

En annonçant la date de lancement de Windows 11, fixée au 5 octobre, Microsoft en a profité pour donner des nouvelles de son outil de contrôle de compatibilité (PC Health Check). Cette application, lancée une première fois cette année, mais retirée car elle ne donnait pas entièrement satisfaction, permet de savoir si son PC est compatible. Une nouvelle version doit arriver bientôt.

Une information directement dans l’OS

Mais quid de celui ou celle qui ne veut pas passer par cet outil ou, plus probable, qui n’en a pas connaissance ? L’entreprise américaine prévoit d’aller vers ces internautes, via une future mise à jour de Windows 10. L’idée ? Intégrer un outil équivalent au PC Health Check dans le système d’exploitation de sa clientèle pour pouvoir leur dire directement si leur poste est compatible ou non.

Nos confrères de Frandroid indiquent dans leur édition du 31 août que cet utilitaire sera livré avec la mise à jour 21H2, dont la sortie est attendue pour la fin de l’année 2021. Elle est déjà disponible dans une préversion, via le programme Windows Insider, qui permet de mettre la main sur des moutures de travail du système d’exploitation. Une capture d’écran permet de voir à quoi ressemblera la vérification.

À quoi ressemble l’encart de vérification de compatibilité. // Source : Frandroid

La disponibilité de la mise à jour 21H2 pour Windows 10 pourrait arriver après la sortie de Windows 11, le 5 octobre. De fait, elle permettra, via l’écran de Windows Update (qui est la page à travers laquelle la clientèle de Microsoft peut vérifier la disponibilité des mises à jour pour le système et les télécharger le cas échéant) d’avoir une idée de la situation et de décider éventuellement de lancer la migration.

Comme du temps de Windows 7 et 8, dont les utilisateurs avaient le droit de passer à Windows 10 gratuitement, la bascule vers Windows 11 ne sera pas facturée. L’entreprise l’a dit lors de la présentation officielle de son OS et des indices techniques avaient été repérés dans ces préversions du système. Il n’y a toutefois pas d’urgence à migrer. Après tout, le support de Windows 10 continuera jusqu’en 2025.

Microsoft a précisé les conditions techniques minimales requises pour accueillir Windows 11 sur son ordinateur. En cas d’incompatibilité, l’installation n’est pas nécessairement hors de portée, mais elle pourrait entraîner quelques inconvénients ultérieurs : absence de mises à jour, instabilité ou ralentissement. Microsoft a certes déjà révisé ses critères, mais il n’est pas dit qu’il les assouplisse encore.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo