La Banque centrale chinoise a demandé aux autres banques d'arrêter d'accepter les paiements en bitcoin. La veille, la Chine coupait l’électricité à des sociétés qui minent du bitcoin. Pendant ce temps, le bitcoin a touché pour la première fois le seuil critique des 30 000 dollars.

Les mesures se multiplient et… se ressemblent. La Chine vient à nouveau de demander à ses banques, de manière encore plus insistante, de cesser d’accepter les paiements en bitcoin, apprend-on dans un article de Reuters du 21 juin 2021. C’est la Banque centrale chinoise qui dit avoir « convoqué » les autres banques (dont Alipay et la China Construction Bank) pour les rappeler à nouveau à l’ordre.

Alipay s’est tout de suite exécuté, signalant dans une publication Weibo (le réseau social chinois), comme le rapporte CNBC, qu’il allait « continuer à mener des investigations complètes et s’attaquer à toutes les transactions de monnaies virtuelles. »

La pression que met le gouvernement chinois sur les cryptomonnaies existe depuis plusieurs années, mais elle s’est grandement intensifiée depuis la mi-mai 2021, lorsque trois fédérations bancaires chinoises de référence ont  exhorté les autres à ne « pas accepter […] ou utiliser de cryptomonnaies » comme moyen de paiement. Pire, elles ont affirmé que les monnaies virtuelles ne « sont soutenues par aucune valeur réelle ».

Puis, le 21 juin, le pays a carrément demandé de couper l’électricité de plusieurs mines, notamment dans la région du Sichuan, une des régions du sud de la Chine où les activités de minage sont les plus intenses.

Le bitcoin continue d’osciller

Le bitcoin subit des grosses secousses en bourse depuis quelques mois : après avoir très fortement augmenté à la fin 2020, il a tendance à rechuter depuis mai 2021, à cause de signaux envoyés par des entités très puissantes, qu’il s’agisse du milliardaire Elon Musk, obsédé par les cryptomonnaies, ou Beijing, qui, à l’inverse, fait tout pour empêcher le bitcoin de prendre de l’ampleur. Après ces dernières annonces de la Chine, la monnaie virtuelle a pris un nouveau coup, baissant de près de 10 % en 24 heures lundi 21 juin.

Depuis le 16 juin, le cours continue de diminuer.

Le cours du bitcoin (en dollars) depuis le 16 juin 2021 // Source : coinmarketcap

En une semaine, le bitcoin est passé d’environ 40 000 dollars à 31 000 dollars, se rapprochant toujours dangereusement de la barre symbolique des 30 000 dollars, que beaucoup d’investisseurs regardent avec inquiétude. Il l’a d’ailleurs dépassé, le 22 juin 2021 : pendant quelques heures, le bitcoin valait moins que les 30 000 dollars (mais il est vite remonté).

Les experts du secteur considéraient que la monnaie pourrait dégringoler si elle tombait sous cette barre, bien plus vite que depuis quelques semaines. Et ce jusqu’à retrouver, hypothétiquement, sa valeur basse de 6 000 / 7 000 dollars qu’il s’est trainée entre 2018 et 2021.

Selon la Chine, les cryptos ont un potentiel beaucoup trop volatile, ce qui crée de l’instabilité boursière et génère trop d’incertitudes, financièrement. Il est certain que les monnaies virtuelles ne sont, par définition, pas des actifs concrets — acheter des bitcoins ne revient pas à acheter des parts dans une entreprise qui crée de la valeur (des biens ou services). Le cours des cryptomonnaies a tendance à connaître des hauts et des bas peu espacés, car ces monnaies font l’objet de beaucoup de spéculation, des particuliers comme des entreprises. Les signaux envoyés par la Chine, ainsi que la prise de conscience de l’impact écologique désastreux du minage de bitcoin, n’aident pas à les stabiliser.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo