Elon Musk a indiqué sur Twitter que Tesla accepterait de nouveau les paiements en bitcoin dès que la moitié de l'énergie consommée pour le minage serait d'origine renouvelable. Les projets en ce sens se multiplient ces derniers temps.

Le cours du bitcoin augmente à nouveau (+10 % environ dans la journée du 13 juin), et encore une fois, c’est lié à un tweet d’Elon Musk. Le milliardaire très influent sur la scène crypto a reconfirmé le 13 juin que Tesla souhaitait réautoriser le paiement en bitcoins dès que l’énergie utilisée pour miner ces derniers serait plus verte. Mais qu’est-ce que cela signifie ?

Le PDG de Tesla a précisé quel seuil d’énergie verte lui semblait acceptable. « Lorsque nous aurons confirmation qu’une portion satisfaisante (environ 50 %) d’énergie propre est utilisée pour le minage, avec des perspectives d’améliorations, Tesla autorisera de nouveau le paiement en bitcoins. »

Elon Musk a donné ces précisions dans une réponse à un tweet qui l’accusait de multiplier les annonces sur le bitcoin afin d’influencer les cours au bénéfice de son entreprise. Tesla, qui avait acheté 1,5 milliard de bitcoin en début d’année, a en effet revendu 10 % de son stock engrangeant au passage 101 millions de dollars, révélait la BBC fin avril. Elon Musk affirme dans son tweet que cette décision n’avait pour seul objectif que « de vérifier que le bitcoin pouvait être vendu facilement sans faire bouger le marché. »

Elon Musk a confirmé que Tesla accepterait les bitcoins dès qu’ils seraient minés de manière plus écologique. // Source : Capture Numerama / Youtube Tesla

Des projets de minage de bitcoins plus écolo

Des annonces qui ont rassuré le marché car les projets de mines de bitcoins vertes se développent. Le Salvador qui est devenu le 9 juin le premier pays à donner cours légal à cette cryptomonnaie a par exemple annoncé, dans la foulée, qu’il comptait utiliser l’énergie des volcans pour miner des bitcoins.

« Nos ingénieurs m’ont informé qu’il avaient creusé un nouveau puits qui permettra de créer un site de production d’électricité 100 % propre et avec 0 émission d’une capacité de 95 MW (…) Nous allons commencer à bâtir un pôle de minage de bitcoin tout autour », a ainsi indiqué sur Twitter, le président Nayib Bukele.

Elon Musk avait d’ailleurs rencontré fin mai de nombreux groupes spécialisés dans le minage de crypto  afin de discuter de la transition écologique du secteur. Autour de la table se trouvaient notamment Argo Blockchain, Blockcap, Core Scientific, Galaxy Digital, Hive Blockchain Technologies, Hut 8 Mining, Marathon Digital Holdings et Riot Blockchain.

Les cryptomonnaies pourraient doper les énergies renouvelables

Le PDG de MicroStrategy avait précisé sur Twitter à l’issue de la rencontre que ces sociétés avaient accepté de former un Conseil du Minage de Bitcoins afin de promouvoir la transparence énergétique et les initiatives environnementales. Une démarche qu’Elon Musk avait qualifiée de « prometteuse ».

Certains acteurs du marché — notamment le PDG de Tesla — pensent que les cryptomonnaies pourraient même stimuler le développement des énergies renouvelables, en rentabilisant plus rapidement la construction de ces infrastructures, et en exploitant leurs éventuels surplus d’énergie.

Si les projets de mines vertes vont dans le bon sens, plusieurs questions environnementales restent toutefois à régler. Comme le rappelle par exemple l’économiste Alex de Vries à The Verge : «  Le bitcoin utilise des quantités énormes de hardware. Et ces équipements ne durent pas très longtemps avec le minage, en moyenne un an et demi. Donc vous avez des millions d’appareils qui deviennent obsolètes très rapidement ce qui crée des piles de déchets électroniques. »

L’autre risque est que des conflits d’usage (entre les besoins des cryptomineurs et ceux des autres habitants et sociétés) apparaissent à certains endroits, le temps que suffisamment d’infrastructures de production d’énergie verte soient développées. Pour ces raisons, certaines entités comme l’Ethereum Foundation ont estimé que le fonctionnement du bitcoin (basé sur la preuve de travail et qui impose aux GPU d’exécuter des calculs de plus en plus complexes) devait être revu. L’Ethereum Foundation a ainsi décidé de basculer l’Ether sur un fonctionnement différent basé sur la preuve d’enjeu. Elle espère par ce biais réduire sa consommation de plus de 99 %.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo