Alors que la date butoir se rapproche pour un éventuel bannissement de TikTok aux États-Unis, Donald Trump a fait savoir qu'il ne faudra attendre aucun geste de sa part : soit un accord est conclu avec une entreprise américaine, soit l'application mobile est interdite.

ByteDance, la maison-mère de TikTok, est prévenue : l’entreprise chinoise ne bénéficiera d’aucun geste de la part des États-Unis pour bénéficier d’un délai supplémentaire pour ses négociations commerciales avec Microsoft et Oracle. C’est ce qu’a fait savoir Donald Trump le 11 septembre, dans des propos rapportés par Reuters : « Il n’y aura pas de prolongation du délai de TikTok ».

L’administration Trump reproche à TikTok d’être un canal utilisé par la Chine pour mener des opérations d’espionnage, de désinformation et de censure. Pour ces raisons, un décret a été signé le 6 août par le président américain qui doit aboutir à l’exclusion de TikTok du marché américain. Compte tenu du jour de l’ordre présidentiel et du choix de la date butoir, le bannissement ne surviendra pas avant le 20 septembre.

TikTok
C’est une semaine décisive qui s’ouvre pour TikTok// Source : Solen Feyissa

Une menace pour la sécurité nationale peu évidente

Pour échapper aux sanctions américaines, ByteDance pourrait vendre à des entreprises américaines — Microsoft et Oracle sont justement entrés en négociation avec la société chinoise — la partie internationale TikTok, et laisser à la Chine sa version locale (Douyin). Toutefois, les discussions entre les parties apparaissent plus compliquées que prévu, du fait de l’absence d’annonce alors que l’échéance se rapproche.

La réalité de la menace que ferait peser TikTok sur la sécurité nationale américaine n’est pas unanimement partagée. Si Washington affirme que l’application constitue un péril si imminent qu’il faut prendre des mesures à court terme, des commentaires sortis dans la presse et venant des services de renseignement font entendre un son de cloche bien plus mesuré.

Des spécialistes en sécurité informatique ont cherché également dans le code source de l’application des traces qui justifieraient un tel empressement de la Maison-Blanche, mais ils n’ont pas trouvé d’éléments qui soient que ce que font d’autres applications mobiles, notamment américaines. Il y a certes des aspects condamnables dans le fonctionnement de TikTok, mais qui ne relèvent pas de la sécurité nationale.

Crédit photo de la une : Gage Skidmore

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo