TikTok annonce la construction d'ici 2022 d'un centre de traitement de données en Irlande pour y héberger les informations des internautes européens.

Alors que les États-Unis et la Chine se sont lancés dans un bras de fer autour de TikTok, l’Europe de son côté est en train de tirer son épingle du jeu. En effet, l’application de vidéo, que de nombreux jeunes adorent, vient d’annoncer le 6 août 2020 son intention d’ouvrir un centre de traitement de données (data center) en Irlande, afin d’y stocker et d’y traiter les données de ses utilisateurs européens.

Le data center doit entrer en fonctionnement début 2022. Sa construction nécessitera un effort financier de 420 millions, avec  à la clé la création de centaines d’emplois, d’après la société. Officiellement, l’entreprise explique vouloir proposer à sa communauté un « temps de chargement plus rapide  » et une « meilleure expérience ». Mais l’on ne dépense pas une telle somme juste pour lancer les vidéos plus vite.

L’enjeu de la localisation des données

Si le communiqué de TikTok n’en fait pas mention, l’annonce survient dans un moment très particulier : mi-juillet, la Cour de justice de l’Union européenne a invalidé l’accord de 2016 signé entre Bruxelles et Washington sur le transfert des données personnelles des internautes européens vers les USA. Aujourd’hui, TikTok se sert de serveurs aux USA et à Singapour pour accueillir les données des internautes.

cjue
La Cour de justice de l’Union européenne // Source : Harald Deischinger

L’invalidation du Privacy Shield, nom donné à cet accord, est semblable au dynamitage d’un autre dispositif juridique, le Safe Harbor, en 2015. Ces deux évènements montrent que la localisation géographique des données personnelles devient un vrai sujet juridique et politique, et qu’il n’est plus possible de résoudre avec des dispositions ad hoc. Dès lors, il devient préférable de stocker sur place les données.

La décision de TikTok de localiser les données personnelles des Européens en Europe sera sans doute vue d’un bon œil, mais il reste à savoir si cette politique pourra être menée à son terme.

En effet, il existe une menace sur l’avenir de TikTok : les États-Unis font pression pour que ses activités américaines soient rachetées par un groupe américain, afin de couper tout cordon avec la Chine. Or, si cela n’aboutit pas, TikTok pourrait être tout simplement banni aux USA. Ce qui aurait pour effet de l’exclure de facto du panorama numérique européen, le Vieux Continent dépendant énormément de la tech US.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo