Apple ouvre son programme de réparation « Independent Repair Provider » pour les iPhone en France. Les boutiques de réparation agréées auront accès aux pièces, méthodes et outils officiels utilisés dans les Apple Store. Une aubaine pour les clients.

Essai transformé. À l’automne dernier, Apple a bousculé ses habitudes fermées aux États-Unis en ouvrant un programme qui permet à des boutiques tierces de réparer les iPhone. Depuis, 140 entreprises ont passé les certifications et ont ouvert des points de réparation dans 700 lieux au pays d’Elon Musk. Le 8 juillet 2020, Apple annonce que ce programme nommé IRP pour Independent Repair Provider est entendu à 32 pays européens, France incluse.

« Quand un client a besoin d’une réparation, nous souhaitons qu’il ait un accès à des options qui répondent à ses besoins, mais aussi qui garantissent une fiabilité et une qualité de service qui permettra à un iPhone d’être utilisé le plus longtemps possible  », affirme Jeff Williams, COO d’Apple, dans un communiqué.

En pratique, qu’est-ce que cela change pour vous ? Beaucoup de choses.

Des pièces originales, une réparation fiable

Aujourd’hui, le business de la réparation de smartphone, de toutes les marques, est pratiqué par des boutiques plus ou moins fiables. Vous n’avez aucune garantie qu’un réparateur qui vous fait un super prix mette un composant équivalent à l’original dans votre smartphone, ou que sa réparation soit durable. À cela s’ajoute une problématique de sécurité : s’il faut changer des composants, ayant trait à l’authentification (bouton Face ID, par exemple), Apple bloque les fonctionnalités pour éviter un risque de vol de données (un mouchard installé dans un composant tiers, par exemple).

Touch ID // Source : Apple

Dès lors, notre recommandation a toujours été la suivante : faites réparer vos produits Apple dans un Apple Store. Si vous n’avez pas de rendez-vous et que c’est urgent, privilégiez les centres agréés « Premium Resellers ». Mais à partir d’aujourd’hui, cette recommandation va changer grâce à ce nouveau programme. Les entreprises de réparation de smartphone pourront désormais avoir accès à tout ce dont elles ont besoin pour réparer un iPhone dans les règles de l’art.

Apple offre un accès à sa logistique, en fournissant les composants originaux et les outils officiels utilisés pour la maintenance des iPhone — produits très facilement réparables avec ces outils, malgré leur réputation. Une certification et une formation seront également proposées gratuitement pour les boutiques qui souhaitent adhérer au programme. Un réparateur « agréé Apple » sera nécessaire pour rejoindre les heureux élus. Une fois les boutiques enregistrées dans le programme IRP, elles pourront mettre en avant leur certification. Et un client pourra aller vérifier qu’elle est bien légitime sur l’outil mis en place par Apple.

Le casse-tête de la réparation

Apple vend des objets, mais aussi un service après-vente réputé. Pour ne pas faillir à cette réputation, l’entreprise a, la plupart du temps, proposé des réparations gratuites (les fameux claviers papillon des MacBook) ou payantes à coût raisonnable (les batteries des iPhone). Mais aujourd’hui, avoir un rendez-vous à l’Apple Store dans une grande ville est un parcours du combattant. Le site qui permet de les réserver n’affiche que les créneaux sur une dizaine de jours et il faut être particulièrement chanceux pour en obtenir un.

Cette logistique de la réparation est soutenue par le réseau de partenaires « Apple Premium Resellers » qui peuvent prendre en charge les opérations SAV. Mais ces revendeurs, qui ont autrefois participé à la popularité de la marque quand les Apple Store n’existaient pas, ne sont plus au cœur de la stratégie Apple. Ouvrir un service de réparation agréé à des entreprises qui en ont fait leur métier permettra d’assurer une qualité de prestation élevée et de proposer un meilleur maillage du territoire pour l’accès à la réparation des produits. En France, on repère souvent ces boutiques ou ces corners dans les galeries marchandes des zones industrielles ou dans les petits centres-villes : autant de lieux qui n’ont aujourd’hui ni Apple Store, ni vendeur agréé à portée.

On peut imaginer que des réseaux comme PSM (qui a repris la marque Save) ou WeFix pourront, en France, être des partenaires de choix. Le premier compte 200 boutiques sur le territoire et le second une centaine. MonSAVMobile, qui joue sur le terrain de la réparation grâce à un envoi postal, pourrait aussi en profiter.

Crédit photo de la une : Julien Cadot pour Numerama

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo