Selon un document interne Apple, la puce T2 installée dans certains ordinateurs de la firme empêcherait la réparation chez les tiers.

Apple n’aime pas trop que l’on aille voir ailleurs, surtout quand il s’agit de réparer l’un de ses produits. Et la firme de Cupertino est visiblement prête à tout pour en dissuader les propriétaires. Selon un document interne obtenu par nos confrères de MacRumors le 4 octobre 2018, un logiciel propriétaire indispensable au bon fonctionnement de l’appareil serait utilisé par Apple lors du processus de réparation de l’iMac Pro et du MacBook Pro 2018.

Ce serait visiblement la puce T2, très sécurisée, qui pourrait bloquer les ordinateurs. Pour être utilisées à nouveau, les unités remises en état de marche doivent subir un diagnostic réservé aux magasins Apple et à des centres agréés. Sans quoi, la réparation serait considérée comme incomplète et le système inopérant.

Apple continue de verrouiller

Visiblement, cette contrainte immense pour les tiers ne concerne pas tous les composants des iMac Pro et MacBook. Sur le premier, seuls l’espace de stockage flash et la carte mère seraient touchés. Sur le laptop, en revanche, la liste est bien plus conséquente :

  • écran,
  • carte mère,
  • dispositifs Touch ID,
  • clavier,
  • batterie,
  • trackpad,
  • hauts-parleurs.

En bref, quasiment tout le produit.

À cause de ce bloquage logiciel, fruit d’une sécurité accrue, il serait fortement déconseillé de réparer son Mac soi-même ou d’aller chez un revendeur non certifié Apple. Un point qui finira par poser problème quand la firme de Cupertino décidera de retirer les objets en question de sa prise en charge S.A.V..

Apple a déjà un passif en matière de contrôle intégral de la chaîne. En avril dernier, la mise à jour 11.3.1 d’iOS écrivait qu’il n’était pas conseillé d’aller changer son écran d’iPhone ou d’iPad ailleurs que dans un Apple Store.

Crédit photo de la une : Numerama

Partager sur les réseaux sociaux