Cyberghost lance une vente flash permettant de profiter d'un tarif de 2,75 € par mois pour un abonnement d'un an.

Chaque jour, la rédaction sélectionne pour vous un bon plan repéré sur le web, qui a un rapport direct avec notre ligne éditoriale.

Le marché du VPN grand public n’a jamais été aussi foisonnant qu’en 2019 et c’est tout à fait normal qu’il se resserre à l’horizon 2020. Le nombre d’acteurs est voué à baisser et seuls les meilleurs pourront conserver une place. Aux côtés de NordVPN, le plus mainstream, et ExpressVPN, le plus premium, Cyberghost tente d’ouvrir les portes de la technologie au plus grand nombre en proposant les prix les plus bas, tout en conservant ce qu’il faut en qualité de service pour que l’expérience soit bonne.

Il fait évidemment partie du top 3 de nos recommandations, avec des débits mesurés par la rédaction tout à fait corrects. Aujourd’hui, lectrices et lecteurs de Numerama pourront profiter d’une offre « découverte » sur l’abonnement un an : Cyberghost a appliqué le tarif avantageux réservé à l’abonnement 3 ans à l’abonnement pour 12 mois. Cela signifie qu’une année ne vous coûtera que 33 €. C’est un bon compromis pour tester un VPN sans s’engager sur une durée trop longue, tout en bénéficiant d’une offre peu onéreuse.

Nos mesures de débit réalisés sur une connexion fibre française

ServeurÉtats-UnisAllemagne
Ping75 ms21 ms
Download28 Mb/s56 Mb/s
Upload20 Mb/s69 Mb/s

Mais dis-moi Numerama, à quoi sert un VPN ?

Pubs à la télévision et sur YouTube vendent les VPN comme un Graal à avoir absolument dans sa panoplie logicielle, mais cela n’aurait en réalité aucun intérêt de craquer pour un produit sans savoir s’il peut vous être utile. Techniquement, le comportement du VPN est simple à saisir : il simule votre connexion à Internet dans un autre pays, par un canal chiffré. Cela signifie que en un clic, vous faites comme si vous aviez accès au web d’une autre région du monde.

Comme l’utopie qui voudrait que le web soit un espace sans frontière est morte et enterrée, on comprend immédiatement les usage que l’on peut faire d’un VPN : commander des produits sur des boutiques réservées à un pays en particulier, accéder à des sites d’information géobloqués (notamment parce qu’ils refusent d’appliquer le RGPD), ou parcourir les catalogues étrangers de services de streaming. Cette dernière pratique est un jeu du chat et de la souris entre les services et les opérateurs de VPN, mais certains sont plus tolérants que d’autres (Netflix, par exemple, n’est pas proactif sur la question, jugeant l’usage marginal quand Disney+ parvient à déployer d’autres sécurités).

Enfin, l’usage premier du VPN et que l’on a tendance à oublier reste on ne peut plus d’actualité : il permet de sortir du web d’un pays qui appliquerait une censure des contenus et des sites. Nous recommandons toujours un VPN lors d’un voyage en Chine par exemple, si vous souhaitez continuer d’accéder au web que vous connaissez. C’est aussi, pour les Françaises et Français expatriés, la possibilité d’accéder à des services uniquement disponibles en France.

Si l’un de ces usages vous parle, alors la vente flash proposée par Cyberghost est un bon moyen de tester votre usage réel d’un VPN.

Certains liens de cet article sont affiliés : si vous trouvez votre bonheur grâce à nous, nous touchons une petite commission. Les liens affiliés dans les articles n’ont aucun impact sur les choix éditoriaux de la rédaction de Numerama et l’angle des articles. On vous explique tout ici.

Partager sur les réseaux sociaux