En 2019, Samsung compte inonder le marché de téléviseurs QLED, alternative de plus en plus sérieuse à l'OLED.

Comme chaque année, Samsung renouvelle sa gamme de téléviseurs. Et pour 2019, on peut dire que la multinationale coréenne a mis les petits plats dans les grands. Sa famille QLED, qui représente le haut du panier, compte pas moins de six références différentes, elles-mêmes déclinées en de multiples tailles (de 49 à 82 pouces, voire 98 pouces pour le 8K). Grosse nouveauté de la cuvée ? L’intégration du Quantum Processor pour tous. Il fut introduit sur le Q900R en 2018 et opère désormais aussi sur les spécimens 4K.

Derrière ce nom barbare se cache un processeur qui s’appuie sur une intelligence artificielle pour une mise à l’échelle plus efficace. Grâce à une banque de formules qui ne cesse d’évoluer avec le temps, les téléviseurs QLED de Samsung seraient capables de retravailler l’image en restaurant les détails, en améliorant les contours et en réduisant le bruit vidéo. Voilà pour la principale évolution.

Samsung QLED Q90R // Source : Samsung

L’OLED reste devant

La présentation à laquelle Numerama a été convié ne permettait pas d’apprécier vraiment les vertus du Quantum Processor. Mais le peu que nous avons vu nous a rassurés sur la qualité de l’image, ne manquant ni de piqué ni de volume. Lors de notre banc d’essai du Q900R (un modèle 8K), on se souvient que la puce était très performante au moment d’afficher un rendu appréciable sur une dalle de plus de 30 millions de pixels, surtout à partir d’une source d’une résolution très inférieure. Sur un téléviseur 4K, qui a besoin de moins de ressources pour compenser, l’artifice devrait encore mieux fonctionner.

En tout cas, le Quantum Processor est très fort dans sa propension à pallier les défauts de compression. Meilleur exemple : la postérisation s’efface au profit de beaux aplats. Samsung s’est également penché sur l’un des principaux défauts des QLED, à savoir les angles de vision réduit. S’ils s’avèrent toujours en retrait par rapport aux OLED, ils ont été nettement améliorés avec des dérives colorimétriques moins perceptibles à mesure que l’on s’éloigne de l’axe.

Les ingénieurs ont également travaillé sur la lisibilité dans les scènes sombres de manière à restituer plus de détails. Là encore, on remarque que l’OLED garde une longueur d’avance dans sa capacité à restituer des noirs vraiment noirs. Le QLED rattrape son retard, mais reste pénalisé par le rétroéclairage obligatoire. Bon point, le blooming (effet de halo) tend à s’estomper, bien davantage encore sur les modèles les plus onéreux.

Samsung QLED Q70R // Source : Samsung

Les téléviseurs QLED n’ont en revanche aucun équivalent au moment d’éblouir l’audience avec des pics lumineux énormes (jusqu’à 2000 nits pour les dalles 4K). Associés à des blancs éclatants et des couleurs très chatoyantes, ils offrent un rendu à la dynamique bluffante. Comme toujours avec Samsung, ce sont les jeux vidéo qui en profitent le mieux. Outre un input lag inférieur à 15 ms, les produits de la firme coréenne se dotent d’un mode jeu très performant. En 2019, il y a même un sous-mode baptisé Game Enhancer dont l’objectif est d’améliorer la visibilité dans les scènes sombres. Certains diront que c’est de la triche… et Samsung le vend d’ailleurs comme un cheat mode.

Du côté des fonctionnalités smart, Samsung ajoute Google Assistant et Alexa à Bixby. Mais il faut une enceinte connectée pour pouvoir communiquer avec l’un des deux assistants vocaux tiers. Une limite qui, en plus de forcer l’achat d’un appareil supplémentaire, ralentit les réponses des intelligences artificielles. On dira que c’est un effort d’ouverture, sachant que Samsung voit son écosystème maison comme un immense agrégateur de toutes les sources de divertissement possibles et imaginables. Hélas, iTunes, la plateforme d’Apple, n’était pas encore disponible au moment de la présentation.

À l’arrivée, Samsung continue de peaufiner ses téléviseurs fers de lance en procédant par petites touches. L’écart face aux dalles OLED reste réel dans la fiabilité des noirs, mais toujours est-il que le QLED a de sacrés arguments à faire valoir. Entre ses pics lumineux éblouissants et sa capacité à sublimer les jeux vidéo, la technologie reste une alternative solide, qui est disponible en plus de tailles que les TV OLED… donc à des prix plus abordables.

Récapitulatif de la gamme 2019 des téléviseurs QLED Samsung :

Tailles Prix Pic lumineux Technologie
Q950r 65″ NC 3000 nits Dalle 8K Full LED (de 480 à 960 zones), boîtier One Connect
75″ NC 4000 nits
82″ NC
98″ NC
Q90R 65″ 2 999 € 2 000 nits Dalle 4K Full LED (480 zones), barre de son fournie, boîtier One Connect
65″ 3 999 €
75″ 5 399 €
Q85R
55″ 2 399 € 1 500 nits Dalle 4K Full LED (96 zones), boîtier One Connect
65″ 2 999 €
75″ 4 499 €
Q80R
55″ 1 999 € Dalle 4K Full LED (48 zones)
65″ 2 999 €
Q70R
49″ 1 299 € 1 000 nits Dalle 4K Full LED (48 zones) ancienne génération
55″ 1 499 €
65″ 1 999 €
75″ 3 499 €
82″ 4 999 €
Q60R
49″ 999 € 800 nits Dalle 4K Edge LED ancienne génération
55″ 1 299 €
65″ 1 699 €
75″ 2 699 €
82″ 4 499 €

 

Partager sur les réseaux sociaux