Elon Musk se lancera-t-il dans le business des bonbons ? Sa dernière blague est en fait un conflit idéologique de milliardaires avec Warren Buffet.

Souvent, sur Twitter, le truculent Elon Musk dit des choses qui n’ont pas beaucoup de sens… jusqu’à ce qu’elles en aient. On se souvient de ses sorties sur l’envoi d’une voiture dans l’espace ou de la commercialisation d’un lance-flamme : on sourit. Et puis le milliardaire passe de la blague aux actes. Une voiture a été envoyée dans l’espace. Un lance-flamme grand public a été commercialisé. Alors, est-ce que le fondateur de SpaceX et de Tesla va se lancer dans les sucreries, chocolats et autres bonbon ?

Les douves, les fossés et l’innovation

Cette fois, c’est plus complexe. Pour comprendre la déclaration d’Elon Musk sur Twitter et les tweets qui ont suivis, il faut remonter à l’annonce des résultats de Tesla. Elon Musk a attaqué ouvertement une théorie économique de Warren Buffet, milliardaire notoire : « Les fossés sont nuls. Si votre seule défense contre une armée qui vous envahit est un fossé, vous ne tiendrez pas longtemps. Ce qui compte, c’est le rythme auquel vous innovez  ». « Le fossé » ou « les douves », moat en anglais, est un des principes d’investissement de Warren Buffet qui correspond aux entreprises qui auraient suffisamment de pouvoir, d’influence et de longévité qu’elles seraient indétrônables. Pour le milliardaire, une telle entreprise doit entretenir « son fossé » coûte que coûte : si elle s’en sort bien, aucun concurrent, même meilleur, ne pourra la faire tomber.

Elon Musk, on s’en doute, est à l’exact opposé de cette théorie. Ses trois terrains de jeu actuels — l’automobile, l’aérospatial et l’infrastructure des transports — sont tous occupés par des entreprises qui entretiennent des fossés. Et toutes tentent de renverser les choses par de l’innovation qui vient bousculer les choses. Dans une certaine mesure, PayPal, l’entreprise qui a fait la fortune de Musk est aussi un exemple d’innovation face aux fossés des banques.

Les fossés d’Elon Musk sont plutôt des tunnels

Cela aurait pu en rester là, mais M. Buffet, président du fonds d’investissement Berkshire Hathway Inc. a souhaité répondre à Elon Musk lors de ses propres résultats trimestriels. Défendant sa conception de l’économie, Buffet a lancé une pique adressée à Musk : « Certes, Elon remue les choses dans quelques secteurs. Mais je ne pense pas qu’il souhaiterait se frotter à nous dans le business des sucreries  ». Et en effet, Berkshire Hathway Inc. est investisseur notamment de Kraft Foods, Heinz, Coca Cola Company… mais aussi See’s Candies, une institution dédiée aux bonbons sur la côte ouest des États-Unis. Un exemple typique d’entreprise protégée par des « douves  » : pour Warren Buffet, la fidélité des clients est telle qu’aucun concurrent, même meilleur, même moins cher, ne pourrait lui faire de mal à long terme.

Fin de l’histoire ? Eh non. Elon Musk a utilisé son médium préféré, Twitter, pour répondre à l’affront de Buffet : « Je vais lancer une entreprise de sucreries et ça va être génial. Je suis super sérieux.  », a-t-il affirmé.

Ce subtweet (tweet visant quelqu’un sans le nommer, dans le jargon du réseau social) de milliardaire a été suivi par des blagues sur un éventuel cryptocandy et la construction d’un immense fossé rempli de bonbons : « Warren B. ne pourra pas s’empêcher d’investir ! C’est la kryptonite de Berkshire Hathaway…  ». Avant de finir plus sérieusement par une déclaration qui sous-tend tous les business de Musk : « Dire que vous aimez les fossés, c’est juste une manière sympa de dire que vous aimez les oligopoles  ».

41 ans séparent Buffet de Musk et peut-être a-t-on assisté en différé à la confrontation entre deux idéologies. Ou alors, Elon Musk s’est officiellement lancé dans les bonbons.

Partager sur les réseaux sociaux