On ne saurait dire avec certitude si le fondateur de Tesla, SpaceX et de la Boring Company est dans la blague à grande échelle. En tout cas, son lance-flamme est en précommande.

SpaceX est peut-être en train de vivre l’une de ses semaines les plus importantes depuis sa création. Le 6 février 2018, le Falcon Heavy doit effectuer son premier vol après plusieurs décalages et problèmes techniques de dernière minute qui ont dû mettre toutes les équipes sous pression. Elon Musk n’a, semble-t-il, pas été épargné. Et le milliardaire semble se détendre avec l’une de ses autres sociétés, la Boring Company, qui a officiellement mis en vente son lance-flamme.

Pour le lancement, on a pu voir Elon Musk courir vers une caméra lance-flamme en main, heureux comme un gamin. La page du site consacrée au lance-flamme pourrait passer pour une blague : une société qui ne fait pas d’arme ni de désherbant et n’a aucun intérêt à vendre un tel objet se lance, avec humour et autodérision, dans la construction d’une telle machine. Le premier avril, nous n’aurions pas eu l’ombre d’un doute. Le 29 janvier, on ne sait pas trop quoi penser.

Great for roasting nuts ? ?

A post shared by Elon Musk (@elonmusk) on

Et en effet, ces « précommandes » pour un objet à 500 dollars limité à 20 000 exemplaires, « extincteur hors de prix vendu séparément » ont aussi été relayées par Musk lui-même sur son compte Twitter. Son nouveau métier, lié au lance-flamme que l’on connaît dans la culture populaire, est indiqué dans sa biographie : « Zombie Defender  ». Tout à fait dans le ton, le milliardaire a estimé que les gens « seraient heureux d’avoir acheté un lance-flamme le jour où l’apocalypse zombie sera là ».

Avant de couper court à toute conspiration, en ajoutant un degré d’humour à la conversation : « Les rumeurs qui disent que je suis en train de créer une apocalypse zombie pour créer de la demande pour mon lance-flamme sont fausses. Il faudrait des millions de zombies pour cela. Où est-ce que je pourrais trouver une usine assez grande pour en faire autant ? », lance celui qui construit effectivement une usine aux proportions colossales.

Poursuivant un décompte des unités vendues (7 000 à l’heure où ces lignes sont écrites), Elon Musk a fini par placer les buzzwords de 2018 dans sa communication : comme les intelligences artificielles, son lance-flamme est conscient, son mot de passe est cryptocurrency et il vient avec une «  blockchain gratuite ! ». Bref, autant d’indices qui, mis bout à bout, ne semblent pas indiquer que le lance-flamme est un véritable produit, mais plutôt une blague à grande échelle qui, peut-être, aboutira sur un objet plus… conventionnel. S’il est effectivement vendu, en revanche, on se demande comment la Boring Company va pouvoir gérer les nombreux cas de brûlures, les incendies involontaires ou les accidents impliquant des enfants — l’engin ressemble peut-être un peu trop à un jouet.

Réponse au printemps, quand le lance-flamme doit être officiellement livré.

Partager sur les réseaux sociaux