Dans une lettre ouverte adressée à Apple, deux investisseurs demandent à l'entreprise américaine de prendre des mesures pour préserver la santé des enfants utilisant l'iPhone.

Mise à jour le 9 janvier 2018 à 16 h 35 : Apple a finalement réagi, dans un communiqué envoyé à plusieurs médias, et a promis de développer de nouveaux outils pour aider à protéger les jeunes utilisateurs.

Article original : L’usage de l’iPhone par des jeunes enfants peut-il constituer un risque sanitaire ? C’est ce que pensent deux actionnaires importants d’Apple : ils ont partagé leur inquiétude dans une lettre ouverte datée du 6 janvier.

Dans celle-ci, les investisseurs Jana Partners LLC et les caisses de retraite des enseignants californiens (CalSTRS) demandent à l’entreprise américaine de conduire une étude sur l’effet d’un usage intensif des smartphones sur la santé mentale et, sans attendre les conclusions, d’ajouter à iOS des moyens de contrôle et de restriction parentale, en plus de ceux qui existent déjà.

Les actionnaires d’Apple s’inquiètent d’une potentielle addiction des jeunes aux iPhone.

« Il y a un nombre croissant de preuves qui montrent que, pour au moins certains des jeunes utilisateurs les plus assidus, cela pourrait avoir des conséquences négatives involontaires  » sur la santé, écrivent les deux investisseurs, en s’appuyant sur plusieurs études américaines portant sur l’addiction aux écrans et leurs effet sur le bien-être des plus jeunes. «  Le malaise sociétal grandissant  » va «  à un moment donné probablement affecter Apple lui-même […]. S’attaquer au problème maintenant va augmenter la valeur à long terme pour tous les actionnaires  », estiment les deux sociétés dans leur lettre. À elles deux, elles pèsent environ 2 milliards de dollars en actions Apple.

Des conseils de réglage adaptés à l’âge

Les deux sociétés proposent plusieurs étapes qu’Apple devrait suivre. Cela inclut la réunion d’un comité d’experts sur le développement des enfants et le lancement de travaux de recherche en partenariat avec ces experts. Les deux investisseurs recommandent aussi de communiquer davantage avec les parents ainsi que la création de nouveaux outils pour les aider à contrôler l’usage de leurs enfants.

« Les options de réglage au démarrage pourraient permettre […] aux parents d’entrer l’âge de l’utilisateur et de recevoir des conseils de réglage adaptés à cet âge selon la recherche, comme une limitation du temps d’écran, un usage restreint à certaines heures, la réduction du nombre de réseaux sociaux disponibles ou l’installation d’un contrôle parental  », ajoutent-ils.

Un porte-parole d’Apple a refusé de réagir, selon l’agence Bloomberg. L’entreprise américaine propose déjà des contrôles parentaux et la possibilité de restreindre les accès à certaines applications et contenus. Cette lettre est une nouvelle pression pour Apple, après les répercussions des bridages d’iPhone, et les failles de sécurité Meltdown et Spectre.

Partager sur les réseaux sociaux