Apple discuterait avec Google pour utiliser le modèle de langage Gemini sur ses appareils. Mais, cela ne veut absolument pas dire que Google aurait accès aux données des propriétaires d’iPhone.

Gemini ≠ Gemini. En février 2024, Google a créé la confusion en donnant à Bard, son concurrent de ChatGPT, le même nom que Gemini, son modèle de langage concurrent de GPT-4.

Bloomberg a indiqué le 18 mars 2024 qu’Apple envisagerait sérieusement d’intégrer Google Gemini à ses futurs systèmes d’exploitation (iOS 18, macOS 15, visionOS 2…), puisqu’il n’aurait pas eu le temps de développer son propre modèle de langage. Mais de quel Gemini parle-t-on ? Contrairement à ce que certains suggèrent, il s’agit du modèle de langage, et non pas du chatbot. Autrement dit, il est peu probable que les données des iPhone transitent un jour sur les serveurs de Google.

Apple peut utiliser le modèle de langage de Google sur ses propres serveurs

Depuis la révélation des discussions entre Google et Apple, beaucoup s’inquiètent des conséquences d’un tel accord sur l’environnement iOS/macOS.

Sur X (ex-Twitter), plusieurs centaines de personnes imaginent une alliance entre les deux marques impossible, puisque Apple et Google n’ont pas la même vision de la vie privée. Celles et ceux qui croient en l’existence de telles discussions y voient un échec d’Apple, qui aurait accepté de renoncer à sa politique de confidentialité pour rattraper son retard sur l’IA. C’est pourtant mal connaître la marque.

D’abord, il est important de rappeler qu’Apple et Google ont toujours entretenu de bonnes relations, malgré la rivalité entre iOS et Android. Google verse à Apple plusieurs milliards de dollars par an pour être le moteur de recherche par défaut dans Safari, Google a aidé Apple au lancement de l’iPhone (en intégrant YouTube ou Maps) et les deux marques collaborent régulièrement sur certaines fonctionnalités (sauf quand elles se chamaillent, comme sur le RCS). Une alliance entre Apple et Meta semblerait nettement plus improbable, en raison des différends entre les deux groupes (tandis qu’une alliance Apple/OpenAI, bien que possible, s’appuierait sur une relation nouvelle et imprévisible).

Apple Privacy
Dans plusieurs de ses campagnes marketing, Apple se présente comme le défenseur de la vie privée, en promettant que les données ne sortent pas des téléphones. // Source : Apple

Ensuite, l’utilisation de Google Gemini sur iPhone ne voudrait pas dire qu’Apple confierait son activité IA à Google. Au contraire, puisque l’on parle du modèle de langage, Apple a techniquement la possibilité de faire tourner une version modifiée de Gemini, avec ses propres paramètres, sur ses propres serveurs. Un iPhone sous iOS 18 pourrait effectuer quelques tâches localement, puis se tourner vers les serveurs d’Apple pour générer du texte ou des images, grâce aux modèles Gemini-Pro ou Gemini-Ultra (le modèle Gemini-Nano, qui tourne localement, ne sera probablement pas employé par Apple, qui lui préfèrera sa propre technologie). Ce ne serait pas différent du comportement de Siri, qui se tourne vers Internet pour trouver une réponse.

Dans cette hypothèse, les serveurs de Google ne seraient jamais interrogés. Apple n’utiliserait pas le service qui a succédé à Bard, mais sa propre version du modèle de langage développé par les ingénieurs de son concurrent, sur ses propres serveurs. C’est comme si Apple se tournait vers un modèle open source, comme Mistral Large ou Grok-1.

Mistral Large est le deuxième meilleur modèle de langage pour interpréter du texte selon son créateur.
Dans la guerre des modèles de langage, Apple n’a pas encore présenté sa réponse à GPT, Llama ou Gemini. // Source : Mistral

Si Apple venait effectivement à renoncer au lancement de son propre modèle de langage pour générer du contenu, la marque échouerait à titre personnel, mais pas du point de vue de la vie privée. On imagine facilement que les discussions entre les deux groupes portent notamment sur l’échange de données, avec un Apple très ferme pour ne rien partager avec son concurrent.

Un indice dans le code d’iOS 17.4

En janvier 2024, en fouillant dans le code d’iOS 17.4, 9to5mac avait repéré un bout de code inutilisé faisant écho à un appel au modèle de langage GPT d’OpenAI pour résumer le contenu d’un message ou d’une conversation. Il y voyait à l’époque un test réalisé en interne, en attendant la finalisation du modèle de langage d’Apple.

Extrait du code d'iOS 17.4, qui fait référence aux API d'OpenAI.
Extrait du code d’iOS 17.4, qui fait référence aux API d’OpenAI. // Source : Numerama

Et si tout ceci n’était pas un test, mais un vrai indice sur le futur fonctionnement d’iOS 18 ? Bloomberg indique qu’Apple est en discussions avec Google et OpenAI, même si Google retiendrait pour l’instant son attention. Le code présent dans iOS 17.4 fait appel à l’API d’OpenAI, mais la version finale d’iOS 18 pourrait préférer une approche différente, pour protéger les données des utilisateurs.

Bref, si un accord venait à être trouvé, Apple pourrait effectivement utiliser un modèle de langage local pour des tâches simples, puis passer par le cloud et sa propre version de Gemini pour les tâches difficiles. La marque peut aussi décider de tout internaliser, au risque de lancer un modèle moins performant que ceux de ses rivaux. Quoi qu’il en soit : il ne faudra probablement jamais de compte Google pour poser une question à Siri, avec ou sans Gemini.

Cet article existe grâce à

Cet article a pu voir le jour grâce au financement de nos adhérent·e·s, offrant le temps et les ressources nécessaires à la production d’une information de qualité. Numerama+ permet à Numerama de rester gratuit et éviter de verrouiller le web derrière un mur payant.

Zéro publicité, meilleur confort de lecture, articles résumés par l’I.A et plus encore... Si vous souhaitez soutenir la mission de Numerama et profiter de nombreux avantages exclusifs, adhérez à Numerama+.

Découvrez Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !