Selon Bloomberg, Apple serait entré en discussion avec Google pour utiliser le modèle de langage Gemini sur iPhone. Un tel accord permettrait à Apple de rattraper son retard en matière d’intelligence artificielle générative, tout en évitant de se planter avec une technologie maison à des années-lumière de la concurrence.

Après l’alliance Microsoft/OpenAI, bientôt une alliance Apple/Google ?

Longtemps suspecté de préparer l’annonce de sa propre intelligence artificielle générative en juin 2024, Apple pourrait finalement décider de renoncer à l’utilisation de sa propre technologie, au profit d’une alliance historique avec Google. Selon Mark Gurman de Bloomberg, dans un article du 18 mars 2024, les deux Californiens auraient entamé une course contre-la-montre pour amener Gemini sur iPhone, le modèle de langage lancé par Google fin 2023. La mise à jour iOS 18 pourrait faire basculer l’iPhone dans une nouvelle ère, tout en étant la preuve qu’Apple a accumulé trop de retard en matière d’IA.

Pourquoi choisir Google ?

L’article de Bloomberg pourrait faire l’effet d’une bombe sur Wall Street, alors que tous les analystes sont convaincus depuis des mois qu’Apple compte concurrencer OpenAI et Google avec iOS 18 en juin. La marque, qui a publié divers projets sur ses sites dédiés à la recherche, est-elle vraiment dépassée ? Bloomberg indique que plusieurs fonctions d’iOS 18 utiliseront des modèles développés en interne, qui fonctionneront localement, mais que leurs possibilités seront très limitées. Pour générer du texte et des images, Apple a besoin d’une plus grande puissance. Google Gemini, qui fonctionne dans le cloud, semble nettement plus capable.

Pourquoi s’allier avec Google plutôt qu’avec OpenAI ? Dans son article, le journaliste Mark Gurman indique qu’Apple discute aussi avec l’entreprise de Sam Altman, même si une alliance paraît moins évidente. OpenAI est le partenaire privilégié de Microsoft, un concurrent d’Apple, tandis que Google et Apple ont toujours entretenu de bons liens. L’iPhone s’est lancé avec Google en 2007 (avec Maps, YouTube et la recherche intégrée) et Google paye des milliards à Apple pour que Google soit le moteur de recherche par défaut de Safari.

Par ailleurs, Google serait parfaitement capable de réserver des fonctions exclusives de Gemini à l’iPhone, quitte à desservir Android (elle l’a récemment fait avec Samsung, qui utilise Gemini et Imagen 2 pour alimenter son Galaxy AI). Le bloc Apple/Google, même si les marques ont des divergences en matière de traitement des données, paraît plus logique. Il marquerait néanmoins un rapprochement étonnant entre les deux écosystèmes mobiles majeurs, en intégrant des services très similaires sur la quasi-totalité des smartphones de la planète.

Google Gemini est disponible sous la forme d'une app sur Android. Il n'existe pas encore sur iPhone. // Source : Google
Google Gemini est disponible sous la forme d’une app sur Android. Il n’existe pas encore sur iPhone. // Source : Google

Quelle forme pourrait prendre Google Gemini sur iPhone ?

À l’heure actuelle, rien ne serait signé entre Apple et Google. Le créateur de l’iPhone pourrait décider de se tourner vers une approche moins ambitieuse, quitte à retirer certaines fonctions d’iOS 18. La prochaine mise à jour de l’iPhone devrait, dans tous les cas, introduire des fonctions IA locales. On peut imaginer des résumés de conversations, des outils d’édition des photos ou de la transcription de l’audio en temps réel, notamment.

Quid du futur Siri, de la génération de documents complets ou de la création d’images ? Ici, Apple aura sans doute besoin de plus grandes ressources. Utiliser Gemini-Pro (Google) ou GPT-4 (OpenAI) aurait du sens si le modèle d’Apple n’est pas suffisamment performant. Apple veut certainement éviter de reproduire le fiasco Apple Maps, en lançant une application trop vite, alors qu’elle n’était pas prête.

L'interface de Microsoft Copilot sur Android.
Microsoft Copilot a sa propre personnalité, mais utilise GPT-4 d’OpenAI. Le futur Siri pourrait utiliser Gemini-Pro, tout en se comportant différemment. // Source : Captures d’écran Numerama

Dans le passé, Apple s’est souvent appuyé sur des alliances le temps de rattraper son retard. Google en a parfois fait les frais, comme lorsque la marque a supprimé Google Maps des iPhone. Il ne serait pas étonnant de voir Apple miser sur Gemini avec iOS 18, avant de lancer son propre modèle de langage puissant et local, qui utiliserait la puissance de ses puces Apple Silicon, dans un iOS 19, 20 ou 21.

Ces dernières semaines, Google Gemini a été critiqué pour sa manière de traiter certaines questions, notamment en ajoutant de l’inclusivité à des images historiques. Ce problème ne devrait pas concerner Apple, qui pourra donner ses propres consignes au modèle de langage de Google s’il souhaite utiliser Gemini pour développer ses propres outils. Gemini est le cerveau, pas l’interface finale.

À trois mois de la WWDC, l’article de Bloomberg prouve que la stratégie d’Apple avec l’intelligence artificielle est loin d’être arrêtée. Comme d’autres (dont Google), Apple a été pris de court par l’explosion de ChatGPT et mettra de longs mois à rattraper son retard. Son alliance avec Google pose d’ailleurs plusieurs questions anticoncurrentielles, qui pourraient encore plus freiner Apple dans sa course à l’IA.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !