À son arrivée en France en 2007, l’iPhone était une exclusivité Orange. Le fruit d’un partenariat de 5 ans conclu entre les deux groupes… que la justice a cassé 2 ans plus tard, obligeant Apple à proposer son iPhone chez tous les opérateurs. Retour sur ce partenariat.

Le 29 novembre 2007, 5 mois après les États-Unis, l’iPhone débarquait en France.

16 ans plus tard, l’iPhone est devenu un succès majeur. Plusieurs milliards d’exemplaires ont trouvé preneurs et le smartphone d’Apple est partout. Apple en est aujourd’hui à l’iPhone 15, même s’il y a eu 17 générations au total.

Si l’iPhone est disponible partout en 2023, on oublie souvent que sa commercialisation était extrêmement contrôlée en 2007, puisqu’Apple voulait entretenir la rareté et le sentiment d’élitisme. À l’occasion des 16 ans de l’iPhone, Apple revient sur le partenariat entre Orange et Apple, qui a permis à l’opérateur historique de bénéficier d’une exclusivité pendant 2 ans… au lieu des 5 espérés.

Des forfaits entre 49 et 119 euros par mois

À son lancement, l’iPhone était un produit de désir.

Pour s’assurer de rendre son produit incontournable, Apple avait misé sur une politique de fermeture, qui consistait à embarquer des partenaires locaux et de les convaincre de pousser son produit à sa place. Publicités, conseiller spécial dans chaque magasin, forfaits réservés à l’iPhone… Chaque pays avait son opérateur partenaire, en charge de réserver le meilleur traitement possible à l’iPhone.

macge-orange-iphone

En France, c’est Orange qui avait été choisi. L’ex-France Télécom misait sur Apple pour gagner des abonnés et assurait à l’époque au 20h de France 2 et au Figaro que ce partenariat allait lui bénéficier. En échange, Apple s’était assuré de garder 100 % du contrôle. Pas de logo Orange au démarrage, pas de logo Orange au dos de l’iPhone, pas d’applications préinstallées… Orange n’était que le distributeur et l’opérateur en charge des services téléphoniques. Rien d’autre.

16 ans plus tard, les forfaits proposés par Orange en 2007 ont de quoi faire sourire. L’opérateur proposait 2h d’appel et 50 SMS pour 49 euros par mois, 3h et 100 SMS pour 59 euros par mois, 5h et 150 SMS pour 79 euros par mois et 8h et 1000 SMS pour 119 euros par mois. Les forfaits iPhone incluaient Internet, les mails et la messagerie vocale visuelle… même si les réseaux EDGE ne permettaient pas vraiment d’épuiser son forfait. À l’époque, il n’y avait d’ailleurs pas d’App Store.

Et le prix de l’iPhone en lui-même ? 399 euros avec un engagement de 24 mois, qui obligeait à souscrire à un des quatre forfaits ci-dessus. Acheter un téléphone nu n’était pas très répandu à l’époque, les appareils étaient d’ailleurs verrouillés pour ne fonctionner que sur le réseau d’un seul opérateur (l’iPhone coûtait officiellement 649 euros). Conséquence logique : de nombreuses personnes sont passées chez Orange juste pour posséder un iPhone.

iPhone 1 2G EDGE V1 photo
Le tout premeir iPhone était… petit. // Source : Numerama

Un contrat cassé par la justice française

Comment faire si l’on voulait un iPhone et que l’on était bloqué chez Bouygues ou SFR ? À l’époque, la seule solution était le jailbreak. En débloquant un iPhone illégalement, on pouvait insérer la carte SIM d’un autre opérateur. Mais plusieurs services devenaient indisponibles, tandis que d’autres devaient être configurés manuellement. Des revendeurs comme The Phone House proposaient aussi des iPhone débloqués depuis l’étranger, avec des puces des autres opérateurs. L’arrivée de l’iPhone 3G en 2008 a coïncidé avec des forfaits Orange Origami en éditions limitées à partir de 45 euros par mois, sans baisse de prix significative.

En réponse à l’accord Orange/Apple, les autres opérateurs ont saisi la justice. Même si SFR disait à l’époque ne pas être intéressé par l’iPhone, l’opérateur s’était associé à Bouygues Telecom en septembre 2008 pour faire invalider le contrat d’Orange. Le 4 février 2009, la cour d’appel de Paris leur a donné raison, confirmant ainsi un jugement du Conseil de la concurrence. Les clauses d’exclusivité d’Apple étaient considérées illégales par la justice française, qui a forcé la marque californienne à discuter avec les autres opérateurs.

Les forfaits de Bouygues.
Les forfaits de Bouygues. // Source : Bouygues

En avril 2008, SFR a lancé l’iPhone 3G, avec un forfait à 37,90 euros par mois au minimum. Bouygues l’a très vite rejoint, avec des offres très similaires. Tout cela n’a évidemment pas plu à l’Orange, alors que l’opérateur pensait être tranquille pendant 5 ans. Les 2 concurrents d’Orange ont accepté de faire de la publicité pour Apple, au même titre qu’Orange, dans le cadre de contrats commerciaux avec la marque (c’est pour ça que vous voyez encore aujourd’hui les logos des opérateurs à la fin des pubs iPhone).

Apple Vision Pro : des airs d’iPhone

16 ans plus tard, alors qu’Apple est devenue la marque la plus puissante de la planète et que tous ses lancements sont mondiaux, un nouveau produit s’apprête à vivre un lancement similaire à celui de l’iPhone : l’Apple Vision Pro.

Début 2024, Apple lancera son premier ordinateur spatial aux États-Unis, seulement dans ses Apple Store. Plus tard, d’autres pays devraient être servis, toujours dans des points de vente restreints. Un lancement qui rappelle celui de l’iPhone, qui avait aussi été très restreint. Cela n’a pas empêché l’iPhone de devenir un hit planétaire.

Source : Numerama

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.