Malgré d’importantes hausses de prix, les Pixel 8 et Pixel 8 Pro ne sont que de petites évolutions des smartphones sortis l’année dernière. Google mise sur des changements logiciels, souvent liés à sa nouvelle obsession de l’intelligence artificielle, mais est-ce assez pour permettre aux Pixel de dépasser les iPhone et les Galaxy S ?

Depuis le premier Pixel en 2015, un certain paradoxe rayonne autour de Google. Le géant du web a longtemps eu du mal à faire comprendre qu’il vendait des smartphones, mais ses appareils ont toujours fait l’unanimité auprès de ceux qui les ont essayés. Surdoués en photo (souvent avec plusieurs années d’avance sur la concurrence), simples à utiliser, puissants et, surtout, beaucoup plus abordables que d’autres appareils équivalents, les Google Pixel ont toujours été des appareils d’exception, que nous adorons recommander. Beaucoup préfèrent par habitude Samsung ou Apple, mais Google est pourtant un des meilleurs constructeurs de smartphones de la planète.

Avec ses Pixel 7 en 2022, Google a commencé à rencontrer du succès. Dans un contexte d’inflation, ses smartphones « abordables » se sont très bien vendus, ce qui lui a permis pour la première fois de croire en son rêve de devenir un géant du secteur mobile. La marque revient cette année avec des Pixel 8 et Pixel 8 Pro qui coûtent beaucoup plus cher, avec plein de nouveautés d’après Google, mais qui nous ont laissé sur notre faim durant nos tests (nous avons passé la majorité du temps avec le Pixel 8 Pro, le plus grand des deux). Nous avons aussi testé la Pixel Watch 2, la première montre réussie de Google.

Une augmentation de prix inédite

799 et 1 099 euros, voici les prix français des Pixel 8 et Pixel 8 Pro dans leurs configurations 128 Go (on monte jusqu’à 1 299 euros avec 512 Go). Des prix inédits pour la gamme Pixel, habituée à coûter moins cher que la concurrence. Le Pixel 7 coûtait 649 euros, le Pixel 7 Pro en coûtait 899 euros. La différence fait mal.

Quelle conséquence sur nos tests ? Il nous est impossible de juger les nouveaux Pixel de la même manière. Google passe du statut d’outsider ultra-compétitif à celui de concurrent de Samsung et Apple, avec des prix semblables, ce qui ne peut que nous contraindre à être plus exigeants. À des tarifs similaires au Pixel 8 Pro, on trouve le Samsung Galaxy S23+ et l’iPhone 15 Pro.

Les Google Pixel 8 peuvent générer des fonds d'écran sur mesure, grâce à une IA. // Source : Thomas Ancelle / Numerama
Le Google Pixel 8 Pro peut générer des fonds d’écran sur mesure, grâce à une IA. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

Les nouveautés IA sont cool, mais peut-on vraiment parler de nouveautés ?

Qu’a-t-on avec 200 euros de différence ? Esthétiquement déjà, difficile de remarquer le moindre changement. Le Pixel 8 Pro abandonne l’incurvation mais conserve un grand écran incurvé de 6,8 pouces (LTPO 1-120 Hz, OLED, le top du top), le Pixel 8 rétrécit et passe sur une dalle très confortable de 6,2 pouces (LTPS 60-120 Hz, OLED). L’apparence globale des Pixel 8 reste très conforme à ce que Google proposait auparavant, avec toujours une bande horizontale pour dissimuler les appareils photo. Le tout est plutôt réussi (surtout les écrans, qui sont très lumineux), bien qu’un peu poussiéreux.

En main, nous avons constaté un phénomène étonnant. Le Pixel 8 Pro, qui est très arrondi et un peu glissant, semble plus lourd que l’iPhone 15 Pro Max en titane. Pourtant, l’iPhone est censé être plus lourd (220 grammes contre 213 grammes). La preuve que le choix des matériaux est important et que la qualité de finition de Google n’est pas encore celle d’Apple. En revanche, côté autonomie, Google s’en sort très bien, sans doute mieux qu’Apple. Les Pixel 8 dépassent facilement la journée d’utilisation. Après des années de progression lente, Google arrive enfin au sommet.

Le triple module caméra du Google Pixel 8 // Source : Thomas Ancelle / Numerama
Le triple module caméra du Google Pixel 8 Pro est désormais dans une seule bande noire. Il y en avait deux avant. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

Les nouveautés matérielles des Pixel 8

Et le reste des nouveautés ? Matériellement, voici les principaux changements :

  • On passe de la puce Tensor G2 à la puce Tensor G3, toujours conçue en interne par Google. Le principal changement concerne le NPU, le sous-processeur en charge de l’intelligence artificielle et du machine learning. On en reparle dans un instant.
  • Les écrans sont plus lumineux, ce qui permet à Google de se mettre au niveau des autres vedettes du marché.
  • Les Pixel 8 adoptent le Wi-Fi 7, avec un temps d’avance sur Samsung et Apple. Cela leur servira plus tard, puisque le Wi-Fi 6 et le Wi-Fi 6E ne sont même pas partout.
  • Les modules caméra évoluent légèrement, avec notamment un capteur de 48 Mpix pour le zoom x5 périscopique du Pixel 8 Pro. Nous en reparlerons dans la partie 2 de ce test, mais l’essentiel des nouveautés est logiciel.
  • Enfin, Google intègre un thermomètre laser au dos de son Pixel 8 Pro, une grande première dans un smartphone. Nous pensions qu’il s’agirait d’une nouveauté majeure, mais c’est sans doute la nouveauté la plus inutile depuis longtemps. Le capteur ne peut pas officiellement mesurer la température de la peau, se trompe de plusieurs degrés quand on le met sur un front (il n’est officiellement pas fait pour) et ne donne jamais les mêmes résultats deux fois avec un liquide ou une surface. On a beau chercher, on ne voit pas un seul usage intéressant (à part mesurer la température d’une piscine l’été, à la limite).
Google Pixel 8 // Source : Thomas Ancelle / Numerama
Quoi ? Ce café est chaud ? Ce n’est pas vrai ! // Source : Thomas Ancelle / Numerama

Ce n’est pas assez pour justifier une aussi grande hausse de prix et Google le sait. Le géant du web mise sur l’intelligence artificielle pour justifier sa montée en gamme, avec plein de fonctionnalités exclusives aux Pixel 8.

En France, les fonctions IA sont majoritairement liées à l’appareil photo. Ce qui était déjà là est toujours là (le dictaphone qui retranscrit le texte, le sous-titrage en temps réel…), les nouveautés (Bard avec Google Assistant, le nouvel assistant qui répond au téléphone à notre place, etc.) sont exclusives aux pays anglophones. Dans un premier temps, il faut donc se contenter des nouveautés suivantes :

Le Magic Editor : un Photoshop dopé à l’IA

Il s’agit sans doute de la nouveauté la plus bluffante : le Magic Editor utilise une intelligence artificielle générative pour transformer une image. Touchez une personne, rétrécissez là, faites la glisser en arrière-plan et laissez la machine travailler. L’IA de Google rajoutera des pixels là où vous avez retiré la personne, en essayant de deviner ce qu’il y avait derrière elle. Le Magic Editor peut aussi transformer une photo de nourriture en œuvre d’art, changer le ciel ou « styliser » une image.

Ici, le Magic Editor déplace un de mes amis. Mais son ombre reste sur le sol et la voiture imaginée derrière ne ressemble à rien. // Source : Numerama
Ici, le Magic Editor déplace un de mes amis. Mais son ombre reste sur le sol et la voiture imaginée derrière ne ressemble à rien. // Source : Numerama

Que vaut le Magic Editor ? Il est évidemment bluffant, malgré de nombreuses erreurs (des inventions qui n’ont aucun sens, des ombres qui oublient de disparaître, etc.). La proposition de Google est très impressionnante, mais imparfaite à cause de l’impossibilité de rentrer un prompt pour demander un changement précis. C’est une sorte de Midjourney/Photoshop allégé, qui décide à la place de son utilisateur.

Se pose néanmoins une question : qui va utiliser le Magic Editor ? Passé l’effet waouh, quel est l’intérêt pour le propriétaire d’un Pixel ? L’exclusivité de cette fonction aux Pixel 8 est d’autant plus surprenante que tout passe par les serveurs de Google et que le Magic Editor peut transformer des vieilles photos, à condition qu’elles soient dans Google Photos. Il est difficile d’y voir un argument de vente pour le Pixel 8, surtout que l’on peut imaginer que d’autres smartphones seront servis prochainement et que des logiciels tiers feront rapidement la même chose.

La photo avant La photo « stylisée »

Le générateur de fonds d’écran, parce que pourquoi pas

Autre nouveauté logicielle exclusive aux Pixel 8, qui ne justifie en rien l’achat d’un nouveau terminal Google, la possibilité de créer des fonds d’écran grâce à une IA générative. Mais attention, les possibilités sont limitées. L’utilisateur ne rentre pas la phrase qu’il veut, il doit choisir parmi des propositions de Google. Les résultats sont cool mais, là-encore, qui va l’utiliser plus d’une fois ?

Le générateur de fonds d'écran de Google. // Source : Numerama
Le générateur de fonds d’écran de Google laisse peu de choix, il faut choisir parmi des mots prédéfinis par Google. // Source : Numerama

Un mode pro exclusif au Pixel 8 Pro

Autre nouveauté, la possibilité de prendre des photos en 50 Mpix ou de changer d’objectif depuis l’application Appareil photo. Ce n’est pas grand-chose, mais c’est une nouveauté. Choix étonnant : Google l’a réservé au Pixel 8 Pro, alors que le Pixel 8 partage la même puce. Une fragmentation qui ressemble plus à Apple qu’au géant du web et qui accentue notre impression de « nouveautés artificielles » avec cette génération.

Meilleure prise, une incroyable idée pour les selfies

Enfin, dernière nouveauté majeure côté IA qui, pour le coup, est vraiment réussie. Le mode Meilleure prise se destine aux selfies de groupe.

Google part du fait que les gens prennent généralement plusieurs photos et choisissent la meilleure. Problème : même sur la meilleure, il y a forcément quelqu’un qui n’est pas à son avantage. Son idée est donc la suivante : utiliser l’IA pour générer une photo où tout le monde est beau. On peut choisir pour chaque visage son profil préféré et Meilleure prise fabrique une fausse photo, où tout le monde a l’air normal (seuls les visages changent, le corps reste identique à la photo originelle. C’est assez fou).

Avant / après. Il s'agit de la même photo, avec des visages modifiés pour tout le monde.
Avant / après. Il s’agit de la même photo, avec des visages modifiés pour tout le monde. // Source : Numerama

Meilleure prise est la seule nouveauté du Pixel 8 que l’on a envie de retrouver partout ailleurs, puisqu’elle pourrait vraiment sublimer nos souvenirs. On imagine que Google l’intègrera un jour à son abonnement Google One, comme avec la gomme magique, désormais disponible sur iPhone ou sur Samsung. Quoiqu’il en soit, c’est la seule nouveauté IA qui nous donne envie d’acheter un Pixel 8 pour l’instant.

Vraie ou fausse nouveauté ?

Toutes ces fonctions IA ont un point commun : elles dépendent de Google Photos et des serveurs de Google. Certaines fonctions marchent grâce à la puce Tensor G3 (la gomme magique par exemple), mais le reste ne dépend que très peu du Pixel 8.

Vous nous voyez venir ? Voilà la vérité sur les Pixel 8 : ils servent de vitrine technologique à Google, qui les utilise pour mettre en avant ses services et ses fonctions IA. Mais, techniquement, n’importe quel Pixel 7, 6 ou 5 est capable de la même chose. C’est ce qui nous dérange ici. Les Google Pixel 8 et Pixel 8 Pro sont d’incroyables smartphones, mais ne sont-ils pas construit sur un modèle plus illusoire que leurs prédécesseurs ?

Google Pixel 8 // Source : Thomas Ancelle / Numerama
J’ai pris en photo des pancakes, le Magic Editor du Pixel 8 Pro a fabriqué une image artistique avec des pancakes, mais ce ne sont pas les miens. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

En photo, Google est toujours aussi fort… mais la concurrence n’est plus très loin

Vous l’avez compris, la photo est à l’honneur des Pixel 8 et Pixel 8 Pro. Ce n’est pas étonnant au vu du positionnement historique de Google, qui a longtemps mis une raclée à Apple et Samsung. Mais Google est-il toujours le meilleur, comme il l’a souvent été dans le passé ?

Après une semaine avec un Pixel 8 Pro, nous devons nous avouer assez partagés. Le smartphone de Google est excellent et propose un traitement algorithmique aussi spectaculaire que celui de ses prédécesseurs (particulièrement la nuit), mais nous avons l’impression que Google est en train de perdre son avance sur la concurrence. En comparaison avec un iPhone 15 Pro Max, le Pixel 8 Pro fait rarement mieux. Au contraire, au moins une fois sur deux, le rendu des photos à la sauce Apple est meilleur, y compris avec le zoom x5, alors qu’Apple utilise un capteur de 12 Mpix contre 48 Mpix chez Google. Le Pixel conserve un avantage la nuit, notamment au niveau de la gestion de la lumière et des reflets.

Pixel 8 Pro (zoom x1) iPhone 15 Pro Max (zoom x1)
Pixel 8 Pro (zoom x25) iPhone 15 Pro Max (zoom x25)
Pixel 8 Pro (mode nuit) iPhone 15 Pro Max (mode nuit)

Cette observation n’enlève rien à la qualité des photos de Google, assurément parmi les meilleures du marché. Le Pixel 8 Pro a pour principaux rivaux l’iPhone 15 Pro Max et le Samsung Galaxy S23 Ultra et ces trois appareils devraient satisfaire tout le monde. Cependant, même si tout ça est très subjectif, il nous semble désormais que le podium photo est le suivant : 1) Samsung 2) Apple 3) Google. Les Pixel n’écrasent plus tout sur leur passage, tout en étant exceptionnel. Drôle de paradoxe.

En basses lumières peut-être, les Pixel 8 conservent une certaine avance, grâce à l’algorithme Night Shift de Google capable de transformer la nuit en jour. Mais une nouvelle fois, le tout est le résultat d’un travail en post-prod, pas d’une maîtrise parfaite des capteurs.

Prise la nuit, cette photo gère parfaitement les différentes sources de lumière. Le ciel est rendu plus clair qu'il ne l'est vraiment, grâce au mode Night Shift. // Source : Numerama
Prise la nuit, cette photo gère parfaitement les différentes sources de lumière. Le ciel est rendu plus clair qu’il ne l’est vraiment, grâce au mode Night Shift. // Source : Numerama
Le mode « mouvement » du Pixel 8, qui consiste en une longue exposition travaillé par un algorithme, permet de faire des photos splendides. Un vrai avantage sur la concurrence. // Source : Numerama
Le mode « mouvement » du Pixel 8, qui consiste en une longue exposition travaillé par un algorithme, permet de faire des photos splendides. Un vrai avantage sur la concurrence, même si l’image est assez fake. // Source : Numerama
Un des paradoxes du Pixel : les photos ont l'air moche en preview et sont belles en vrai. C'est l'algorithme qui transforme le moyen en très beau. // Source : Numerama
Un des paradoxes du Pixel : les photos ont l’air moche en preview et sont belles en vrai. C’est l’algorithme qui transforme le moyen en très beau. // Source : Numerama

Le Pixel 8 le Pixel 8 Pro, avec son zoom x5 exclusif (jusqu’à x30 numérique), sont d’incroyables smartphones pour prendre des photos. Mais ils ne sont plus les meilleurs. On les recommande toutefois volontiers, peut-être plus que les autres pour leurs services exclusifs de Google Photos, qui rend la création amusante. Il est néanmoins difficile d’être dithyrambique alors que les prix ont augmenté de 200 euros.

Aux prix de l’année dernière, il aurait été plus difficile de critiquer cette nouvelle génération.

Google Pixel 8 // Source : Thomas Ancelle / Numerama
La Pixel Watch 2, le Pixel 8 Pro et le Pixel 8. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

7 ans de mises à jour : une promesse alléchante

Enfin, comment écrire ce test sans mentionner l’annonce la plus spectaculaire de Google : la marque veut désormais mettre à jour ses smartphones pendant 7 ans. Autrement dit, dans l’hypothèse où Android continue de sortir une nouvelle version par an, le Pixel 8 sous Android 15 supportera Android 22 en 2030. Impressionnant.

Cette décision ne peut qu’être vivement applaudie, puisque les Pixel 8 ont ici un bel avantage sur la concurrence, surtout si vous souhaitez donner une seconde vie à vos vieux appareils le jour où vous les remplacerez (les Français changent en moyenne tous les 4 ans). On peut néanmoins se demander ce que Google appelle « mise à jour majeure ». Les Pixel 7 sont privés de nombreuses fonctions IA des Pixel 8, alors qu’elles passent par les serveurs de Google. Dans 2 ou 3 ans, que restera-t-il des nouveautés d’Android sur les Pixel 8 ?

Le verdict

Le Google Pixel 8 Pro est assurément un des meilleurs smartphones du marché. Avec l’iPhone 15 Pro Max et le Samsung Galaxy S23 Ultra, il s’agit sans le moindre doute d’un des meilleurs appareils du marché. Son écran est beau, les performances sont au rendez-vous, l’autonomie dépasse la journée et, en photo, le Pixel 8 Pro excelle. En bonus, Google promet 7 ans de mises à jour.

Pourtant, nous ne sommes pas conquis. La faute à une augmentation des prix trop forte, sans améliorations notables, ou à une avance en photo désormais rattrapée par Samsung et Apple, qui font parfois mieux que Google. Nous recommandons le Pixel 8 Pro mais nous conseillons d’attendre une baisse de prix. La plus grande force de Google, alias le rapport qualité-prix, a disparu.

Le verdict

La principale qualité du Pixel 8 est son format compact, qui le rend très facile à utiliser. On peut toujours lui reprocher son dos brillant et salissant, mais une coque permet de ne pas avoir à le laver tous les jours.

Pour le reste, il s’agit d’un Pixel 8 Pro miniature, avec pour seule grande différence l’absence d’un zoom optique. C’est un smartphone plaisant à utiliser, très puissant et surdoué de la photo, même si Apple et Samsung rattrapent progressivement Google. Certaines de ses nouveautés IA sont cool, mais ne constituent en rien des avancées capables de justifier son augmentation de prix.

Malgré tout, à 799 euros, le Pixel 8 est un des meilleurs smartphones de 2023. On le recommande vivement à quiconque recherche un smartphone Android d’exception. Autre possibilité : le Pixel 7a, moins cher, et presque aussi complet.

Prix et disponibilité des Google Pixel 8 et Pixel 8 Pro

Les Google Pixel 8 et Google Pixel 8 Pro sont commercialisés à partir de 799 et 1 099 euros, en versions 128 Go. Des modèles 256 Go et 512 Go sont aussi proposés.

Source : Numerama

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !