Jean-Noël Barrot, le ministre délégué en charge du numérique, a réagi lundi 29 mai à la décision d’Elon Musk de quitter le code européen des bonnes pratiques en matière de désinformation. Dans une escalade inédite, la France se dit prête à bannir Twitter.

Invité de France Info le lundi 29 mai, Jean-Noël Barrot, le ministre délégué en charge de la Transition numérique et des Télécommunications, a annoncé que la France était prête à « bannir » Twitter si le réseau social refusait de respecter le DSA, le futur règlement européen sur le numérique, qui entrera en vigueur le 25 août.

Trois jours plus tôt, le commissaire européen Thierry Breton annonçait la décision surprise de Twitter de se retirer du code de bonnes pratiques de l’Europe en matière de désinformation.

Twitter peut-il vraiment être banni ?

À l’instant T, il est difficile d’imaginer Twitter être banni de la France ou de l’Europe. Le code des bonnes pratiques en matière de désinformation fonctionne sur la base du volontariat, à tel point que son intérêt est plus que relatif. Le retrait de Twitter est donc symbolique, Elon Musk veut faire comprendre à l’Europe qu’il n’est impossible à contrôler.

En revanche, avec le DSA, l’Union européenne devrait gagner en puissance. Un réseau social comme Twitter pourra être tenu responsable des contenus mensongers publiés par ses utilisateurs, tandis que son algorithme devra être publié au nom de la transparence. En cas d’infraction, Twitter serait alors sujet à des amendes importantes, voire à une suspension.

En janvier 2023, Elon Musk avait reçu Jean-Noël Barrot pour le rassurer sur ses intentions. // Source : Twitter
En janvier 2023, Elon Musk avait reçu Jean-Noël Barrot pour le rassurer sur ses intentions. // Source : Twitter

« Je souhaite que Twitter puisse confirmer d’ici le 25 août aux règles européennes nouvelles, sinon il ne sera plus le bienvenu en Europe » explique Jean-Noël Barrot sur France Info, lorsqu’il est interrogé sur la vision soliste du milliardaire, convaincu que des communautés d’anonymes peuvent se charger elles-mêmes de la modération sur Twitter. « Twitter, s’il ne se conforme pas à nos règles, sera banni, en cas de récidive, de l’Union européenne » ajoute le ministre français.

Les menaces de la France et de l’Europe ont-elles du sens face à un électron libre comme Elon Musk, responsable d’une plateforme utilisée par des millions d’utilisateurs ? Le DSA crée en tout cas le cadre légal pour bloquer Twitter, mais il est peu probable que l’Europe ait envie de rentrer dans ce bras fer (d’autant plus que l’interdiction pourrait être facile à contourner et fragmenterait encore plus la société). Tout dépendra de ce qu’Elon Musk est prêt à concéder, ce qui est difficilement prévisible. L’Europe espère sans doute que Linda Yaccarino, qui va le remplacer au moins partiellement dans les prochaines semaines, sera un peu plus ouverte à la discussion.

De son côté, Elon Musk a publié une phrase énigmatique ces dernières heures : « L’incompétence est indiscernable du sabotage ». Reste à savoir à qui il fait référence…

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !