Seulement commercialisé en Chine, le Vivo X Fold a pour particularité d’arborer un design bien plus moderne que le Galaxy Z Fold 3 de Samsung. Il est aussi le premier smartphone pliant doté de capteurs d’empreintes sous l’écran.

Un temps timides, les marques chinoises se mettent petit à petit aux smartphones pliants. Après avoir laissé Samsung quasiment seul sur le marché (Huawei était aussi parmi les premiers, mais ses ambitions ont été freinées par les sanctions américaines), les Oppo, Xiaomi, Motorola, Honor et Vivo se lancent peu à peu dans cette aventure, qui a pour but de créer une nouvelle catégorie dans un marché un peu endormi. Nous avons récemment essayé le Oppo Find N sur Numerama, une version miniature de la proposition de Samsung, étrangement très réussie.

Le 26 juillet, Vivo France nous a proposé de jouer avec le Vivo X Fold, un smartphone pliant réservé à la Chine. Nous avions peur de ne voir qu’une simple copie du modèle de Samsung, nous sommes finalement tombés sur une proposition très prometteuse.

https://www.youtube.com/shorts/4KZuQBiVc2U

Un design un peu moins expérimental

Pourquoi le Vivo X Fold est-il aussi convaincant ? Sa première qualité est qu’il ne ressemble pas tant que ça à un smartphone pliant. Oubliez l’imposante bordure gauche du smartphone de Samsung, le Vivo X Fold, lorsqu’il est en mode smartphone, ressemble à un téléphone normal. Bien sûr, son épaisseur (1,46 cm) et son poids (311 g) révèlent sa vraie nature, mais son écran est parfaitement symétrique. Cela suffit à supprimer l’aspect « prototype » des autres mobiles pliants, ce qui est forcément plaisant à l’utilisation.

Vivo X Fold
En mode smartphone, le Vivo X Fold arbore un grand écran de 6,53 pouces. Il est épais, mais son écran a l’air normal. // Source : Numerama

Au passage, comme Oppo, Vivo a fait le choix d’utiliser une charnière un peu particulière, avec un pli sur deux endroits plutôt qu’un seul. Cela lui permet d’avoir un appareil parfaitement plat une fois fermé, alors que le Fold de Samsung est en >, avec un côté plus épais que l’autre. Là encore, cela renforce l’impression d’utiliser un produit mieux fini.

Déplié, le Vivo X Fold se transforme en une petite tablette de 8,03 pouces, avec un écran en verre ultra-fin, comme chez Samsung. Les plis sont invisibles quand l’écran est en face des yeux, mais le sont tout de même encore beaucoup trop dès que la luminosité est un peu basse. Quoi qu’il en soit, on ne change pas d’avis sur les apports d’un tel format. Une petite tablette de cette taille, c’est super pratique pour regarder des vidéos ou lire un article. Vivo n’a beau avoir rien inventé par rapport à la concurrence sur cet aspect, il réussit parfaitement à s’aligner sur ses meilleurs rivaux. Il faut dire que son fournisseur est Samsung Display, ce qui est donc parfaitement logique.

Vivo déplié
Les plis au milieu de l’écran sont bien visibles quand l’écran est éteint, on les oublie heureusement quand il est allumé. // Source : Numerama

Enfin, puisque les marches chinoises adorent en faire des caisses, Vivo a eu la bonne idée de faire homologuer son smartphone par le Guiness Book of Records. Pendant 11 jours, une machine l’a plié et déplié, jusqu’à atteindre les 300 000 ouvertures. Cela en fait l’appareil pliant le plus résistant au monde, conçu pour tenir 10 ans sur la base de 80 ouvertures par jour. On se méfie toujours de ce genre de données, mais elle a pour mérite de faire sourire.

Deux capteurs d’écran ultrasoniques, la bonne surprise

Autre preuve que le Vivo X Fold est une version un peu plus sophistiquée de ce que fait la concurrence, il s’agit du premier smartphone pliant avec des capteurs d’empreinte sous l’écran. Tous ses rivaux en dissimulent un dans leur bouton latéral à cause de soucis techniques (il est difficile de placer un capteur sous un écran comme celui du Samsung Galaxy Z Fold, qui est protégé par des fines couches de métal), Vivo est le premier constructeur à trouver une solution.

Comment y parvient-il ? Il fait tout simplement appel à une technologie un peu différente : les ultrasons, alors que la plupart des marques ont recours à l’optique (l’écran s’illumine fort, ce qui permet à une petite caméra de voir à travers). Seul Samsung utilise l’ultrasonique avec ses Galaxy S haut de gamme aujourd’hui, Vivo est le deuxième constructeur à s’y essayer.

Il y a deux capteurs d’empreinte ultrasoniques sur le Vivo X Fold (un sur le petit écran, un sur le grand). Ils permettent de déverrouiller l’appareil avec un léger tapotement, peu importe la manière dont vous l’utilisez. L’ultrason a un autre avantage : il fonctionne avec les doigts mouillés. Bien sûr, il coûte aussi plus cher. C’est parce que Vivo ne produira pas beaucoup de X Fold qu’il peut se le permettre.

Vivo X Fold capteur
Le Vivo X Fold dispose d’un capteur d’empreinte ultrasonique sous son écran, c’est une première pour un appareil de son genre. // Source : Numerama

Des appareils photo haut de gamme

Toujours dans la catégorie « Vivo ne fait aucun sacrifice », le module caméra au dos du X Fold est inédit pour un smartphone pliant. Oubliez les capteurs de générations précédentes, choisis pour économiser un maximum d’espace, Vivo ne fait aucune concession. Il y a quatre appareils photo au dos de son smartphone, un capteur principal de 50 Mpix, un ultra grand-angle, un zoom optique x2 et un zoom périscopique x5. Une partition digne de l’ultra haut de gamme, qu’aucun appareil à écran pliant n’a jamais eu.

Vivo X Fold cam
Le module caméra du Vivo X Fold n’est pas discret, mais coche toutes les cases. // Source : Numerama

Certes, cela rend le dos du Vivo X Fold peu discret. Mais pour le geek absolu qui veut un smartphone pliant et ne veut pas faire de concessions, seul Vivo coche toutes les cases (ou presque, certaines fonctions comme le gimbal de ses autres smartphones ne sont pas là).

Le logiciel, seul point faible

Vous l’avez compris, au niveau du matériel, le Vivo X Fold écrase tout le monde. Malgré son prix relativement compressé de 8 999 yuans (soit 1 300 euros, mais il faut ajouter les taxes), le smartphone pliant de la marque chinoise dispose sans le moindre doute de la fiche technique la plus complète du marché. Cela nous donne encore plus envie de découvrir le prochain Galaxy Z Fold 4 de Samsung, qui sera annoncé le 10 août. Le Coréen va-t-il se laisser manger par les Chinois, alors qu’il est leur fournisseur ?

Cependant, au niveau du logiciel, force est de constater que Samsung est toujours loin devant la concurrence aujourd’hui. Si Vivo France met en avant l’argument selon lequel l’appareil utilise une version chinoise de l’OS, nous n’avons pas trouvé de réglages dédiés à l’écran pliant sur l’appareil, alors que Samsung propose plein de fonctions expérimentales pour rendre l’expérience meilleure (pour mettre par exemple une application seulement sur une moitié de l’écran, afin d’utiliser son Z Fold comme un petit ordinateur portable).

Fold
Seules quelques applications natives, comme l’appareil photo, utilisent intelligemment l’aspect pliant du Vivo X Fold. // Source : Numerama

En l’absence de ces fonctions, le Vivo X Fold n’est qu’un grand smartphone (ou une petite tablette, question de point de vue), pas une nouvelle catégorie à part entière. C’est sans doute ce qui justifie son indisponibilité internationale pour l’instant. Seul Samsung sait faire des smartphones pliants pratiques au quotidien.

Quoi qu’il en soit, il nous semble évident que 2023 sera une année pivot pour cette catégorie, avec le lancement de plusieurs produits, cette fois-ci à l’international. Espérons que les prix tombent, ce qui est mal parti au vu de l’inflation. Prochain rendez-vous le 10 août, avec la génération 2022 des Galaxy Z de Samsung.