La comète 29P/Schwassmann-Wachmann, découverte au début du 20e siècle, connaît d'étranges sursauts d'activité. Son comportement imprévisible intrigue les astronomes. Amateurs et professionnels s'associent pour l'observer.

Que se passe-t-il avec la comète « 29P » ? L’objet, connu des astronomes depuis le début du 20e siècle, se comporte d’une façon déroutante, relève Space.com le 2 novembre 2021. Depuis fin septembre, ce corps céleste connaît des « éruptions » lumineuses difficiles à prévoir et les astronomes ont du mal à cerner le phénomène. Une véritable campagne d’observations, regroupant amateurs comme professionnels de l’astronomie, est en cours pour tenter de résoudre cette énigme.

La comète, dont le nom complet est 29P/Schwassmann-Wachmann, est connue depuis 1927. Elle fait partie du groupe des centaures, c’est-à-dire des objets évoluant entre les planètes du système solaire Jupiter et Neptune. Le diamètre de son noyau est estimé à 60,4 kilomètres. 29P/Schwassmann-Wachmann connait régulièrement des sursauts d’activité, sans que l’on sache quelle en est l’origine. À la fin du mois de septembre, la comète a connu quatre épisodes d’ « éruption » de suite. C’était la première fois, à la connaissance des astronomes, que 29/P présentait quatre événements de ce genre aussi rapprochés, rapportait alors le New York Times.

La comète vue par le télescope Spitzer. // Source : NASA/JPL/Caltech/Ames Research Center/University of Arizona

Pour tenter de comprendre le comportement de 29P/Schwassmann-Wachmann, les astronomes professionnels comme amateurs s’associent. De nombreuses observations récentes de l’objet sont venues d’amateurs, ce qui n’est pas si surprenant : les « éruptions » de l’objet sont imprévisibles et les astronomes professionnels ne peuvent pas nécessairement le suivre de façon systématique. « Mais les amateurs ont leurs télescopes dans leur jardin et peuvent observer quand ils le souhaitent », fait remarquer Richard Miles, un astronome amateur interrogé par Space.com.

Le télescope Hubble devait même l’observer

Les divers épisodes d’activité de la fin septembre ont incité les astronomes amateurs et professionnels à travailler ensemble pour étudier la comète. Il a même été prévu d’utiliser Hubble pour suivre l’objet, mais le télescope spatial iconique a malheureusement connu une panne — ses instruments ne peuvent toujours pas, à la date du 2 novembre, être utilisés à des fins scientifiques. Les astronomes espèrent que si la panne ne dure pas trop longtemps, il sera encore possible d’observer 29P/Schwassmann-Wachmann et de percer son mystère. L’idéal serait que Hubble puisse distinguer les débris éjectés par la comète lors des sursauts d’activité.

La chevelure de l’objet (ou coma) est en tout cas encore visible sur des images récentes, a fait remarquer un astronome amateur, Gideon van Buitenen, sur Twitter le 29 octobre.

Si le comportement de 29P/Schwassmann-Wachmann surprend tellement, c’est parce que l’activité des comètes est généralement liée à leur distance au Soleil : en s’approchant de l’étoile (et donc de sa chaleur), les comètes éjectent davantage de matière — d’ailleurs, la queue des comètes n’est pas forcément derrière elles. Cependant, l’orbite de 29P est circulaire : sa distance au Soleil varie très peu. L’origine de son activité est donc étrange : peut-être y a-t-il des processus internes complexes qui restent à découvrir sur cet objet.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo