Mauvaise nouvelle pour les astronomes : l'iconique Hubble est encore en difficulté. Après une grosse panne survenue pendant l'été 2021, le télescope spatial ne peut à nouveau plus observer. Ses instruments scientifiques ont été mis en mode sans échec.

Hubble rencontre encore des difficultés. Après une panne de plus d’un mois survenue au début de l’été 2021, le télescope spatial avait été remis en fonctionnement. Malheureusement, Hubble reste « en sursis » et de récents dysfonctionnements tendent à le confirmer : le 25 octobre, le compte Twitter @NASAHubble a annoncé que les instruments scientifiques de l’observatoire ont dû être mis en mode sans échec (« safe mode »).

« Les instruments restent en bonne santé »

« Les instruments scientifiques de Hubble sont passés en mode sans échec lundi après avoir rencontré des problèmes de synchronisation au niveau des communications internes de l’engin spatial. Les observations scientifiques ont été temporairement suspendues pendant que l’équipe enquête sur le problème. Les instruments restent en bonne santé », détaille le tweet. Les astronomes ne peuvent donc pas réaliser actuellement les observations du ciel qui étaient prévues.

L’origine du problème semble, d’après ces premières informations, quelque peu différente de celle qui a entraîné la dernière grosse panne. Le souci rencontré en juin était inédit dans l’histoire de cet observatoire à la longévité impressionnante : il concernait l’ordinateur de bord de Hubble, chargé de contrôler les instruments du télescope. L’agence spatiale avait finalement décidé de basculer sur l’ordinateur de secours embarqué par le vaisseau, ce qui avait permis de reprendre les observations scientifiques. Nous avions même eu droit à de belles images de galaxies, les premières obtenues après cette longue période de silence.

Vue d’artiste de Hubble. // Source : ESA/NASA

Il semble cependant y avoir un point commun entre les deux pannes : les instruments scientifiques restent en bon état, mais la nature du problème empêche de toute façon leur utilisation.

Avec tous ces problèmes rencontrés par Hubble, on pourrait songer que le lancement du futur télescope James-Webb (JWST) d’ici la fin de l’année tombe à point nommé. Cependant, il faut garder à l’esprit que le JWST ne pourra pas remplacer Hubble : il faut plutôt le voir comme son successeur, car leurs capacités ne sont pas identiques. Hubble est par exemple le seul à pouvoir observer dans l’ultraviolet. L’idéal serait de pouvoir disposer de Hubble et du JWST en même temps, car leurs observations devraient être assez complémentaires.

Évidemment, cela suppose que Hubble reste en bon état et fonctionnel jusqu’à la mise en service du James-Webb, qui surviendra six mois après son lancement — soit à la moitié de l’année 2022.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo