Voici les publics éligibles à la dose de rappel (dite « booster shot ») dans la campagne de vaccination contre la maladie Covid-19. Cela concerne dorénavant un public un peu plus large.

48 millions de personnes sont totalement vaccinées en France contre le coronavirus SARS-CoV-2, en cette fin septembre 2021. Cela signifie qu’elles ont atteint un schéma vaccinal complet, à deux doses. Mais face au variant Delta, qui s’avère plus contagieux et potentiellement plus virulent, plusieurs pays ont entamé la stratégie des doses de rappel. Car la vaccination reste efficace, notamment contre les formes graves, et sert donc à freiner la propagation de ce variant. Une troisième injection, dénommée « booster shot », sert à renforcer la protection immunitaire conférée par les deux premières doses (c’est ce que suggèrent de premières études).

En Israël, la troisième injection est accessible à tout le monde, dès 12 ans. Mais dans la plupart des pays, la stratégie du booster shot consiste d’abord à effectuer une injection de rappel chez les personnes les plus à risque.

Quelle est la stratégie en France ? Êtes-vous éligible à la troisième dose ?

Une 3e dose pour les plus de 65 ans et les personnes à risque

En France, Emmanuel Macron avait confirmé son souhait de mettre un place la stratégie d’une troisième dose. La Haute autorité de santé (HAS) avait ensuite rendu un avis sur le sujet, le 24 août 2021, après la saisine du ministère de la Santé.

La HAS préconisait alors l’enclenchement d’une stratégie de rappel pour la mi-septembre, mais à un public encore restreint : «  Une dose de rappel recommandée, à ce stade, pour les personnes de 65 ans et plus, ainsi que celles qui présentent des comorbidités à risque de formes graves de Covid-19. »

La dose de rappel serait faite avec Moderna ou avec Pfizer. // Source : Marco Verch sous Creative Commons 2.0 (photo recadrée)

Dans le détail, les personnes concernées à l’heure actuelle par la recommandation de la HAS :

  • Les résidents en Ehpad et en USLD ;
  • Les personnes de 65 ans et plus vivant à domicile (les personnes de plus de 80 ans sont prioritaires) ;
  • Les personnes à très haut risque de forme grave ;
  • Les personnes présentant des comorbidités qui peuvent augmenter le risque de formes graves ;
  • Les personnes sévèrement immunodéprimées.

Enfin, le vaccin de Janssen / Johnson & Johnson censé être à 1 dose change de statut : dorénavant, les personnes qui ont reçu le vaccin J&J doivent procéder à une deuxième injection réalisée avec un vaccin ARNm de Pfizer ou de Moderna.

Dans toutes les situations, un délai d’au moins 6 mois doit être respecté entre la deuxième injection et cette troisième dose de rappel.

La campagne de rappel a déjà commencé dans les Ehpad, depuis le 13 septembre, et cela devrait s’élargir ensuite à partir de fin octobre, afin que cela soit concomitant avec la campagne de vaccination antigrippale.

Ce 6 octobre 2021, la Haute autorité de santé a approuvé le principe d’un booster shot pour les professionnels qui prennent en charge ou accompagnent les personnes vulnérables dans le secteur médico-social. L’autorité a également approuvé cette dose de rappel pour l’entourage des personnes immunodéprimées.  Cette décision est possible car, depuis le lundi 4 octobre, l’Agence européenne des médicaments a donné son accord pour que toutes les personnes majeures puissent potentiellement recevoir un booster shot.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo