A l'issue du conseil de défense sanitaire de ce 22 septembre, Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement a annoncé des assouplissements sur le port du masque, dans certains départements où l'épidémie de Covid-19 ralentit.

Un conseil de défense sanitaire se tenait ce 22 septembre. À l’issue de ce dernier, Gabriel Attal a pris la parole, afin d’annoncer une modification des restrictions sanitaires.

La mise en place d’un pass sanitaire local (avec des restrictions assouplies, ou à l’inverse renforcées, selon la situation épidémique de chaque territoire) avait été évoquée en début de semaine. Elle n’a cependant pas été annoncée aujourd’hui, même si l’épidémie ralentit en France, à mesure que la vaccination progresse.

Comme l’indique le ministère de la Santé et des Solidarités sur Twitter, à la date du 21 septembre, 50 151 392 personnes avaient reçu une première injection, et 47 752 252 personnes avaient désormais un schéma vaccinal complet.

Le port du masque sera allégé dans les écoles des départements où l’incidence est en dessous 50. // Source : Pexels

Fin du port du masque dans les écoles primaires de certains départements

Le 4 octobre, dans les départements où le taux d’incidence est inférieur à 50 pour 100 000 habitants, le protocole scolaire passera en niveau 1. Cela signifie que les élèves des écoles primaires de ces zones ne seront plus tenus de porter le masque.

Une décision que Gabriel Attal a justifiée, indiquant que le port du masque pour les enfants était un geste « loin d’être anodin ». Cette mesure ne fait cependant pas l’unanimité au sein de la communauté médicale.

Les jauges de fréquentation que doivent respecter certains établissements recevant du public seront aussi levées, dans les départements où l’incidence est inférieure à 50.

L’assouplissement du pass sanitaire toujours à l’étude

Concernant le pass sanitaire, la question d’une territorialisation du dispositif est toujours sur la table. Gabriel Attal a confirmé qu’Emmanuel Macron avait demandé des critères pour que le dispositif s’adapte au taux de vaccination et au taux d’incidence.

À noter qu’un projet de loi permettant dans le même temps de prolonger le pass sanitaire au-delà du 15 novembre est à l’étude et qu’il devrait être présenté en conseil des ministres le 13 octobre.

Que contient le pass sanitaire ?

Pour mémoire, le pass sanitaire est un terme générique qui peut en réalité désigner trois documents différents. Pour disposer d’un pass valide, il faut pouvoir présenter :

  • Soit un certificat de vaccination contre le covid sous la forme d’un QR code, avec un des 4 vaccins reconnus par l’UE (BioNTech et Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Janssen) ;
  • Soit un test covid négatif récent (moins de 48h pour le « pass sanitaire activités »  et maximum 72h pour le contrôle sanitaire « voyages ») ;
  • Soit un certificat de rétablissement du covid (qui montre que vous avez eu le covid il y a moins de 6 mois, et donc que vous disposez probablement encore des anticorps pour vous défendre).

Vous pouvez les intégrer très facilement en suivant les étapes que l’on vous détaille ici.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo