Le 9 mai, SpaceX a utilisé une dixième fois le même premier étage d'une fusée Falcon 9. Un record.

Mission accomplie pour SpaceX. Mission doublement accomplie, même. Non seulement l’entreprise américaine est parvenue ce week-end à acheminer une fois encore 60 nouveaux satellites en orbite pour étoffer sa constellation Starlink, dans le cadre de son projet d’accès à Internet par l’espace, mais en plus elle a réussi à utiliser un même premier étage de sa fusée Falcon 9 pour dix missions.

Ce premier étage a en effet bouclé, le 9 mai, sont dixième aller-retour entre la Terre et l’espace. Avant ce vol, il avait déjà servi à six missions Starlink (son réseau compte plus de 1 500 satellites autour de la Terre), pour les missions Radarsat et SXM-7, ainsi que pour le vol de démonstration Crew Dragon Demo-1. Avec la vol de ce week-end, le compte est bon : cela fait bien dix.

Une réussite industrielle et technologique

Avec cette dixième rotation, SpaceX a concrétisé son objectif d’avoir un lanceur dont le premier étage est capable de servir autant sans nécessiter d’importantes opérations de maintenance entre chaque mission — seulement des inspections générales. Il pourrait bien servir beaucoup plus, peut-être une centaine de fois, selon Elon Musk, si la remise en état de la structure ne coûte pas trop cher.

Surtout, cela confirme un peu plus, si cela était nécessaire, le flair de SpaceX avec son pari technologique et industriel d’avoir un lanceur réutilisable et déclinable (en effet, la Falcon 9 peut être reconfigurée en Falcon Heavy, en lui ajoutant deux boosters latéraux — des moitiés de Falcon 9, en fait), grâce à sa capacité de rentrée à bon port automatique, ce qui réduit fortement les coûts de la société.

La Falcon Heavy est une version survitaminée de la Falcon 9 // Source : SpaceX

L’avance prise par SpaceX en la matière ne devrait pas être comblée à court et moyen terme par la concurrence. Certes, le Vieux Continent a commencé à prendre ce virage, avec des démonstrateurs (Callisto et Themis) pour avoir aussi un premier étage pouvant être récupéré et réutilisé. Mais la traduction concrète en un lanceur opérationnel prendra encore des années.

C’est en 2014 que SpaceX a réussi pour la première fois à récupérer intact un premier étage d’une fusée Falcon 9, sur une barge au large des côtes américaines. L’exploit sera réitéré un an plus tard, sur le sol cette fois. Entretemps, d’autres atterrissages contrôlés auront été accomplis. Quant à la réutilisation d’un premier étage, elle est survenue pour la première fois en 2017.

La Falcon 9 devrait demeurer active encore quelques années, le temps que le lanceur qui lui succédera soit fin prêt. Il s’agit du Starship, dont la partie supérieure (également intitulé Starship) vient pour la première fois de réussir un atterrissage après un vol à 10 kilomètres d’altitude. À terme, cette future fusée sera aussi capable de servir à plusieurs reprises et de revenir seule sur la terre ferme.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo