SpaceX a effectué un nouvel essai à haute altitude pour son prototype de fusée Starship. Cette fois. c‘est la bonne.

Cette fois, il n‘y aura pas eu de « RUD ». c‘est-à-dire de démontage rapide et imprévu (Rapid Unplanned Disassembly), expression qu‘emploie parfois Elon Musk pour signifier que la fusée n‘a pas terminé sa carrière en mille morceaux. Au contraire : cette fois-ci, le test du prototype de fusée Starship s’est bien terminé : « Atterrissage nominal de Starship », a même tweeté Elon Musk, le 6 mai.

Il y a toutefois eu une petite inquiétude à la toute fin de l’essai, lorsque des flammes ont été aperçues à la base de Starship, sans que les mécanismes d‘extinction d‘incendie autour du lanceur ne parviennent à l‘éteindre totalement. La retransmission vidéo qui a été fournie par SpaceX s‘est coupée sans que l‘on sache alors si tout s‘était bien passé.

Mais le tweet d‘Elon Musk publié par la suite a achevé cette incertitude.

Après quatre ratés

Avec ce vol d‘essai. SpaceX vient de faire un pas important dans la conception de son futur lanceur. L‘engin, qui doit remplacer à moyen terme la Falcon 9 ainsi que le Falcon Heavy. butait jusqu’à présent sur l’atterrissage. Quatre essais avaient été conduits au cours des derniers mois, et à chaque fois cela s‘était terminé par un « RUD ». Un test avait failli réussir, la fusée ayant pu atterrir, mais elle avait éclaté par la suite.

Après ces quatre insuccès, qui masquaient toutefois un peu injustement les réussites de la fusée dans tous les autres compartiments du vol (décollage, atteinte de l‘altitude voulue, extinction séquentielle des trois moteurs, bascule de la fusée sur le flanc, retour de la fusée jusqu‘au pas de tir, redressement de l‘engin en vue de son atterrissage), SpaceX a apporté d‘importantes modifications à son lanceur.

Le détail des changements demeure incertain, mais Elon Musk indiquait sur Twitter que ce nouveau prototype, surnommé S15. inclut des « centaines d’améliorations au niveau des structures, de l’avionique, des logiciels et du moteur ». Il a fait suite à l‘infructueux test SN11 — aucun vol avec les modèles SN12, SN13 et SN14 n‘a été organisé, ces versions ayant servi à des travaux d‘ingénierie.

SN10 Starship
Le « RUD »du  SN10 ? Des flammes et une explosion. // Source : Cosmic Perspective

La campagne d‘essai se poursuit

Cet essai, bien que couronné de succès, ne met évidemment pas un terme à la campagne d‘essai du Starship : d‘autres tentatives doivent être menées, pour confirmer la pertinence des récentes modifications d‘ingénierie, mais aussi pour éprouver le lanceur dans des scénarios de plus en plus complexes, en vue d‘approcher au maximum les missions qu‘il lui seront confiées dans le futur.

En particulier, sont attendus les essais avec le premier étage du Starship, appelé Super Heavy. Un essai était attendu en avril, mais il n’a pas toutefois eu lieu. Il faut savoir que le nom du Starship désigne à la fois le lanceur dans sa totalité (Starship + Super Heavy) et le vaisseau spatial qui se trouve au-dessus du Super Heavy. L‘un sur l‘autre, les deux engins mesurent 120 mètres de haut.

SpaceX souhaite effectuer toutes ses activités spatiales avec le Starship : cela va de l‘envoi de satellites aux opérations liées à l‘ISS (ravitaillement, transport d‘équipage), en passant par le tourisme, les missions lunaires et martiennes, les voyages suborbitaux d’un point à l‘autre de la Terre, le nettoyage de l‘orbite ou encore l‘exploration plus lointaine du Système solaire.

Article publié initialement le 06 mai 2021 et mis à jour le 08 septembre 2021

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo