Les satellites d'Elon Musk sont passés devant la comète NEOWISE, l'éclipsant de la photo de cet astronome.

Mercredi 15 juillet 2020, l’astronome Daniel Lopez a partagé une photo de la comète NEOWISE sur sa page Facebook « Le ciel des Canaries ». Malheureusement, si la comète a donné lieu à des astrophotographies mémorables, celle-ci n’en fait pas vraiment partie. Ou plutôt, elle n’a pas pu en faire partie. En revanche, elle sert de témoin de la pollution lumineuse satellitaire.

Comme beaucoup d’astrophotographes, Daniel Lopez utilise la superposition d’images pour obtenir une image plus belle et plus détaillée. En l’occurrence, il s’agit de 17 images prises sur un temps d’exposition de 30 secondes. Sauf qu’au même moment, une constellation de satellites Starlink est également passée. Ceux-ci sont évidemment plus proches de nous que la comète, ils passent donc « devant » la comète. En étant plus proches, les satellites passent aussi plus rapidement : la superposition retranscrit donc leur mouvement sous forme de traînée lumineuse. Toute une multitude de traînées. « C’est dommage de voir passer tous ces points lumineux », déplore l’astronome.

Cette photo est la superposition de 17 images. Le train de satellites Starlink est passé devant la comète NEOWISE. // Source : Daniel Lopez

La pollution lumineuse de Starlink

Ce n’est que le dernier exemple en date, particulièrement parlant toutefois, d’un problème qui est en train de s’installer : le train de satellites Starlink de SpaceX deviennent un frein, si ce n’est un casse-tête, pour le milieu de l’astronomie. Tandis que les astronomes pointent leur regard et leurs instruments vers la voûte céleste pour y faire des découvertes scientifiques, la constellation de satellites fait office de pollution lumineuse… bloquant, par exemple, une pluie d’étoiles filantes en novembre 2019.

La communauté astronomique avertit depuis mois sur la sujet, en étant d’autant plus inquiète que le réseau pourrait aller jusqu’à des milliers de satellites. « Les appareils des astronomes sont conçus pour prendre des photos de choses vraiment discrètes et une lumière vive pourrait ruiner les données », expliquait à la BBC l’astrophysicien Jonathan McDowell en avril 2020. Elon Musk avait fini par répondre que SpaceX s’efforce de réduire l’éclat de ses satellites.

Crédit photo de la une : Daniel Lopez

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo