La planète Mercure entame son mouvement rétrograde le vendredi 9 septembre 2022. L’expression, souvent utilisée en astrologie, renvoie en réalité à un non-événement sur le plan scientifique.

Mercure est en rétrograde. Peut-être avez-vous vu passer l’expression sur des sites d’astrologie ou même dans des médias, qui annoncent « Alerte rouge ! Mercure rétrograde arrive ! » et préviennent que certains signes astrologiques « ne pourront rien contre la galère qui arrive ».

Si l’on en croit l’astrologie (qui n’est pas une science reconnue, mais un ensemble de croyances), ce fait serait annonciateur de diverses contrariétés. Mais de quoi parle-t-on exactement quand on dit que Mercure est en rétrograde ? L’expression renvoie-t-elle à un phénomène scientifique ?

Que signifie « Mercure en rétrograde » ?

Il est exact de dire que Mercure entame son mouvement rétrograde le vendredi 9 septembre 2022 : la planète est stationnaire dans la constellation de la Vierge à 21h49, puis rétrograde (jusqu’au 2 octobre). Le terme de rétrogradation est utilisé pour décrire un mouvement apparent de recul d’une planète, qui est en train de se déplacer autour du Soleil, observée depuis la Terre.

« Sur le plan scientifique, c’est une non-actualité », explique à Numerama Johan Richard, astronome à l’observatoire de Lyon. La situation se produit quatre fois par an. « À cause des vitesses relatives entre les deux planètes autour du Soleil, de temps en temps Mercure semble ‘reculer’ sur le ciel. C’est un effet d’optique, dû à la géométrie des orbites, mais physiquement, il ne se passe rien de spécial. Pour Mercure, cela dure un peu moins d’un mois », poursuit le scientifique.

Pourquoi parle-t-on tant de la rétrogradation de Mercure ?

Mercure n’est pas l’unique planète concernée. « Ce mouvement rétrograde se produit pour toutes les planètes », nous indique Johan Richard. Pourtant, Mercure semble occuper une place à part dans les croyances astrologiques : son mouvement rétrograde fait régulièrement l’objet de prédictions. Comment expliquer cette popularité ? Peut-être en raison de la distance qui sépare Mercure et la Terre. Le mouvement rétrograde de Mercure « se produit plus fréquemment » (qu’avec d’autres planètes, Jupiter par exemple) en raison d’un effet de distance, nous confirme Johan Richard.

« Les périodes de révolution des astres dépendent de leur distance au Soleil. Plus elles sont loin, plus leur ‘année’ dure longtemps : environ 88 jours pour Mercure qui est proche du Soleil, mais un peu plus de 365 jours pour la Terre », complète Sébastien Derriere, astronome à l’observatoire de Strasbourg. Le spécialiste ajoute que le mouvement de rétrogradation se produit aussi pour les comètes et les astéroïdes.

Mercure en rétrograde est plus populaire que Jupiter en rétrograde. // Source : Capture d'écran Google Trends
Mercure en rétrograde est plus populaire que Jupiter en rétrograde. // Source : Capture d’écran Google Trends

L’illustration suivante, réalisée par Sébastien Derriere, montre un exemple de mouvement apparent de la planète Mercure, vu de la Terre entre début janvier et fin avril 2021. « On voit que du 17 au 11 mars, la trajectoire apparente vue de la Terre change effectivement de direction », décrit le scientifique.

Le mouvement apparent de Mercure. // Source : Sébastien Derriere
Le mouvement apparent de Mercure. // Source : Sébastien Derriere

Néanmoins, le mouvement rétrograde de Mercure n’est pas le plus facile à observer. « Dans la majorité des mouvements rétrogrades, on prend l’exemple de Mars, qui est le plus flagrant, car bien plus visible à l’œil nu. Il est très difficile de l’observer à l’œil nu pour Mercure, qui est très proche du Soleil », selon Johan Richard. Le spécialiste prend pour exemple la page Wikipédia consacrée à la rétrogradation, qui ne fait (dans sa version française) aucunement mention de Mercure et détaille le mouvement apparent de Mars.

Il n’y a donc pas vraiment de quoi blâmer Mercure si vous avez des contrariétés ces jours-ci… le mouvement apparent de la planète n’y est pour rien.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.