Mercure et Vénus sont régulièrement à leur plus grande élongation. C’est une très bonne période pour observer ces planètes dans le ciel. Mais qu’est-ce que cela veut dire, exactement ?

La belle Vénus est à son élongation maximale : la planète s’éloigne à 46° du Soleil ce dimanche 20 mars 2022 (à 10h22 très précisément). Cela signifie qu’en ce moment, on peut bien voir Vénus dans le ciel. Il faut tenter de l’observer le matin, car il s’agit d’une élongation Ouest.

Mais que se passe-t-il exactement dans le système solaire, quand on parle d’élongation maximale pour certaines planètes ? Cette configuration n’existe que pour les planètes qu’on appelle « inférieures », c’est-à-dire dont l’orbite autour du Soleil est plus petite que celle de la Terre. Cela n’est donc possible que pour Mercure et Vénus. Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune sont des planètes dites « supérieures ».

Comme l’explique l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE), l’élongation maximale est « la configuration pour laquelle la distance angulaire apparente de la planète et du Soleil est la plus grande ». L’animation suivante, créée par Numerama, permet de mieux comprendre cette définition.

Elongation Venus
Élongation Est et Ouest de Vénus. // Source : Nino Barbey pour Numerama

Élongation, opposition : quelle différence en astronomie ?

Contrairement aux planètes supérieures, les planètes inférieures ne peuvent pas être à l’opposition : cela survient lorsqu’une planète, vue de la Terre, est à l’opposé du Soleil dans le ciel. C’est une très bonne période pour voir ces planètes, quasiment visibles toute la nuit à ce moment-là. « Pour les planètes supérieures du système solaire, l’élongation maximale correspond à l’opposition, c’est-à-dire à une élongation de 180° », complète l’IMCCE.

Comme cette configuration de 180° n’est pas possible avec les planètes inférieures, c’est le moment de leur élongation maximale qui est le plus favorable à leur observation : entre 18 et 28° pour Mercure, entre 45 et 47° pour Vénus. « Lorsque Mercure et Vénus sont proches de leur ‘plus grande élongation Est’, elles sont visibles après le coucher du Soleil. À l’inverse, quand elles sont proches de leur ‘plus grande élongation Ouest’, elles sont visibles avant le lever du Soleil », précise l’IMCCE.

L’avantage de Mercure et de Vénus est que ce sont des planètes visibles à l’œil nu. Même si vous n’avez pas d’instrument (lunette, télescope), vous pouvez les trouver avec vos yeux — si les conditions météorologiques sont bonnes, évidemment.

La prochaine élongation maximale de Vénus est prévue le 4 juin 2023, avec un éloignement de 45° du Soleil. Ce sera une plus élongation Est, donc Vénus sera visible le soir.