En juin, il y a aura encore de nombreux phénomènes astronomiques à observer. Planètes visibles, lumière cendrée, étoiles filantes, solstice d'été... Voici les dates à retenir pour lever les yeux vers la voûte céleste.

En mai, les passionnés d’astronomie ont pu observer l’essaim des Êta aquarides, une rencontre entre la pleine lune et Jupiter ainsi que la lumière cendrée. La perspective de prendre en photo un coucher de Soleil sous l’Arc de Triomphe a malheureusement été obscurcie par la météo. Le mois de juin 2019 sera propice à d’autres contemplations astronomiques.

Pleine lune, étoiles filantes, Jupiter à l’opposition, lumière cendrée… Voici les événements auxquels vous pourriez avoir envie d’assister, si les conditions météorologiques le permettent.

Les phases de la Lune

La Lune, dont nous voyons toujours la même face, poursuit inlassablement le même cycle. Chaque mois, notre satellite passe par différentes phases que vous pouvez vous amuser à observer. À chaque fois, la Lune est éclairée différemment par le Soleil, vue de la Terre. Notez ces dates si vous voulez suivre ces étapes.

  • Le lundi 3 juin, ce sera la phase de la nouvelle lune. Ne cherchez pas l’astre dans le ciel, il n’est pas visible.
  • Le lundi 10 juin, la Lune dévoilera son premier quartier. On parle alors de demi-Lune. L’astre est en quadrature est.
  • Le lundi 17 juin, vous aurez l’occasion de voir une pleine lune. Le moment où la Lune est visible en entier a inspiré de nombreuses légendes et croyances.
  • Le mardi 25 juin, ce sera le moment d’observer le dernier quartier de la Lune. Elle sera en quadrature ouest.
La Lune. // Source : Flickr/CC/Phil McIver (photo recadrée)

Les planètes observables à l’œil nu

Si vous observez le ciel ce mois-ci, vous pouvez en profiter pour chercher les planètes de notre système solaire visibles à l’œil nu. Voici quelques suggestions, et les constellations vers lesquelles il faudra regarder.

  • Du 1er au 9 juin, tentez de voir Mars dans la constellation des Gémeaux (elle va y rester tout le mois de juin). Elle y sera visible entre 21h50 et minuit. Jupiter sera observable dans la constellation de l’Ophiuchus entre 22h et 5h40.
  • Du 10 au 16 juin, vous pouvez continuer de regarder Jupiter dans cette direction, aux mêmes heures. Tentez d’apercevoir Saturne dans la constellation du Sagittaire, à partir de 23h30. Elle y restera jusqu’à 5h40. Mercure sera visible dans la constellation des Gémeaux, entre 22h et 23h30.
  • Du 17 au 23 juin, Mercure sera observables aux mêmes heures et dans la même direction que la semaine précédente. Jupiter sera aussi visible, toujours dans la constellation de l’Ophiuchus, de 22h à 5h10. Saturne, toujours observable dans la constellation du Sagittaire, sera observable dès 23h10 (et toujours jusqu’à la même heure).
  • Du 24 au 30 juin, continuez d’observer Saturne, toujours dans la même constellation, de 22h40 à 5h40. Mercure est toujours visible, de 22h à 23h20, dans la constellation du Cancer cette fois-ci. Mars se trouve toujours dans la constellation des Gémeaux, entre 22h et 23h20.
Une représentation de Saturne. // Source : Pixabay (photo recadrée)

Les autres phénomènes astronomiques

D’autres événements astronomiques notables se produiront en juin 2019. Voici ce que vous pourrez observer dans le ciel.

  • Le soir du 6 juin, vous pourrez observer la lumière cendrée de la Lune. Elle se trouve sur la partie de l’astre qui n’est pas éclairée directement par le Soleil. La lumière vient bien du Soleil, mais elle est réfléchie par la Terre.
  • Jupiter sera l’opposition le 10 juin. Cela signifie que la planète est à l’exact opposé du Soleil, dans le ciel. Quand il se couche, elle se lève, et réciproquement.
  • Le 16 juin, Jupiter et la pleine lune se rapprocheront au début de la nuit. Une rencontre similaire avait eu lieu en mai.
  • Le 19 juin, c’est Saturne et la Lune qui seront proches, à l’aube.
  • Le 21 juin sera le jour du solstice d’été, qui aura lieu à 17h54. Il s’agit du moment de l’année où l’hémisphère nord de la Terre est dirigé vers le Soleil (c’est l’hémisphère sud lors du solstice d’hiver). Il passe au zénith du tropique du Cancer (Capricorne pour le solstice d’hiver). On parle de zénith pour désigner le point de la sphère céleste situé au dessus de nos têtes.
  • Le 27 juin sera l’occasion d’observer l’essaim d’étoiles filantes des Bootides à son maximum. La Terre croise alors l’orbite de 7p/Pons-Winnecke, une comète découverte en 1819.
Le solstice d’été. // Source : Pixabay (photo recadrée)

Comment trouver la constellation des Gémeaux ?

Profitez de la fin du mois de juin pour apprendre où se trouve la constellation des Gémeaux. Elle est habituellement traversée par le Soleil, du 21 juin au 20 juillet. Si vous avez déjà observé les Géminides, vous savez peut-être comment la repérer.

L’astuce consiste à partir de la Grande Ourse, cette « grande casserole » bien connue. Tracez une ligne imaginaire entre deux de ses étoiles, Megrez et Mérak. Si vous supposez que la ligne continue sous la casserole (de l’autre côté du manche), elle vous mènera jusqu’à la constellation des Gémeaux.

La position des constellations de la Grande Ourse et des Gémeaux. // Source : Capture d’écran Google Sky

Deux rangées d’étoiles la constituent, avec les étoiles Pollux et Castor en guise de têtes. La rangée de droite s’étend jusqu’à la constellation du Taureau, tandis que l’autre va jusqu’à la constellation Orion.

Vous savez désormais tout ce qu’il faut pour regarder le ciel en juin 2019. Bonne observation !

Partager sur les réseaux sociaux