Certains produits sont recyclables et biodégradables, d'autres sont biodégradables mais pas compostables, d'autres sont compostables... Voici quelques conseils pour s'y retrouver entre ces différents qualificatifs.

Agir pour la protection de l’environnement exige souvent d’apprendre à lire des étiquettes et de comprendre d’obscures nomenclatures. Produits à recycler, biodégradables, compostables… pas facile de s’y retrouver au milieu de ces termes qui semblent proches, mais qui décrivent pourtant des processus bien différents.

Un produit biodégradable est-il aussi compostable ? Et inversement ? Quelle est la différence entre les deux ? Que vient faire le recyclage dans tout ça ? Voici quelques explications pour bien comprendre.

Qu’est-ce qu’un produit recyclable ?

Le recyclage consiste à récolter des déchets et les réutiliser afin de produire de nouveaux produits. Ce sont les emballages que vous mettez dans la poubelle jaune : briques alimentaires, boîtes en carton, canettes, bouteilles… On peut aussi utiliser ce mot pour parler du verre et des déchets organiques. Le Code de l’environnement, qui regroupe l’ensemble des textes juridiques sur ce sujet en France, définit le recyclage comme « toute opération de valorisation par laquelle les déchets, y compris les déchets organiques, sont retraités en substances, matières ou produits aux fins de leur fonction initiale ou à d’autres fins ». L’utilisation des déchets afin d’en faire du combustible n’est pas du recyclage.

Une poubelle de tri sélectif. // Source : Flickr/CC/Marco Verch, photo recadrée

L’objectif du recyclage est de réduire la quantité des déchets, en redonnant une nouvelle vie à un produit, et d’éviter d’épuiser davantage les ressources naturelles pour créer d’autres produits. Parmi les matières recyclables, on trouve le verre (qui doit être déposé dans sa propre poubelle), le papier, l’aluminium, le métal ou encore le plastique. Dans ce dernier cas, vous pouvez faire un geste supplémentaire pour la planète en décidant de remplacer certains produits à usage unique par une alternative plus écologique.

Le site Guide du tri peut vous aider à identifier les produits recyclables. Pour vous accompagner dans cette démarche, il existe aussi des applications mobiles dédiées.

Voici des exemples de produits recyclables :

Qu’est-ce qu’un produit biodégradable ?

Un produit est biodégradable lorsqu’il « peut, sous l’action d’organismes vivants, se décomposer en éléments divers dépourvus d’effet dommageable sur le milieu naturel », selon le vocabulaire de l’environnement adopté en France. La biodégradabilité d’une substance, est elle évaluée en tenant compte de deux éléments : son « degré de décomposition » et « le temps nécessaire pour obtenir cette décomposition ».

Un produit biodégradable peut ainsi se décomposer en dioxyde de carbone (CO2) — ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle car c‘est un gaz à effet de serre –, en eau ou en méthane (qui est aussi un gaz à effet de serre). Ce changement est provoqué par des micro-organismes comme des bactéries, des champignons ou des algues. Aucun produit chimique ne doit être nécessaire à la décomposition pour que le produit soit biodégradable.

Des couverts en plastique biodégradable. // Source : Wikimedia/CC/Scott Bauer (photo recadrée)

Les produits biodégradables peuvent être dans différentes matières. Il existe par exemple des sacs en plastique biodégradables, mais ils ne remplissent pas toujours leurs promesses. On trouve aussi des sacs en plastique oxo-dégradables (auxquels sont ajoutés des additifs et qui peuvent se fragmenter) : l’Agence de l’environnent et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) estime que cette catégorie n’est pas biodégradable. D’après la norme EN 13432, établie en 2002, un matériau est biodégradable lorsque 90 % de sa masse sèche s’est dégradée en moins de 6 mois.

Dans tous les cas, « les plastiques biodégradables ne doivent en aucun cas être abandonnés dans la nature », insiste l’Ademe. La biodégradation de ces objets requiert des conditions précises, pas nécessairement réunies si on les laisse dans l’environnement.

Voici des exemples de produits biodégradables :

Qu’est-ce qu’un produit compostable ?

La loi française parle de compostage pour désigner le « traitement biologique de déchets organiques par fermentation aérobie permettant d’obtenir du compost ». Un produit compostable est biodégradable, mais l’inverse n’est pas forcément vrai. La norme EN 13432 précise que, pour qu’un produit soit compostable, 90 % de sa masse sèche initiale doit s’être biodégradée en moins de 3 mois.

À nouveau, ce n’est pas parce qu’un produit est compostable que c’est une excuse pour l’abandonner dans la nature, rappelle l’Ademe. Le compostage doit être réalisé dans des installations dédiées. En milieu industriel, il existe des normes précises (concernant le temps de fermentation ou la température auquel il doit avoir lieu). Par ailleurs, il faut savoir que le compostage dégage de la chaleur et du gaz carbonique.

Des bacs à compost. // Source : Pixabay (photo recadrée)

Parmi les matières compostées, on trouve des déchets verts (feuilles mortes, tontes, déchets d’arbres), des boues (produites dans les stations d’épuration), des biodéchets ménagers (épluchures, restes de repas) ou des effluents d’élevage (fumiers, lisiers).

Voici des exemples de produits compostables :

Crédit photo de la une : Flickr/CC/James Wang (photo recadrée)

Partager sur les réseaux sociaux